Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

La figure du tsigane, une caricature à déconstruire

Portrait de Saimir Mile.
© Olivier Vogelsang

Saimir Mile est cofondateur et juriste de l’association La voix des Rroms à Paris. Il était de passage à Lausanne dans le cadre de la semaine contre le racisme.

Dans le cadre de la semaine d’actions contre le racisme 2023, une table ronde sur l’antitsiganisme a été organisée à Lausanne. Parmi les orateurs, Saimir Mile, juriste de l’association La voix des Rroms. Entretien

Son identité est plurielle. Son passeport est albanais, ses origines roms, son lieu de vie parisien. Enfant, Saimir Mile grandit dans la République populaire socialiste d’Albanie (1944-1991). Adolescent, il vit la chute du régime. Puis, en 1996, il reçoit une bourse pour étudier à la Faculté de droit de la Sorbonne à Paris. En 2005, le juriste cofonde, avec des étudiants de diverses nationalités, La voix des Rroms. Dix-huit ans plus tard, l’organisation se définit comme «antiraciste rromani» et «décoloniale». Ses collaborateurs, majoritairement roms, sensibilisent, luttent contre les discriminations, se réapproprient l’Histoire de ce peuple discriminé.

Le 21 mars dernier, à Lausanne, Saimir Mile a participé à la table ronde, «Rroms, les oubliés de l’antiracisme», organisée par l’association vaudoise Opre Rrom. Il est aussi l’un des témoins du film projeté à cette occasion: La camionnette blanche: radioscopie d’une rumeur, de Christophe Boltanski et Jean Bulot. Ce documentaire revient sur la flambée de violences contre des Roms qui a éclaté en région parisienne en 2019. A son origine: une rumeur véhiculée sur les réseaux sociaux les accusant de kidnapper des enfants. Un fait divers révélateur d’un antitsiganisme systémique qui ne dit pas son nom. Au lendemain de cette soirée qui s’inscrivait dans la Semaine contre le racisme, Saimir Mile partage sa vision.


Que dit cette rumeur sur la situation des communautés roms en Europe?

Cette rumeur et les violences qu’elle a suscitées sont le paroxysme d’un racisme vécu par les Roms au quotidien. Ceux qui ont vécu ces moments terribles en gardent des séquelles. De surcroît, le propre de la rumeur est de perdurer, même quand on n’en parle plus. Je tiens toutefois à souligner que des collectifs d’habitants et des associations antiracistes se sont, au moment des faits, mobilisés pour apporter des vivres et montrer leur solidarité dans les squats et les bidonvilles attaqués.

Comment analysez-vous l’évolution de la situation des Roms et du regard porté sur eux?

Le terme rom a lui-même évolué. Il y a trente ans, seuls des sociologues et des chercheurs le connaissaient et l’utilisaient. Le mot tsigane perdure malgré tout. Sous cette appellation, les figures changent au fil des époques, mais restent des caricatures. Car votre banquier ou votre patron peut être rom sans que vous le sachiez. Personnellement, j’ai grandi en Albanie comme n’importe quel autre Albanais, parce que mes parents ont voulu me mettre à l’abri de l’antitsiganisme en prenant leurs distances avec leurs origines. La culture rom ne m’a été transmise que par l’injonction d’en être fier. Comme une stratégie de défense, on ne parlait pas romani. J’ai appris la langue par la suite, jusqu’à l’enseigner à l’Université à Paris. J’ai milité dans des associations roms en Albanie, puis en France. Au début des années 2000, peu de Roms s’exprimaient, ou alors de manière très locale, sans portée politique. Nous étions objets plutôt que sujets. Dans les plus grandes associations de solidarité, une certaine forme de paternalisme prédominait. Les grands médias, eux, parlaient des Roms uniquement sous l’angle de la délinquance, de la mendicité, des trafics, des vols… Sans qu’il y ait une seule voix pour s’élever contre ce racisme. Face à ce constat, nous avons donc créé, avec des amis, La voix des Rroms. La situation évolue, mais comme le dit un dicton: «Quand le Bon Dieu te donne la farine, le diable t’enlève le sac», donc tu ne sais plus où mettre la farine. Si nous avons davantage d’écoute de la part des autorités publiques, les élus ont moins de courage, car l’appui des citoyens est plus faible. La tsiganophobie continue de circuler dans les médias et les réseaux sociaux qui l’amplifient...

Personnellement, subissez-vous ce racisme?

