Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Protection contre le licenciement: vers une initiative populaire

La Suisse avait été placée sur liste noire de l’Organisation internationale du travail (OIT) à cause de violations des conventions.
© Thierry Porchet

La Suisse avait été placée sur liste noire de l’Organisation internationale du travail (OIT) à cause de violations des conventions.

La suspension, ce lundi, de la médiation relative au licenciement abusif de syndicalistes a suscité la colère d’Unia. Le conseiller fédéral Guy Parmelin a en effet interrompu le processus entamé en 2019 qui visait à déterminer de quelle manière renforcer la protection des représentants des travailleurs, au motif «qu’aucune entente n’était envisageable actuellement». «Le manque de volonté du Conseil fédéral et de l’Union patronale suisse d’élever la protection des travailleuses et des travailleurs contre les licenciements abusifs au niveau minimum internationalement reconnu est scandaleux», a réagi Unia dans un communiqué de presse. Rappelons que la démarche avait été entreprise après que la Suisse ait été placée sur liste noire de l’Organisation internationale du travail (OIT) à cause de violations des conventions. «La raison est la protection absolument insuffisante des représentations du personnel et des syndicalistes, c’est-à-dire des travailleuses et travailleurs qui s’engagent pour les droits et les intérêts de leurs collègues (...) Après avoir fait patienter les salariés pendant quatre ans, le sujet devrait tout simplement disparaître dans les oubliettes! C’est inacceptable», a ajouté le syndicat qui a annoncé qu’il préparera rapidement, avec l’Union syndicale suisse (USS), une initiative populaire pour «garantir des droits des salariés dans ce domaine». Unia estime que la situation actuelle n’est pas seulement intolérable pour les représentants du personnel mais aussi pour les travailleurs en situation de vulnérabilité. «Les personnes absentes pour cause de maladie ou en phase de maternité ainsi que les salariés âgés sont touchés de manière disproportionnée par des licenciements injustes et abusifs.» Même constat pour les lanceurs d’alerte et les employés syndicalement actifs qui, en raison de leur engagement, courent un risque accru d’être mis à la porte.

Pour aller plus loin

Une nouvelle Constitution pour le Valais?

Les électeurs devront se prononcer le 3 mars sur le nouveau texte constitutionnel. L’extension des droits politiques sur le plan communal pour les étrangers est aussi au menu

Victimes de l'amiante, la Suisse viole le droit international

femme devant pancartes

Nouvelle condamnation de la Cour européenne des droits de l'homme pour la jurisprudence sur la prescription. L'Etat doit compenser

Face aux algorithmes, il faut renforcer la participation du personnel

Les algorithmes peuvent assigner des tâches de travail ou planifier des itinéraires sans pouvoir prendre en compte les conditions réelles. Mal notés par ces derniers, des employés de plateformes telles qu’Uber peuvent être exclus des applications.

S’appuyant sur un avis de droit de l’Université de Saint-Gall, Syndicom et l’ONG AlgorithmWatch/CH plaident pour encadrer les nouveaux outils de management

Liberté de manifester: la CGAS perd sur la forme

La Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé irrecevable le recours de la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) contre l’interdiction des...