Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Pour des mesures d’accompagnement renforcées

Une centaine de délégués actifs dans les professions de l’artisanat du bâtiment se sont réunis le 24 mai à Berne dans le cadre de l’assemblée de leur branche. Menuisiers, électriciens, plâtriers-peintres ou encore techniciens du bâtiment se sont montrés vivement préoccupés par les négociations bilatérales entre la Suisse et l’Union européenne. En effet, le mandat de négociation adopté par le Conseil fédéral prévoit des détériorations importantes de la protection des salaires en Suisse, alors que ces professions, soumises à une forte concurrence, sont déjà sous pression. «Au lieu de renforcer les mesures d’accompagnement, le Conseil fédéral veut gravement les affaiblir, notamment en supprimant une grande partie du système de cautions, dénonce Unia dans un communiqué de presse. Il ouvre la possibilité pour les employeurs de ne plus payer les nuitées et les repas au tarif suisse, mais à celui du pays de provenance. Il affaiblit l’interdiction d’offrir ses services en Suisse en cas de dumping constaté et raccourcit le délai d’annonce, rendant ainsi plus difficile le contrôle des entreprises susceptibles de ne pas respecter les règles. La voie choisie par le Conseil fédéral est incompréhensible et nuisible à tous les acteurs des arts et métiers en Suisse.»
Partant de ce constat, les délégués ont voté une résolution demandant le renforcement des mesures d’accompagnement avec des dispositifs de contrôle et de sanctions efficaces et dissuasives. Par ailleurs, celle-ci exige que la conclusion de conventions collectives de travail de force obligatoire soit facilitée pour s’adapter aux nouvelles réalités du monde du travail, dans l’intérêt des partenaires sociaux. Et, enfin, la résolution revendique de meilleurs salaires et une réduction du temps de travail, permettant ainsi de rendre les professions attractives et de faire face à la pénurie de personnel qui s’accroît. «On ne marchande pas la protection des salaires et les travailleurs, nous n’accepterons pas d’accord sur le dos des salariés!» prévient Unia. Le message est passé.

Pour aller plus loin

Courant artistique

"Un tableau abstrait" d'après Miguel, électricien

Certains n’y verront que des fils électriques. D’autres, à l’image de Miguel, un tableau abstrait ou presque. Cet électricien rencontré sur un chantier de rénovation partagera son...

Genève: La métallurgie du bâtiment revalorisée

© Thierry Porchet

Le personnel bénéficie de meilleures indemnités de repas et de déplacement, d’augmentation des salaires minimums et d’une couverture complète en cas de maladie

«Les travailleurs sont toujours les dindons de la farce!»

«C’est un scandale!», dénonce, devant le siège de l’entreprise, le secrétaire syndical José Sebastiao en compagnie de Joao.

En arrêt maladie, Joao n’a perçu aucun revenu pendant cinq mois, car son employeur n’est pas à jour avec ses cotisations sociales. Unia dénonce un système qui profite seulement aux patrons

La lutte paie pour trois grévistes

Les trois ouvriers non payés ont décidé de cesser le travail. Après trois jours et demi de grève, ils ont obtenu gain de cause sur ce chantier d’une fondation de Lancy et de caisses de pension.

A Genève, trois poseurs de fenêtres ont croisé les bras pour réclamer des salaires et des vacances impayés. Déterminés, ils ont obtenu du maître d’ouvrage le paiement de leur dû