Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Le travail temporaire sera limité à l’aéroport

Récemment adoptée par le Grand Conseil genevois, la motion 2610 demande au Conseil d’Etat d’établir «des règles limitant et cadrant le recours au personnel auxiliaire» à Cointrin

Il aura fallu plus d’une année pour faire entendre le message. Entre résolutions, pétitions et dénonciations publiques, Unia a tout tenté pour alerter le Conseil d’Etat genevois sur le dumping en cours à l’aéroport, et principalement au sein de l’entreprise Dnata. Le 16 janvier, le Grand Conseil a largement adopté la motion 2610, qui entend limiter et cadrer le recours au personnel auxiliaire sur le site de l’aéroport de Genève. «Il était temps!» réagissent les Verts, auteurs du texte, et Unia, qui saluent cette décision, estimant que le contrôle de l’aéroport passe évidemment par une limitation de sa nuisance sur l’environnement, mais aussi par des conditions de travail dignes et respectueuses du personnel.

Dans un communiqué de presse, le syndicat rappelle que Dnata «n’a pas ménagé sa peine pour dégrader les conditions de travail à Cointrin». Et de compléter: «L’explosion du recours au personnel auxiliaire, déjà extrêmement précaire en soi, et, surtout, la création de contrats dits “zéro heure garantie” ont permis d’instituer une forme de dumping sur le site.» La motion rappelle que Dnata emploie 367 auxiliaires sur 783 employés au total, dont les salaires varient de moins de 1000 francs à 4000 francs. Une précarisation devenue insoutenable. Concrètement, il revient maintenant au Conseil d’Etat de prendre ses responsabilités en réglementant précisément cette question dans un aéroport qui est, pour rappel, public.

De son côté, Unia, qui se bat depuis des mois pour réclamer de meilleures conditions de travail à l’aéroport, se dit satisfait d’avoir été entendu sur ce point précis. Le combat continue. «La balle est dans le camp du Conseil d’Etat, réagit Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d’Unia Genève. Unia veillera à une mise en œuvre rapide de la motion.»

 

Pour aller plus loin

Patron aux abonnés absents

Accompagné des travailleurs, le secrétaire syndical José Sebastiao a tenu une conférence de presse le 23 mai devant le siège de la société aux Acacias: «Les travailleurs sont très inquiets, ils ont des familles, des charges à payer, est-ce que les salaires du mois de mai vont être versés?»

A leur retour de vacances imposées, les employés d’une entreprise genevoise de plomberie ont trouvé porte close, sans aucune nouvelle de leur patron. Unia ne compte pas lâcher l’affaire.

Fin d’une grève de deux mois en Italie

Les travailleurs du distributeur italien d’énergies Enel ont mis fin à leur grève, démarrée en mars. Les syndicats Federazione italiana lavoratori chimica tessile energia...

Le coup de gueule des agents du Panthéon porte ses fruits

Monument dédié aux morts célèbres à Paris, le Panthéon est resté fermé du 22 au 25 avril. Le personnel s’est mis en grève pendant quatre jours, après avoir exprimé son ras-le-bol...

Deuxième grève générale en Argentine contre le tronçonneur Milei

Pour la deuxième fois en cinq mois, les syndicats argentins ont lancé le 9 mai une grève générale afin de protester contre la politique d’austérité de l'ultralibéral Javier Milei...