Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Comment éviter les effets néfastes de la canicule sur les chantiers

Un homme utilise une application sur son téléphone
© Thierry Porchet

Lors de la formation pratique, les participants ont testé l'application MeteoAtWork, qui permet de connaître la contrainte thermique subie par les travailleurs et travailleuses et de prendre des mesures pour protéger leur santé.

La nouvelle application lancée à Genève pour protéger les travailleurs en cas de fortes chaleurs a été expliquée à des contremaîtres lors d’une formation riche en enseignements

Le mercure qui flirte avec les trente degrés, un air d’une lourdeur annonçant les violents orages du lendemain. Vendredi 28 juin, en fin de journée, la météo était «parfaite» à Genève pour suivre une formation pratique sur les conditions de travail en cas de canicule, un sujet de plus en plus brûlant en ces temps de changement climatique.

Proposé par les syndicats Unia et Sit, en partenariat avec l’Office cantonal de l'inspection et des relations du travail (OCIRT), ce cours de deux heures donné à l’Université ouvrière de Genève vise à sensibiliser le personnel de la construction à cette problématique et à expliquer le fonctionnement de la nouvelle application MeteoAtWork. Cet outil, qui vient d’être lancé par les partenaires sociaux genevois, permet d’évaluer la contrainte thermique subie par les travailleurs et les travailleuses et de savoir quelles mesures prendre afin de limiter les risques pour la santé.

Peu de participants

En préambule, les syndicalistes déplorent le faible nombre de participants, une douzaine à peine. «Il faut croire que les entreprises du secteur de la construction ne sont pas très intéressées par la santé et la sécurité de leurs employés, lance José Sebastiao, secrétaire syndical d’Unia Genève. Nous avons pourtant écrit deux fois à 120 d’entre elles pour leur demander de libérer leurs contremaîtres et leurs chefs d’équipe afin qu’ils puissent participer à cette formation.» Julien Dubouchet Corthay, directeur de l’Inspection cantonale du travail, précise toutefois que des séances similaires, à l’intention des employeurs, ont déjà eu lieu via les milieux patronaux.

Après des explications médicales sur les effets des fortes chaleurs sur le corps (lire ci-dessous), les participants sont invités à tester l’application. Son usage est assez simple. On choisit d’abord une activité parmi les dizaines d’exemples présélectionnés, principalement pris dans les métiers de la construction, mais aussi dans les domaines des soins, du déménagement, de la sécurité ou de la conciergerie. La liste n’est pas exhaustive et est susceptible de s’allonger à l’avenir. L’application est évolutive et pourra être mise à jour quand c’est nécessaire.

Puis, on évalue le degré d’intensité du travail, en se référant à la classification des efforts physiques détaillée dans l’application. Enfin, on précise quel type de tenue est portée (légère, combinaison en coton ou combinaison étanche) et si on dispose d’un poste de travail ombragé ou non. En tenant compte de tous ces paramètres et des données de MétéoSuisse sur la température, l’ensoleillement et l’humidité de l’air, l’application indique, heure par heure, le niveau de contrainte thermique, qui va de 1 à 5.

Un onglet donne accès aux différentes mesures préconisées en fonction de chaque niveau, selon la nouvelle directive officielle entrée en vigueur cette année. Cela va de la mise à disposition d’eau fraîche et de crème solaire au report des tâches les plus lourdes, en passant par des pauses plus fréquentes et plus longues, et par l’adaptation des horaires de travail, entre autres. Au niveau 4, le spécialiste de la santé et de la sécurité de l’entreprise est obligé de remplir un formulaire pour signaler à l’Etat la situation et les mesures mises en place. Si le niveau 5 est atteint, les travaux doivent être suspendus. L’OCIRT effectue des contrôles. «Mais nous n’avons pas les moyens d’être présents sur tous les chantiers en même temps», admet Julien Dubouchet Corthay.

