Licenciement collectif du personnel de XPO Logistics

La multinationale américaine licencie ses employés de Satigny. Unia exige un plan social

Alors que le secteur de la logistique est en plein boom, XPO Logistics a décidé de résilier les contrats de sa trentaine d’employés de sa succursale de Satigny. Son motif: la fin du contrat avec son unique client cet été. Unia Genève monte au front pour demander un plan social et la reconnaissance du partenariat social alors que la quasi-totalité des employés ont donné mandat au syndicat à cet effet. «Jusqu’à présent, la société ne respecte pas le droit des salariés de se faire représenter ni de négocier un plan social. Elle refuse le dialogue social», explique Umberto Bandiera, secrétaire syndical d’Unia Genève. Il dénonce aussi l’inconséquence de XPO: «Alors que le secteur de la logistique voit ses chiffres d’affaires exploser, la responsabilité d’une mauvaise gouvernance de la part d’une multinationale ne peut pas peser que sur les employés.» 

Un délégué syndical d’Unia à XPO, souligne ne pas être surpris par la nouvelle: «Je m’y attendais depuis la dénonciation du contrat par l’unique client de la société il y a quelques mois, mais des collègues ont reçu la nouvelle assez durement, qui plus est, dans cette période de confinement. Pour la plupart, le courrier leur est arrivé le 5 mai. D’autres, en France, l’attendent encore.» La grande majorité des employés ont en effet été mis au chômage partiel depuis le 25 mars. Avec des conséquences douloureuses en termes de salaire. «En avril, il manque bien plus que 20%. Certains perdent jusqu’à 30% ou 40% sans explication. Les fiches de salaires sont incompréhensibles», souligne le délégué. 

Unia organise une assemblée générale du personnel ce mercredi en ligne. De son côté, la direction suisse de XPO a mandaté un avocat.