Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Le sondage dans le commerce de détail neuchâtelois est prolongé

Les vendeuses ont encore jusqu’au 30 septembre pour donner leur avis sur l’ouverture des magasins un second dimanche dans l’année

Il n’est pas trop tard! Celles et ceux qui n’ont pas encore eu le temps de répondre au sondage concernant un second dimanche d’ouverture des commerces à Neuchâtel auront le droit à une séance de rattrapage jusqu’au 30 septembre. Cet été, plus de 2500 sondages papier ont été distribués sur tout le territoire cantonal dans le but de toucher plus de 7000 personnes employées dans le commerce de détail. A l’heure actuelle, la participation est encore trop faible pour tirer des conclusions. «Il est important de rappeler que cette consultation permettra aux délégués du personnel de vente de prendre des décisions qui correspondent à la volonté de la majorité des personnes qui se seront positionnées», souligne Unia. 

Rappelons le contexte. En 2017, un projet de loi est déposé par le PLR en faveur de l’ouverture des magasins un second dimanche par année sans prendre en compte l’avis des personnes travaillant dans la vente, ni celui du syndicat. «Dans notre canton, ce sont les partenaires sociaux du commerce de détail qui se positionnent sur les heures d’ouverture, souligne Céline Dupraz, secrétaire syndicale chez Unia. Nous avons donc fait une action en mars dernier auprès des députés neuchâtelois pour dénoncer cette manière de faire mais aussi le fait qu’aucune compensation n’était prévue.» Le projet de loi n’a pas passé la rampe. Mais les associations patronales du commerce de détail sont revenues à la charge pour discuter de l’opportunité d’ouvrir un second dimanche. «Avant de nous positionner, nous tenons à donner la parole aux principaux concernés, reprend la syndicaliste. Grâce à ce sondage, nous pourrons nous appuyer sur des chiffres concrets.» Tout le monde peut y participer: employé, gérant ou employeur. 

Le comité organisera une assemblée du personnel début octobre pour faire le point sur les résultats de ce sondage. 

Pour participer, le sondage numérique reste accessible à l’adresse suivante: neuchatel.unia.ch/Unia-dans-les-branches/sondage-vente

Pour aller plus loin

«En Valais, les conditions de travail dans la vente datent d’un autre âge»

Unia en campagne contre l'extension des horaires des magasins

Unia demande au Canton de revoir le contrat-type des vendeuses et vendeurs, comme cela a été fait dans le secteur des remontées mécaniques

Plan social M-Budget pour les licenciés de Migros

Soutenus par la présidente d’Unia, Vania Alleva, les grévistes de Micarna avait manifesté le 5 mars à Lausanne devant le centre commercial Métropole, qui abrite une Migros.

Après les annonces de suppression d’emplois dans les marchés spécialisés et l’industrie, la centrale Migros est à son tour touchée par la réorganisation du groupe. Unia critique le manque de possibilités de reclassement offertes

«Ces 30 minutes, ce n’est pas anodin»

manif

Une partie de la base des partis bourgeois est opposée à l’extension des horaires des magasins. Le front contre la LOM se renforce

Migros va biffer 1500 emplois

Migros a annoncé vouloir rompre avec ses marques spécialisées comme Hotelplan Group, Mibelle, SportX et Melectronics.

Le géant orange a annoncé vouloir se séparer de quatre de ses enseignes, entraînant la suppression de 1500 postes. Unia, choqué, appelle Migros à tout mettre en œuvre pour éviter les licenciements