Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Débrayage à l’aéroport: une trentaine de vols pertubés

Avions à l'aéroport de Genève.
© Neil Labrador/archives

Ils l’annonçaient depuis des mois, ils sont passés à l’action mercredi dernier. Des dizaines de salariés de Swissport ont débrayé durant trois heures à l’aéroport. L’action a provoqué la perturbation d’une trentaine de vols, jusqu’à deux heures et demie de retard pour l’avion le plus touché. Pour mémoire, la direction de la société d’assistance au sol a imposé cet hiver à ses mille collaborateurs de Genève-Cointrin une modification des contrats de travail impliquant une dégradation des conditions de travail et des baisses de salaires de l’ordre de 500 à 1500 francs par mois. Pour répondre à cette attaque sans précédent, les travailleurs ont tout tenté: manifestations, conciliation à la Chambre des relations collectives de travail, médiation organisée par l’ancien conseiller d’Etat David Hiler, motion au Grand Conseil… En vain. Ils ont finalement engagé des mesures de lutte qui n’avaient pas eu jusqu’ici beaucoup d’impact faute de trafic aérien. Ils exigent l’ouverture de négociations et la conclusion d’une nouvelle convention collective de travail. «Il y a urgence, prévient dans un communiqué Avenir syndical, l’un des trois syndicats du personnel de l’entreprise. Si la direction de Swissport n’accède pas rapidement aux revendications les plus urgentes du personnel, soit principalement la pénibilité, les salaires et l’organisation du travail, d’autres actions auront lieu.»

Pour aller plus loin

Patron aux abonnés absents

Accompagné des travailleurs, le secrétaire syndical José Sebastiao a tenu une conférence de presse le 23 mai devant le siège de la société aux Acacias: «Les travailleurs sont très inquiets, ils ont des familles, des charges à payer, est-ce que les salaires du mois de mai vont être versés?»

A leur retour de vacances imposées, les employés d’une entreprise genevoise de plomberie ont trouvé porte close, sans aucune nouvelle de leur patron. Unia ne compte pas lâcher l’affaire.

Fin d’une grève de deux mois en Italie

Les travailleurs du distributeur italien d’énergies Enel ont mis fin à leur grève, démarrée en mars. Les syndicats Federazione italiana lavoratori chimica tessile energia...

Le coup de gueule des agents du Panthéon porte ses fruits

Monument dédié aux morts célèbres à Paris, le Panthéon est resté fermé du 22 au 25 avril. Le personnel s’est mis en grève pendant quatre jours, après avoir exprimé son ras-le-bol...

Deuxième grève générale en Argentine contre le tronçonneur Milei

Pour la deuxième fois en cinq mois, les syndicats argentins ont lancé le 9 mai une grève générale afin de protester contre la politique d’austérité de l'ultralibéral Javier Milei...