Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

L’assistance au suicide menacée à Genève?

Les électeurs voteront le 9 juin sur la modification de la Loi sur la santé qui ne contraint plus les hôpitaux et les EMS à accepter le recours au suicide assisté en leur sein

Ces dernières années les établissements médicaux genevois privés et publics, c’est-à-dire les hôpitaux et les EMS, étaient obligés d’accepter le recours au suicide assisté entre leurs murs, pour autant que les conditions en soient respectées. Mais la donne pourrait changer. En effet, le Grand Conseil a voté en 2023 la suppression de l’article de la Loi sur la santé qui prévoyait cette obligation. EXIT Suisse romande a lancé un référendum, avec le soutien des partis de gauche, qui a rapidement abouti, pointant la menace d’une régression dans la liberté d’accès au suicide assisté. 

«La suppression de cet article fait ressurgir une disparité qui avait justement été corrigée en 2018 avec l’introduction de cette obligation», commente Jocelyne Haller, de Solidarités Ensemble à Gauche. «Si on ne s’y oppose pas dans les urnes, on va vers un retour de l’arbitraire avec des directions d’établissements qui pourraient refuser les suicides assistés dans ces lieux. Il ne doit pas y avoir d’inégalité de traitement entre les personnes qui vivent à leur domicile et celles qui sont en EMS ou hospitalisées.»

Les électeurs du bout du lac devront trancher le 9 juin prochain. Le Conseil d’Etat appelle à rejeter la loi modifiant la Loi sur la santé, tout comme l’ensemble des partis politiques du canton, à l’exception du MCG. «Quasiment tous les députés qui ont voté, à la hâte, en faveur de cette suppression ont maintenant retourné leur veste, s’indigne Jocelyne Haller. Leur première décision était complètement irrationnelle!» 

Pour aller plus loin

«La Commission du Conseil national ferme les yeux»

La Commission du Conseil national traitant des questions de santé publique rejette une initiative en faveur d’une meilleure reconnaissance du stress comme maladie professionnelle. Unia demande à la Chambre du peuple de rectifier le tir

«En vingt ans, les primes ont plus que doublé!»

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.

L’initiative d’allègement des primes, soumise au peuple le 9 juin, demande que les assurés ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux primes. Entretien avec Vania Alleva

Le référendum contre EFAS est sous toit

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.

Le Syndicat des services publics (SSP) a déposé la semaine dernière 57000 signatures contre le Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). Adoptée...

Pour la sécurité des jeunes sur leur lieu de travail

Depuis le 1er avril, les jeunes âgés de plus de 15 ans peuvent réaliser des travaux dangereux dans le cadre de mesures d’insertion professionnelle. Une interpellation a été déposée au Conseil national