Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«En vingt ans, les primes ont plus que doublé!»

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.
© Olivier Vogelsang

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.

L’initiative d’allègement des primes, soumise au peuple le 9 juin, demande que les assurés ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux primes. Entretien avec Vania Alleva

Nouveau coup dur pour les assurés. Les primes d’assurance maladie vont bel et bien flamber, encore une fois, à l’automne 2024. On parle de 8,7% d’augmentation en moyenne par rapport à 2023, selon le Conseil fédéral, contre 6,6% l’an dernier. Les cantons romands seront particulièrement touchés avec des hausses de primes de 8,9% à Genève et dans le Jura, 9,2% à Neuchâtel et 9,8% à Fribourg. Ces primes prennent de plus en plus de place dans la part totale des revenus, constate Tobias Müller, professeur en économie de la santé, dans l’une de ses publications. «Durant les vingt dernières années, les primes ont augmenté de 105% en moyenne, contre 21% pour les salaires sur la même période. Elles représentent en moyenne 7% des revenus disponibles, contre un peu plus de 4% il y a encore vingt ans. Mais pour près de deux personnes sur cinq, les primes se situent dans la tranche de 10% à 20% des revenus disponibles.

C’est dans ce contexte que les électeurs sont appelés à voter sur l’initiative populaire «Maximum 10% du revenu pour les primes d’assurance maladie (initiative d’allègement des primes)» le 9 juin prochain. Pour rappel, l’initiative, lancée par le Parti socialiste et soutenue par les syndicats, propose un plafonnement des primes à au maximum 10% du revenu disponible. Les subsides seraient financés par la Confédération à hauteur de deux tiers environ, et le reste par les cantons. 

Sans grande surprise, le Conseil fédéral s’y oppose, jugeant qu’elle coûtera trop chère (plusieurs milliards de francs par an) et qu’elle n’incitera pas à maîtriser les coûts de la santé…

Vania Alleva, présidente du syndicat Unia, s’exprime sur les enjeux de cette votation.

 

Pourquoi est-il essentiel de voter pour cette initiative?

Les primes d'assurance maladie ne cessent d'augmenter. Au cours des vingt dernières années, elles ont plus que doublé. Avec l’initiative, nous stoppons cette évolution. Les primes d'assurance maladie seront plafonnées à 10% maximum du revenu disponible. Cela protège les revenus normaux, les familles, les retraités et les retraitées. La Confédération doit participer davantage au financement des réductions de primes.

 

Les opposants à cette initiative pointent souvent son financement: comment rassurer les électeurs à ce sujet?

Aujourd'hui, les assurés paient le prix pour que les lobbies des groupes pharmaceutiques et du secteur de la santé imposent leurs intérêts. Ils ont jusqu'à présent empêché les politiques de maîtriser les coûts de la santé. Il en résulte des primes plus élevées pour nous tous. En cas d'acceptation de l'initiative, la pression de l'augmentation des coûts de la santé se déplacera des payeurs de primes vers la politique. La Confédération et les cantons devront distribuer nettement plus de réductions de primes et seront alors incités à aller enfin de l'avant en ce qui concerne les prix des médicaments et la pseudo-concurrence coûteuse entre les caisses. 

 

Est-ce que l'initiative du Centre, également au menu de ces votations, est une menace pour l'initiative socialiste d'allègement des primes?

Non. Le principal problème du système de santé suisse réside dans son financement non solidaire, notamment par le biais de la prime par tête dans l'assurance de base. L’autre problématique est le gaspillage et l'affairisme dans le système de santé. Des mesures sont nécessaires pour maîtriser la croissance des coûts dans ce secteur. Et ce, sans mettre en danger la qualité des soins ni exercer une pression plus forte sur le personnel soignant déjà très sollicité.

 

Après la victoire de la 13e rente AVS, est-ce que les pronostics sont bons pour une nouvelle victoire syndicale le 9 juin?

Oui, selon les sondages, l’initiative a de bonnes chances. De plus en plus de ménages ont du mal à joindre les deux bouts. Depuis deux ans, le renchérissement engloutit le pouvoir d’achat, alors qu’au même moment, l'économie se porte bien. Il faut changer la donne, ce n’est pas possible autrement. Il faut baisser les primes et augmenter les salaires!

S’y retrouver dans la jungle des assurances

Bon à savoir! Votre assureur a jusqu’à fin octobre pour vous informer du montant de votre nouvelle prime 2024. Il vous sera ensuite possible de résilier ou de changer votre assurance maladie jusqu'à fin novembre. A noter que les assureurs maladie ont l’obligation d’accepter chaque personne dans l’assurance obligatoire des soins. Un outil* a été créé par la Confédération pour calculer vos primes et disposer de formulaires types pour changer de caisse facilement.

* priminfo.ch

Pour aller plus loin

«La Commission du Conseil national ferme les yeux»

La Commission du Conseil national traitant des questions de santé publique rejette une initiative en faveur d’une meilleure reconnaissance du stress comme maladie professionnelle. Unia demande à la Chambre du peuple de rectifier le tir

L’assistance au suicide menacée à Genève?

Les électeurs voteront le 9 juin sur la modification de la Loi sur la santé qui ne contraint plus les hôpitaux et les EMS à accepter le recours au suicide assisté en leur sein

Le référendum contre EFAS est sous toit

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.

Le Syndicat des services publics (SSP) a déposé la semaine dernière 57000 signatures contre le Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). Adoptée...

Pour la sécurité des jeunes sur leur lieu de travail

Depuis le 1er avril, les jeunes âgés de plus de 15 ans peuvent réaliser des travaux dangereux dans le cadre de mesures d’insertion professionnelle. Une interpellation a été déposée au Conseil national