Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

LPP 21: réforme recalée

Le Conseil des Etats a décidé, le 15 juin dernier, de renvoyer en commission la réforme de la Loi sur la prévoyance professionnelle

La révision de la Loi sur la prévoyance professionnelle (LPP) va prendre un temps de retard. Mercredi passé, au lendemain des mobilisations de la grève féministe, les élus bourgeois du Conseil des Etats ont renvoyé le projet LPP 21 à la Commission de la sécurité sociale. Le Conseil national avait adopté la réforme en décembre de l’année dernière, tout en donnant de gros coups de canif dans le texte initial issu d’un compromis entre les partenaires sociaux. En édulcorant notamment les mesures envisagées pour compenser la baisse du taux de conversion, mesures introduisant une part de solidarité dans le 2e pilier. La réforme prévoit également un accès facilité à la LPP pour les personnes à bas revenus ou à temps partiel, qui sont principalement des femmes.

La décision de renvoi du Conseil des Etats a suscité des réactions tant dans le camp de l’Union patronale suisse, qui regrette le retard pris dans cette réforme «qui revêt une grande urgence», que dans le camp syndical. Pour l’Union syndicale suisse (USS), «les discussions dominées par le camp bourgeois mènent au chaos. Un brutal démantèlement des rentes reste à craindre dans la réforme du 2e pilier.» Dans son communiqué, la faîtière dénonce aussi le double langage de la droite: «On a promis, dans les médias, monts et merveilles aux femmes. Mais dès qu’on en vient aux choses concrètes, même les améliorations de prestations que la commission avait proposées il y a un mois encore vont trop loin!»

Manœuvre inaboutie

Tout en déplorant ce report qui «ne laisse rien présager de bon pour la réforme», l’USS met en lumière l’échec de la manœuvre de la droite envisagée pour faire accepter AVS 21 en septembre et la hausse de l’âge de la retraite des femmes: «Le projet du camp bourgeois d’adopter juste avant le scrutin sur AVS 21 une pseudo-solution en faveur des femmes dans la LPP, tout en gardant l'option de faire machine arrière ensuite, a échoué.» Cependant, note l’USS, «les femmes restent les mains vides sur la question des rentes».

La faîtière syndicale rappelle que le compromis des partenaires sociaux, qui ont la responsabilité du 2e pilier et doivent veiller à son financement, visait à répondre aux problèmes urgents qui se posent. Ce compromis a pour but, précise l’USS, de moderniser la LPP, stabiliser les rentes et améliorer la situation des personnes à temps partiel ou à bas revenus. La faîtière annonce qu’elle sera vigilante sur la proposition qui sortira des nouvelles discussions de la Commission du Conseil des Etats: «Il va de soi que l’USS ne soutiendra pas une réforme de la LPP qui aboutirait à un démantèlement des rentes. La voie à suivre est celle d'améliorations, qui soient financièrement abordables pour les femmes. Toute nouvelle proposition sera jugée à l'aune de ce que permettait d'atteindre le compromis des partenaires sociaux.»

Pour aller plus loin

L’USS salue la décision du Conseil fédéral sur la 13e rente

© Thierry Porchet

La semaine dernière, la ministre de l’Intérieur Elisabeth Baume-Schneider présentait le projet de mise en œuvre de l’initiative pour la 13 e rente AVS, acceptée en votation le 3...

Les syndicats genevois exigent de réelles mesures contre les patrons fraudeurs aux assurances sociales

Lors d’une conférence de presse donnée devant un chantier où des fraudes ont été constatées, à Châtelaine, les représentants des syndicats Unia, Syna et le Sit ont évoqué plusieurs cas emblématiques ayant fait l’objet de dénonciations pénales de leur part.

La «charte» de la conseillère d’Etat Delphine Bachmann n’est pas jugée crédible par Unia, Syna et le Sit, qui lui opposent l’élaboration d’un «pacte social»

Elisabeth Baume-Schneider chahutée à Yverdon

manif

Rouge de colère! Une cinquantaine de militantes et de militants du Collectif de la grève féministe Vaud, du syndicat Unia et d’autres organisations ont exprimé leur désarroi à la...

Les jeunes sont sur le terrain pour la 13e rente AVS

Le 3 mars sera une date importante pour la jeunesse progressiste, décidée à faire échouer l’initiative du camp bourgeois visant à augmenter l’âge de la retraite à 67 ans, et surtout à renforcer le 1er pilier