Réorganiser le travail

L’application donne aussi des prévisions sur les quatre prochains jours, ce qui permet de planifier le travail et, le cas échéant, de le réorganiser pour effectuer les tâches les plus pénibles aux heures les moins chaudes, ou pour commencer plus tôt, par exemple. «Nous sommes en train d’adapter notre directive afin de permettre aux entreprises de démarrer les travaux avant 7h du matin sans devoir demander une autorisation, quand la contrainte thermique atteint le niveau 3.»

En revanche, MeteoAtWork ne peut pas prendre en compte certains facteurs au cas par cas, comme l’état de santé de chaque personne. Il est donc recommandé de veiller sur soi-même et sur ses collègues, notamment les plus vulnérables (lire ci-dessous), et de signaler les éventuels problèmes à la hiérarchie.

«J’ai déjà testé l’application pendant deux jours, c’est très bien, confie un participant. On peut s’appuyer dessus pour savoir quelles mesures prendre. Avant, c’était un peu flou. Et ça nous permet aussi de justifier nos décisions auprès de nos supérieurs.» José Sebastiao se réjouit également de l’arrivée de ce nouveau moyen de contrôle: «Grâce à cette application, les employeurs ne peuvent plus dire qu’ils ne connaissent pas les mesures à mettre en place en cas de fortes chaleurs.» AG

Un risque mortel

L’application MeteoAtWork ne se base pas sur les alertes canicule de MétéoSuisse: «Celles-ci servent à protéger les personnes âgées et autres populations vulnérables qui restent à la maison. Mais pour ceux qui travaillent en extérieur, le seuil de danger est plus bas», explique Mariângela de Moraes Pires, médecin du travail à l’OCIRT.

Le risque principal, c'est le coup de chaleur. «En cas de surchauffe, on a de la peine à se concentrer, on est tendu. Puis, on a des crampes, des syncopes. Cela peut même être mortel», prévient la doctoresse, qui estime que les entreprises ont tout intérêt à prendre le problème au sérieux. «Les effets des fortes chaleurs peuvent déboucher sur une baisse de productivité et un accroissement du risque d’accidents.»

Tout le monde n’est pas égal face à ce phénomène de plus en plus récurrent. Les femmes, les personnes de plus de 50 ans et les jeunes apprentis sont plus vulnérables. Cela aggrave par ailleurs les maladies chroniques, comme les pathologies cardiorespiratoires. En outre, il faut faire attention au début de l’été ou en cas de brusque hausse des températures du jour au lendemain: «Le corps, qui n’a pas eu le temps de s’acclimater, résiste moins bien à la chaleur. Pour la même raison, quelqu’un qui reprend le travail après des mois de chômage et commence un jour de canicule devra redoubler de prudence.» Enfin, un fort taux d’humidité dans l’air est aussi un facteur aggravant, car cela empêche la transpiration de s'évaporer pour refroidir le corps. 
 

Pour aller plus loin

Les délais et la pression sur les coûts trop souvent à l’origine des accidents

Vue de débris à Prilly apèrs la chute d'un échafaudage

Quelques jours après le terrible accident de chantier à Prilly qui a coûté la vie à trois ouvriers et fait huit blessés, les causes du drame restent inconnues. Unia insiste sur l’importance de renforcer la prévention

Des travailleurs genevois rendent hommage à leurs confrères de Prilly

hommage à Genève

Les syndicats genevois de la construction et plus de 70 travailleurs du bâtiment ont observé une minute de silence ce matin sur un autre chantier de la Suva

Vers un vide conventionnel dans la construction fribourgeoise?

Un ouvrier boit de l'eau

Après le refus des patrons du secteur de signer un accord protégeant les travailleurs lors de canicules, les syndicats annoncent la fin du fonds paritaire

Un outil numérique pour protéger les travailleurs en cas de canicule

canicule chantier

L’Etat de Genève, en collaboration avec les partenaires sociaux, lance une application pour smartphone qui évalue les contraintes thermiques et définit les mesures à prendre pour préserver la santé des employés.