Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Cours pour maçons portugais et espagnols

Maçon au travail.
© Neil Labrador/Archives

Les cours au Portugal et en Espagne permettent aux maçons d’obtenir une qualification reconnue dans nos frontières.

Les travailleurs du gros œuvre de certains cantons, ainsi que les temporaires, peuvent se perfectionner au pays durant l’hiver

Les cours de formation pour les maçons espagnols et portugais rentrant au pays en hiver auront de nouveau lieu en début d’année prochaine, du 4 janvier au 26 février 2021. Ces cours de perfectionnement de huit semaines permettent à ceux qui y participent d’acquérir des connaissances sur les méthodes et les matériaux de construction utilisés en Suisse. Au retour, le travailleur percevra le salaire d’un ouvrier qualifié, ce qui représente pour la plupart une hausse de quelques centaines de francs par mois.

Ce perfectionnement est destiné aux maçons soumis au Parifonds, le fonds de formation du secteur principal de la construction des travailleurs des cantons de Fribourg, du Jura et de Berne pour ce qui concerne la Suisse romande. Cette formation ne s’adresse pas aux ouvriers des autres cantons romands, qui disposent de leurs propres systèmes paritaires, à l’exception des travailleurs temporaires, dont les cours sont reconnus par les instances de la CCT de location de services.

La formation a lieu à Saint-Jacques-de-Compostelle pour l’Espagne, et à Lisbonne et Porto pour le Portugal. Il revient à l’employeur d’inscrire son ouvrier*. Un formulaire est disponible sur le site de la Société suisse des entrepreneurs (voir ci-dessous). Les frais de cours sont pris en charge par le Parifonds ou, pour les temporaires, par Temptraining, le fonds de formation de la CCT. L’ouvrier fréquentant le cours reçoit une indemnité journalière de 200 francs, pour autant qu’il y ait droit. Il est donc impératif de se renseigner auprès de son employeur, du Parifonds ou du syndicat Unia pour vérifier si les conditions sont remplies. Le programme s’articule autour de formations de base en coffrages, maçonnerie et canalisations, modules intégrant également la sécurité au travail et la lecture de plans.

Ces cours au pays existent depuis des années. Les maçons les ayant suivis sont enthousiastes, à l’instar de Hélder Castro, qui témoignait en septembre dans Horizonte, la publication d’Unia dans les langues de l’immigration: «Apprendre les méthodes utilisées en Suisse est important pour être de bons professionnels. La formation contribue à ce que notre travail soit plus valorisé. Les Portugais travaillent dur sur les chantiers, mais ce n’est pas suffisamment reconnu. Nous dépendons de la bonne volonté des chefs et beaucoup en abusent. Des ouvriers ont peur et ne se défendent pas. Bien sûr, la situation est complexe, le droit du travail nous protège peu. Mais connaître la langue locale et avoir une meilleure formation nous permet de nous sentir plus sûrs et augmente notre confiance en soi. C’est aussi pour cela que le cours est important.»

Plus d’informations sur:

- Le site de la SSE: baumeister.ch

- Le site de la CCT location de services: tempservice.ch

*Le délai d'inscription est fixé au 4 novembre.

Pour aller plus loin

Unia en campagne sur les chantiers

Un syndicaliste parle aux ouvriers

En vue du renouvellement de la Convention nationale du gros œuvre, le syndicat sonde les travailleurs pour définir son cahier de revendications. Il en profite pour leur parler des enjeux du 9 juin dans les urnes

Stop au harcèlement sexuel sur les chantiers!

Une femme tient un outil

L’assemblée des femmes de la construction exige que des règles contraignantes soient mises en place contre le harcèlement au travail, dont la prévention et les sanctions

Des chercheurs planchent sur du béton sans ciment

Pour faire face au bouleversement climatique, la start-up zurichoise Oxara développe des matériaux de construction durables. Entretien avec l’un de ses cofondateurs, Thibault Demoulin

Un maçon sur deux n’a reçu aucune augmentation en 2024

La vaste enquête menée par Unia et Syna englobant 34000 travailleurs de 700 entreprises dans toute la Suisse a révélé que 48% d’entre eux n’ont pas eu droit à une hausse des salaires.

Unia et Syna ont mené une vaste enquête sur les chantiers, qui révèle que les employeurs se sont montrés bien pingres alors que le secteur bénéficie d’une bonne conjoncture