Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Saint-Gall: Soins en danger

Le personnel a dénoncé des risques accrus pour la santé des patients et pour sa santé.
© Unia

Le personnel a dénoncé des risques accrus pour la santé des patients et pour sa santé.

Des collaboratrices et collaborateurs des hôpitaux saint-gallois ont manifesté contre la suppression de 440 postes

Manifestation bruyante le 23 octobre dernier devant l’hôpital cantonal de Saint-Gall. Des collaborateurs et des collaboratrices des hôpitaux saint-gallois ont fait du bruit pendant 4 minutes et 40 secondes pour protester contre la suppression de 440 postes, dont 260 rien qu’au siège. Pour le personnel mobilisé, cette mesure met non seulement gravement en danger la sécurité des patients mais aussi leur santé. Dans un communiqué de presse, Unia a exprimé sa solidarité avec les employés. Et souligné que, déjà aujourd’hui, la situation est mauvaise avec «un manque de personnel, des plannings déraisonnables et un nombre massif d’heures supplémentaires». Selon le syndicat relayant la mise en garde des salariés du domaine, la disparition de nouvelles places augmenterait largement les risques pour les patients. «Il faudrait aussi réduire les soins au minimum: par exemple, une anamnèse des soins ne pourrait plus être effectuée dans un délai de 24 heures ou les soignants devraient se limiter aux soins d’hygiène buccale et intime et renoncer aux soins corporels complets», déplore Unia. «Lorsque les postes sont supprimés, il y a un défaut de personnel, ce qui signifie que tous les autres devront assumer davantage de travail avec le même taux d’occupation. Cela entraîne une surcharge de travail, ce qui accroît les risques d’erreurs. Le fait que je sois l’une de celles qui pourraient commettre de telles erreurs et que je ne sois pas en paix avec ma conscience me rend très triste», a déclaré par voie de communiqué Léa Meier, infirmière diplômée. Unia rappelle au passage que la population a clairement accepté, en 2021, l’initiative sur les soins réclamant des prestations de qualité, de bonnes conditions de travail et du personnel en suffisance. Il souligne encore que «le sous-financement du système de santé à des conséquences fatales», notamment sur le plus grand employeur de Suisse orientale confronté depuis des années à des problèmes d’argent. «Les politiques doivent enfin prendre leurs responsabilités et garantir le financement d’une couverture médicale de qualité.»

Pour aller plus loin

«Les a priori sont susceptibles de générer des soins inadaptés»

«Face à une même douleur, à des symptômes égaux, les traitements prescrits à des patients blancs et à des patients noirs peuvent être différents», note le professeur et médecin Patrick Bodenmann.

Le domaine de la santé n’est pas exempt de dérives racistes, qu’elles concernent les patients ou le personnel soignant. Entretien avec le professeur Patrick Bodenmann, spécialiste de la question

Les frontaliers vont passer à la caisse... maladie

Le Parlement suisse pourrait voter en faveur d’une augmentation d’au moins 60% des primes d’assurance maladie pour les frontaliers. Une injustice pour le GTE

EMS en crise: «Il est crucial que la voix du personnel soit entendue»

L’entrée plus tardive des personnes âgées dans les EMS a pour conséquence des soins plus complexes. Le rationnement des soins, comme celui des coûts, implique pour le personnel des conditions de travail très difficiles et laisse peu de place au lien social, pourtant essentiel aux résidents.

Une étude, à laquelle Unia a participé, montre que la pénurie de main-d’œuvre dans les soins de longue durée prend racine dans la manière dont le travail y est organisé

Une CCT pour le personnel des EMS valaisans

C’est une belle victoire pour le personnel valaisan des soins de longue durée. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative populaire fédérale pour des soins infirmiers forts...