Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Le Black Friday mis à mal à Yverdon

Flyers Unia s'opposant au Black Friday.
© Thierry Porchet/archives

Unia avait aussi dénoncé l’ouverture prolongée des magasins à l’occasion du Black Friday.

Une résolution du Vert Younes Seghrouchni demande l’arrêt des extensions d’ouverture des magasins et l’étude d’alternatives sociales et écologiques à cet événement de surconsommation

Ces dernières années, les commerces d’Yverdon se sont vu accorder le droit de fermer plus tard, jusqu’à 20h, à l’occasion du Black Friday, le dernier vendredi de novembre. Une prolongation des horaires d’ouverture permise par une majorité de droite qui fait débat, et contre laquelle Unia se bat à chaque fois.

Younes Seghrouchni, conseiller communal Vert d’Yverdon, se mobilise depuis trois ans contre l’hérésie sociale et environnementale de cet événement de surconsommation. «Faire travailler plus des employés des commerces qui se plaignent déjà de leurs conditions de travail pour que des gens consomment plus de choses dont ils n’ont pas besoin, ce n’est plus possible!»

Dans un premier temps, une interpellation a été déposée, pour avoir des réponses à ses questions et à ses inquiétudes. «Il s’avère que, ce jour-là, le chiffre d’affaires des commerces augmente, certes, mais que ce chiffre d’affaires n’est pas réalisé le soir, où la fréquentation est très faible. L’extension des horaires d’ouverture n’apporte donc rien économiquement.»

Partant, l’élu a déposé une résolution demandant qu’on arrête d’autoriser la prolongation des horaires d’ouverture des magasins ce jour-là, et qu’on étudie des alternatives sociales et environnementales à ce Black Friday. Le texte a été accepté par la majorité du Conseil communal.

«La résolution n’est pas contraignante, mais elle donne une orientation politique, commente Younes Seghrouchni. J’espère que, à la suite de ce vote, nous aurons un changement de politique en la matière. En tout cas, j’ai confiance en la majorité de la Municipalité, qui n’a de toute façon aucun intérêt économique à le faire.»

Le conseiller communal appelle à ce que des événements alternatifs au Black Friday tels que du troc ou des conférences voient le jour, «sans nuire au commerce local».

Pour aller plus loin

Une convention comme remède

Rassemblement d'assistantes en pharmacie à Ouchy

Les assistantes en pharmacie du canton de Vaud ont lancé une pétition en faveur d’une convention collective de travail

Pour un nouveau contrat-type de la vente en Valais

Unia demande au Canton d'améliorer les conditions de travail dans le commerce de détail et de revaloriser les salaires

Les vendeuses très remontées

Une vendeuse brandit une pancarte demandant des salaires décents

Lors de leur conférence de branche, les employés du commerce de détail ont exigé d’être partie prenante de la numérisation de leur métier. Ils continuent à demander de meilleures conditions de travail, notamment salariales

Les magasins Esprit laissent une centaine d’employés sur le carreau

Des employées et des employés des boutiques Esprit se sont retrouvés devant des portes closes le 26 mars dernier. A Lausanne, sur la devanture de la boutique de la rue de Bourg, des affichettes annoncent une fermeture temporaire…

Une vingtaine de boutiques ont été fermées du jour au lendemain, sans information préalable. Unia, sous le choc de cette faillite soudaine et violente, dénonce la manière de faire