Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Mobilisation des travailleurs payante

Le personnel de Constantin Martial & Cie SA a accepté le plan social trouvé au terme de plusieurs séances de négociations

Epilogue dans l’affaire Constantin Martial & Cie SA, à Vernayaz, en Valais. Au terme de six séances de négociations, les syndicats SCIV et Unia sont parvenus à un accord sur le plan social avec la direction de PBM, propriétaire français de l’entreprise. Rappelons que le personnel avait mandaté les organisations de travailleurs pour défendre ses intérêts et obtenir des compensations «à la hauteur du préjudice subi» à la suite de l’annonce de la fermeture du site spécialisé dans les éléments préfabriqués en béton. Une clôture motivée par la décision de délocaliser la production en France, entraînant le licenciement de 33 personnes. L’accord qui a été adopté à l’unanimité le 29 mai par les collaborateurs définit des indemnités calculées en fonction de l’ancienneté, de l’âge et de la charge de famille. «C’est un plan social acceptable compte tenu du chemin parcouru entre la proposition initiale et le résultat obtenu», commente Blaise Carron, secrétaire régional d’Unia Valais, sans en révéler le détail. «Il ne saurait toutefois se substituer au maintien des emplois mais en atténue quelque peu les conséquences délétères de leur perte.» Selon le syndicaliste, cette issue est clairement liée à la détermination et à la mobilisation des salariés. Pour mémoire, les employés avaient organisé une action devant l’entreprise le 2 mai dernier afin de témoigner de leur colère et exiger des indemnités plus généreuses. «Cette mobilisation a constitué un tournant. La pression du personnel a clairement joué un rôle et conduit la direction à entrer réellement en négociation à partir de cette date», note le représentant d’Unia, rappelant encore que les syndicats s’étaient pour leur part rendu trois jours plus tard devant le siège de PBM à Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon, «où se prennent toutes les décisions». Dans un communiqué commun, le SCIV et Unia souligne encore «la force, la solidarité, le courage et la patience dont a fait preuve le personnel durant cette longue et pénible période de la négociation». Ils lancent aussi un appel aux employeurs potentiels afin qu’ils fassent un accueil bienveillant aux éventuelles postulations des salariés licenciés.

Pour aller plus loin

Unia en campagne sur les chantiers

Un syndicaliste parle aux ouvriers

En vue du renouvellement de la Convention nationale du gros œuvre, le syndicat sonde les travailleurs pour définir son cahier de revendications. Il en profite pour leur parler des enjeux du 9 juin dans les urnes

Stop au harcèlement sexuel sur les chantiers!

Une femme tient un outil

L’assemblée des femmes de la construction exige que des règles contraignantes soient mises en place contre le harcèlement au travail, dont la prévention et les sanctions

Des chercheurs planchent sur du béton sans ciment

Pour faire face au bouleversement climatique, la start-up zurichoise Oxara développe des matériaux de construction durables. Entretien avec l’un de ses cofondateurs, Thibault Demoulin

Un maçon sur deux n’a reçu aucune augmentation en 2024

La vaste enquête menée par Unia et Syna englobant 34000 travailleurs de 700 entreprises dans toute la Suisse a révélé que 48% d’entre eux n’ont pas eu droit à une hausse des salaires.

Unia et Syna ont mené une vaste enquête sur les chantiers, qui révèle que les employeurs se sont montrés bien pingres alors que le secteur bénéficie d’une bonne conjoncture