Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«Ces 30 minutes, ce n’est pas anodin»

manif
© Olivier Vogelsang

Les vendeuses, accompagnées d’Unia, avaient manifesté en 2022 devant les portes du Parlement valaisan pour alerter sur leurs conditions de travail et inviter les élus à rejeter la Loi sur les ouvertures des magasins.

Une partie de la base des partis bourgeois est opposée à l’extension des horaires des magasins. Le front contre la LOM se renforce

Il semblerait que, même à droite, l’extension de l’ouverture des magasins en Valais ne fasse pas l’unanimité… Pour bref rappel, la Loi sur les ouvertures des magasins (LOM), qui sera soumise au vote le 3 mars prochain, propose d’ouvrir les boutiques jusqu’à 19h en semaine au lieu de 18h30, mais aussi d’étendre les zones touristiques du canton, ce qui permettrait des ouvertures 7 jours sur 7 jusqu’à 21h. «Trente minutes, ce n’est pas anodin», réagit Francine Zufferey, secrétaire syndicale à Unia Valais, qui a mené une grande campagne pour mobiliser les électeurs du canton. «Trente minutes, c’est le temps qui manque pour aller chercher son enfant à la crèche, ou pour pouvoir participer à une activité ou un loisir.» Il y a aussi la question de l’amplitude de l’horaire de travail. «Les vendeuses et les vendeurs commencent tôt et terminent toujours plus tard le soir, avec des horaires coupés.»

Porte-monnaie pas extensible

Loin du clivage gauche/droite traditionnel, le débat paraît moins tranché cette fois. Les syndicats et la gauche, qui ont attaqué cette loi par référendum, sont suivis par les petits commerçants, mais aussi le Centre et le PDC. Le PLR, comme les grands magasins, ne donnent pas de consigne de vote. Aujourd’hui, il n’y a donc que l’UDC et le Conseil d’Etat qui soutiennent l’objet, estimant que fermer les boutiques à 19h apporte une «réponse directe aux habitudes changeantes des consommateurs, permettant aux travailleurs de faire leurs courses après leur journée de labeur».

«Il s’avère en effet que les partis ne donnent pas le même son de cloche que les parlementaires lorsqu’ils ont voté au Grand Conseil, constate Francine Zufferey. Leurs adhérents sont probablement plus sensibles sur les conditions de travail du personnel de vente. Ils ont aussi pris conscience que ce n’est pas parce qu’on ouvre plus longtemps que les gens consomment plus! C’est une loi qui profitera uniquement aux grands groupes, car les petits magasins ne sont pas favorables à cette révision.»

La syndicaliste appelle les travailleurs à défendre leurs intérêts, et donc à voter contre cette extension des horaires des magasins. «Il faut aller voter, car l’abstention peut laisser la place à de mauvaises surprises!» Le message est passé…

 

Pour aller plus loin

Migros va biffer 1500 emplois

Migros a annoncé vouloir rompre avec ses marques spécialisées comme Hotelplan Group, Mibelle, SportX et Melectronics.

Le géant orange a annoncé vouloir se séparer de quatre de ses enseignes, entraînant la suppression de 1500 postes. Unia, choqué, appelle Migros à tout mettre en œuvre pour éviter les licenciements

Le succès de Migros ne bénéficie pas à son personnel

Le géant orange accroît son chiffre d’affaires, mais aussi la pression sur ses employés, dénonce Unia

Valais: Non à des journées à rallonge dans la vente

Une vaste alliance a lancé la campagne pour la votation du 3 mars sur les heures d’ouverture des commerces. De gauche à droite: Gwénolé Blanchet, député-suppléant les Verts; Jacqueline Lavanchy, POP Valais; Marcel Bayard, président du SCIV; Blaise Carron, secrétaire régional d’Unia Valais; Sarah Constantin, Parti socialiste valaisan; Francine Zufferey, présidente de l’Union syndicale valaisanne; et Maxime Collombin d’Entremont Autrement.

Le 3 mars, la population valaisanne votera sur un élargissement des horaires d’ouverture des magasins. Syndicats et partis de gauche s’y opposent. Arguments

Pas de CCT de la vente en vue à Fribourg

Le personnel de vente du canton de Fribourg attend une convention collective de travail digne de ce nom depuis des années. L’association des commerces indépendants ayant claqué la porte des pourparlers, la médiation a été abandonnée.

Le conseiller d’Etat en charge de l’Economie, Olivier Curty, met fin officiellement à la médiation entre les partenaires sociaux