Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Non aux licenciements chez Migros!

potence filiales migros
© Thierry Porchet

A La Chaux-de-Fonds, les syndicalistes d’Unia, tout de noir vêtus, ont dressé une potence à laquelle étaient pendues les filiales du groupe Migros condamnées à disparaître…

Le 25 juin, Unia a organisé une journée d’action nationale contre les suppressions d’emplois annoncées et pour l’implication du personnel et de leur syndicat dans les décisions à venir

Aujourd’hui, Unia a mené des actions syndicales et des manifestations de protestation sur pas moins de 60 sites Migros dans toute la Suisse. L’objectif? Dénoncer «le plus grand démantèlement de l’histoire de Migros» qui est en cours. Pour rappel, le géant orange avait annoncé en février la restructuration du groupe et notamment la volonté de se séparer de ses filiales spécialisées (notamment Melectronics, Micasa, SportX ou encore Do it + Garden), opération entraînant potentiellement la suppression de 1500 emplois. 

Alors que Migros a déjà prononcé les premiers licenciements en Suisse alémanique, toujours sans aucune concertation avec son personnel et les syndicats de la place, Unia durcit le ton. «Ce n’est pas acceptable! Au lieu de dépenser chaque mois des millions dans un cabinet de conseil américain, le plus grand employeur de Suisse devrait investir dans ses employés», s’est indigné Unia dans un communiqué de presse. 

Liberté syndicale bafouée

Sur la forme, Unia pointe le non-respect des droits fondamentaux du personnel de vente. «Les membres d’Unia chez Migros continuent de rapporter qu’ils ne sont pas entendus. Cette manière d’agir, antisociale et antidémocratique, est contraire à l’image sociale soigneusement entretenue par Migros. Les membres d’Unia indiquent des informations chaotiques et tardives et un plan social qui a été négocié sans leur participation. Trop peu d’employés licenciés bénéficient d’une solution de replacement appropriée et beaucoup ne profitent même pas du plan social.»

Revendications

Partant, les employés de Migros syndiqués chez Unia exigent les mesures suivantes: d’abord, le renoncement aux licenciements et, le cas échéant, une offre de replacement réellement acceptable au sein du groupe Migros; ensuite, une véritable implication du personnel qui doit être codécisionnaire; et enfin, Migros doit accepter que le personnel s’organise avec le syndicat de son choix, sur le principe fondamental de la liberté syndicale.

Sensibiliser les consommateurs

Ce 25 juin, L’Evénement syndical était à Genève, devant le centre commercial MParc La Praille, qui abrite notamment Melectronics, Do it + Garden ou encore Micasa. Une petite dizaine de syndicalistes d’Unia Genève et Vaud ont passé la matinée à informer les clients de la situation. Des tracts et des badges avec l’inscription «Migros: pas de licenciements!» ont été distribués. «Nous sommes solidaires avec tous les salariés de Migros et nous sommes là aujourd’hui pour les sensibiliser sur ce qu’il se passe en coulisses, s’est exprimée Arlette Messi, secrétaire syndicale à Unia Genève. Nous demandons au groupe de stopper les licenciements mais aussi les représailles antisyndicales. Nous exigeons également un plan social qui soit négocié avec les employés et leur syndicat. A Genève, très peu d’informations circulent sur l’avenir des filiales et de leurs employés, car la direction refuse de discuter avec Unia et les employés ont peur de s’exprimer...»

Plutôt réceptifs, les clients du centre ont demandé comment agir. «Beaucoup d’entre eux ont demandé à signer une pétition pour s’opposer à ces licenciements, rapporte la syndicaliste. C’est une idée sur laquelle nous allons travailler rapidement!» MT

Pour aller plus loin

Menace de faillite étouffée: Un silence préjudiciable aux salariés

Instruments de chirurgie

Unia Vaud a soutenu une vingtaine de salariés licenciés à la suite de la mise en faillite de leur entreprise, MV Santé. Le syndicat dénonce les effets délétères d’un sursis concordataire passé sous silence. Et réclame un changement de pratique. Retour sur un cas d’école

Vaud : 11260 signatures en soutien aux assistantes en pharmacie

Action symbolique devant la Société vaudoise de pharmacie avec remise d'une ordonnance géante pour réclamer une convention collective de travail

Le comité des assistantes en pharmacie d’Unia Vaud a remis à la Société vaudoise de pharmacie une pétition munie de 11260 signatures. Une démarche pour réclamer l’ouverture de négociations en vue d’une convention collective de travail

Une convention comme remède

Rassemblement d'assistantes en pharmacie à Ouchy

Les assistantes en pharmacie du canton de Vaud ont lancé une pétition en faveur d’une convention collective de travail

Pour un nouveau contrat-type de la vente en Valais

Unia demande au Canton d'améliorer les conditions de travail dans le commerce de détail et de revaloriser les salaires