Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Des principes communs pour l'initiative sur les soins infirmiers

Pancarte "Blouses blanches colère noire" lors d'une manifestation.
© Thierry Porchet

En novembre dernier, le personnel de la santé s’était mobilisé à Berne pour exiger la mise en œuvre rapide de l’initiative sur les soins. La déclaration commune rendue publique le 8 juin dernier est un pas en avant dans ce sens.

Cantons, employeurs et syndicats s’entendent pour réclamer la réalisation rapide de l'offensive sur la formation et l’amélioration des conditions de travail dans la santé

Cantons, employeurs et représentants du personnel ont trouvé un consensus pour la mise en œuvre de l'initiative «pour des soins infirmiers forts», acceptée en votation populaire en novembre 2021. Dans une déclaration commune rendue publique le 8 juin, la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, les associations d’employeurs et les syndicats, à l’instar d’Unia, demandent la réalisation rapide de l'offensive sur la formation par les cantons. Ces mesures en matière de formation doivent déployer leurs effets dès l'entrée en vigueur de la nouvelle loi prévue pour le 1er juillet 2024, réclament les partenaires de la santé. L'augmentation du nombre de diplômés ne suffira toutefois pas à elle seule à répondre à la pénurie de personnel qualifié dans le domaine de la santé mise en lumière lors de la pandémie de coronavirus, estime la déclaration d’intention. C’est pourquoi les signataires proposent une amélioration des conditions de travail pour retenir le personnel. Le texte évoque des dotations en personnel adaptées, une culture de gestion et de direction valorisante, l'amélioration des horaires de service et l’extension des structures d’accueil extrafamilial. Quant aux salaires, ils se doivent d’être «conformes aux exigences». Sont également indiqués une compensation du renchérissement et des indemnités. La déclaration mentionne aussi les mesures favorisant la reconversion professionnelle et le recrutement de personnes ayant quitté la profession. Elle propose également d'examiner dans quelle mesure du personnel peut être recruté à l'étranger, «tout en s'assurant que le processus se déroule selon une approche éthique et responsable». Enfin, le texte souligne que, depuis plusieurs années, les tarifs et le financement des soins ne couvrent plus les coûts dans nombre de domaines de prestations hospitalières et ambulatoires. Ils doivent dès lors être revus de telle sorte qu’ils couvrent les frais des établissements «offrant de bonnes conditions de travail».

Le Valais prend l’initiative

Le Canton du Valais entend ne pas perdre de temps. Des mesures pour améliorer les conditions de travail du personnel soignant sont mises en place progressivement dès cette année. Pour ce faire, le Département de la santé, dirigé par le socialiste Mathias Reynard, dispose d’une enveloppe de 7 millions de francs en 2023 qui servira à l’augmentation des salaires (jusqu’à 2000 francs par an) et des indemnités de nuit, week-ends et jours fériés. En 2024, 8 millions s’y ajouteront afin d’étoffer la dotation de personnel à l’Hôpital du Valais et de mettre en place une convention collective. En 2025, ce sont 5 millions de plus qui seront disponibles afin d’engager encore du personnel à l’Hôpital. Les effectifs supplémentaires devraient alors se monter à un total de 60 équivalents pleins-temps et permettre d’atteindre le seuil d'une personne soignante pour cinq patients.

Pour aller plus loin

«La Commission du Conseil national ferme les yeux»

La Commission du Conseil national traitant des questions de santé publique rejette une initiative en faveur d’une meilleure reconnaissance du stress comme maladie professionnelle. Unia demande à la Chambre du peuple de rectifier le tir

L’assistance au suicide menacée à Genève?

Les électeurs voteront le 9 juin sur la modification de la Loi sur la santé qui ne contraint plus les hôpitaux et les EMS à accepter le recours au suicide assisté en leur sein

«En vingt ans, les primes ont plus que doublé!»

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.

L’initiative d’allègement des primes, soumise au peuple le 9 juin, demande que les assurés ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux primes. Entretien avec Vania Alleva

Le référendum contre EFAS est sous toit

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.

Le Syndicat des services publics (SSP) a déposé la semaine dernière 57000 signatures contre le Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). Adoptée...