J’aurais pu passer inaperçu en France, car je ne suis pas considéré comme tsigane. J’ai réussi à l’école, je suis propre sur moi, je ne suis ni pauvre ni riche, et donc je ne corresponds pas au stéréotype ni du mendiant ni du mafieux. Le fait de venir d’une famille de classe moyenne bien inscrite dans la société m’a épargné d’actes racistes, mais j’ai toujours eu une épée de Damoclès: n’importe quelle jalousie ou critique pouvait s’exprimer en termes racistes. Pour moi, cela restait une source d’angoisse.

Comment combattre l’antitsiganisme?

Cela commence par l’acte de déconstruire l’image que nous tous, Roms ou pas, avons de nous-même. Ce n’est pas évident, car il s’agit aussi de déconstruire la figure du tsigane qui représente le négatif, comme celui d’une photo argentique, que les autres utilisent pour développer une image de soi en positif. Un bon Suisse, c’est donc celui qui ne vit pas en caravane, ne mendie pas et n’est pas sombre de peau.

Par ailleurs, la reconnaissance de l’Histoire est essentielle. Le génocide perpétré durant la Seconde Guerre mondiale n’a été reconnu officiellement qu’en 1982, et des survivants attendent toujours d’être indemnisés.

Enfin, des familles vivent toujours dans des squats et des bidonvilles. Quand elles sont expulsées, la scolarisation de leurs enfants est suspendue. Or, le logement représente la base de la stabilité et de l’éducation.

Le 8 avril, Journée internationale des Roms

Les Roms de Transylvanie fêtent traditionnellement le «Jour des chevaux» chaque 8 avril. Depuis le premier Congrès mondial des Roms en 1971, cette date est devenue la Journée internationale des Roms. Reste que l’Histoire de ce peuple est encore largement méconnue. Comme l’a rappelé, lors de la table ronde lausannoise, Vera Tcheremissinoff, présidente d’Opre Rrom, son berceau est l’Inde du Nord. Il y a 900 ans, des communautés migrent vers l’ouest, tout en continuant à pratiquer leurs arts – la musique et la danse – ainsi que l’artisanat, surtout le travail du métal. Au XVe siècle, arrivés en Europe, ils se séparent en plusieurs branches. Certains partent au sud: les gitans d’Espagne et du Sud de la France (Kalès). D’autres au nord: les Manouches français et les Sinté allemands et suisses. Et il y a ceux qui restent à l’est: les Roms, une minorité toujours discriminée. «Ces derniers ont vécu en Roumanie 500 ans d’esclavage, souligne la militante. Le génocide durant la Seconde Guerre mondiale a exterminé près de 90% des Sinté allemands et un demi-million de Roms de toute l’Europe. La discrimination systématique des Roms continue avec ses corollaires: l’illettrisme, le manque de formation, la misère, l’absence de logement fixe, la non-reconnaissance de leur culture, de leur histoire. L’antitsiganisme est un des racismes les moins contestés du monde!» Concrètement, à Lausanne, Opre Rrom demande la formation de médiateurs culturels et de traducteurs en romani, ainsi que des cours sur les besoins spécifiques des populations roms aux personnes en contact avec elles, comme les assistants sociaux, les enseignants et le personnel médical. Et Vera Tcheremissinoff de conclure: «Les 80% des Roms européens vivent sous le seuil de pauvreté. Il est temps que soit reconnue pour ces 10 à 12 millions de représentants une citoyenneté européenne digne!»

Pour aller plus loin

Jeunes d’ici et d’ailleurs

réunion

Des jeunes migrants ont partagé leur parcours de vie avec des collégiens genevois dans le cadre d’un projet pédagogique. «L’Evénement syndical» a assisté à ces rencontres

Les armoires électriques sous les projecteurs

Coauteur d’«ElectriCity», Pascal Jaquet, qui signe ses propres graffitis d’un petit sapin, a été un adolescent rebelle. Le graffeur et illustrateur accompagne, depuis quinze ans, des jeunes dans ce projet artistique au cœur de la ville.

Depuis quinze ans, les préapprentis du Centre d’orientation de formation professionnelle colorent les armoires électriques de la Ville de Lausanne. Un livre met en lumière ce projet

Contrer la surconsommation du Black Friday

La semaine dernière, plusieurs actions ont été menées un peu partout en Suisse pour dénoncer le Black Friday. Parmi elles, notons qu’une pétition, toujours en cours de signature, a...

Personnel de maison: financièrement à l’aise, mais totalement soumis

Dans son ouvrage «Servir les riches», la sociologue Alizée Delpierre dresse un magnifique portrait du personnel de maison en France, généralement bien situé financièrement mais sous le joug de l'employeur