Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Le référendum contre EFAS est sous toit

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.
© Olivier Vogelsang

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.

Le Syndicat des services publics (SSP) a déposé la semaine dernière 57000 signatures contre le Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). Adoptée fin décembre par le Parlement, EFAS (acronyme germanophone d’Einheitliche Finanzierung ambulant und stationär) se présente comme une simplification du système de facturation des soins dans les hôpitaux et les EMS. Les caisses maladie prendront en charge 71,3% des dépenses, tandis que les cantons en assumeront 26,9%. Ces derniers verront donc leur part réduite puisque, aujourd’hui, ils versent au moins 55% des dépenses de soins des hôpitaux publics et contribuent au moins autant que les caisses maladie au financement des soins délivrés dans les EMS. EFAS transfère 11 milliards de francs de dépenses publiques des cantons aux assureurs. De plus, le plafonnement à 20% de la participation des assurés aux coûts dans les EMS sera supprimé, ce qui devrait provoquer une forte augmentation des primes. «Les caisses sont une partie du problème du système de santé, au lieu de réduire leur pouvoir, EFAS leur donne le contrôle sur tout le système», a déclaré devant la Chancellerie fédérale Christian Dandrès, président du SSP et conseiller national (GE/PS). «Le but des lobbies du marché de la santé, c’est que l’Etat et la population paient et que les décisions de répartition des ressources échappent au contrôle démocratique», a souligné Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse. La faîtière syndicale et Unia ont apporté leur soutien au référendum lancé par le SSP. 

Pour aller plus loin

«La Commission du Conseil national ferme les yeux»

La Commission du Conseil national traitant des questions de santé publique rejette une initiative en faveur d’une meilleure reconnaissance du stress comme maladie professionnelle. Unia demande à la Chambre du peuple de rectifier le tir

L’assistance au suicide menacée à Genève?

Les électeurs voteront le 9 juin sur la modification de la Loi sur la santé qui ne contraint plus les hôpitaux et les EMS à accepter le recours au suicide assisté en leur sein

«En vingt ans, les primes ont plus que doublé!»

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.

L’initiative d’allègement des primes, soumise au peuple le 9 juin, demande que les assurés ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux primes. Entretien avec Vania Alleva

Pour la sécurité des jeunes sur leur lieu de travail

Depuis le 1er avril, les jeunes âgés de plus de 15 ans peuvent réaliser des travaux dangereux dans le cadre de mesures d’insertion professionnelle. Une interpellation a été déposée au Conseil national