Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Taux d’intérêt minimal trop bas dans le 2e pilier

L’Union syndicale suisse demande au Conseil fédéral de fixer un taux supérieur à 1% pour 2023

La semaine dernière, la Commission fédérale de la prévoyance professionnelle (Commission LPP) a décidé de recommander au Conseil fédéral de maintenir, en 2023, le taux d’intérêt minimal de rémunération des avoirs des caisses de pension à 1%. Ce taux détermine à quelle hauteur ces derniers doivent être rémunérés.

L’Union syndicale suisse (USS) a réagi à cette décision qu’elle estime incompréhensible après cinq ans de taux historiquement bas, fixé à 1%. Pour la centrale syndicale, il s’agit là d’une opération manquée de renforcer la confiance des assurés et des assurées dans le 2e pilier. Le taux actuel était motivé par les taux d’intérêt négatifs; or, depuis, les taux ont été revus à la hausse.

«Ces dernières années, de nombreuses caisses de pension ou assurances vie ont tiré parti de la modeste rémunération des avoirs de vieillesse exigée d’elles pour arrondir leurs bénéfices ou pour facturer à leurs assurés des frais de gestion de fortune excessifs», souligne l’USS dans son communiqué, expliquant que ces coûts du 2e pilier ont atteint des hauteurs inégalées alors que, de leur côté, la rémunération des avoirs et les rentes diminuent.

La faîtière constate que «les taux d’intérêt sans risque sont actuellement plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été au cours des huit dernières années», ce qui est, écrit-elle, synonyme de stabilisation du 2e pilier à moyen terme. Alors que les taux d’intérêt ont augmenté, que les institutions de prévoyance affichent une solidité financière et que l’économie suisse continue à bien se porter, la situation est critique pour les assurés, les prestations des caisses de pension subissant de fortes pressions en raison du renchérissement. De ce fait, «les retraités s’exposent à une douloureuse perte de pouvoir d’achat, faute de compensation du renchérissement». Les travailleuses et les travailleurs, en tant qu’assurés actifs, sont eux aussi pénalisés par un taux de rémunération des avoirs LPP de 1%.

«Afin de garantir les prestations des caisses de pension, le taux d’intérêt minimal devrait au moins être aligné sur l’inflation», revendique l’USS, qui invite le Conseil fédéral à corriger à la hausse la recommandation de la Commission LPP, pour «préserver le capital de prévoyance» et éviter «que la confiance accordée au 2e pilier ne s’effrite davantage.»

Pour aller plus loin

L’USS salue la décision du Conseil fédéral sur la 13e rente

© Thierry Porchet

La semaine dernière, la ministre de l’Intérieur Elisabeth Baume-Schneider présentait le projet de mise en œuvre de l’initiative pour la 13 e rente AVS, acceptée en votation le 3...

Les syndicats genevois exigent de réelles mesures contre les patrons fraudeurs aux assurances sociales

Lors d’une conférence de presse donnée devant un chantier où des fraudes ont été constatées, à Châtelaine, les représentants des syndicats Unia, Syna et le Sit ont évoqué plusieurs cas emblématiques ayant fait l’objet de dénonciations pénales de leur part.

La «charte» de la conseillère d’Etat Delphine Bachmann n’est pas jugée crédible par Unia, Syna et le Sit, qui lui opposent l’élaboration d’un «pacte social»

«Nous sommes à l’aube d’un tournant!»

pierre-yves maillard

La journée syndicale de formation et de réflexion sur les retraites, tenue au Locle le 10 février, a permis d’aguerrir la centaine de militantes et de militants présents

«Le 3 mars, on peut faire basculer le rapport de force»

deux hommes

Dans le prolongement du film «Le Protokoll», le journaliste Pietro Boschetti a publié récemment un livre sur le 2e pilier. Rencontre lors de son passage au Locle