Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Une absurdité sociale et écologique

Unia Genève réagit à l’importation massive de préfabriqués depuis l’Espagne et l’Italie pour un chantier du PAV pourtant prétendu exemplaire sur le plan environnemental

Début juin, nos confrères de la Tribune de Genève révélaient que des milliers de modules de salles de bains et de toilettes préfabriqués allaient être importés d’Espagne et d’Italie par camions pour les logements du «Quai Vernets». Ce futur lotissement, qui sera le premier chantier du PAV (projet de transformation de grande envergure du quartier Praille Acacias Vernets) et dont la moitié des maîtres d’ouvrage sont des entités publiques, se veut être exemplaire en matière d’écologie, de qualité et d’économie circulaire… Notamment basé à 100% sur les énergies renouvelables, Quai Vernets a déjà obtenu le label «Site 2000 watts» avant même sa construction.

Une aberration, selon Unia Genève, qui s’est fendu d’un communiqué de presse quelques jours plus tard. «Le syndicat ne peut rester passif face aux conditions de travail des ouvriers et aux répercussions sur l’emploi à Genève de cette pratique. Les arguments avancés par l’entreprise qui pilote le chantier ne tiennent pas la route: les courts délais, la diminution des déchets et la réduction des coûts. Cela fait maintenant plus de dix ans que les discussions autour du quartier du PAV ont démarré. Largement assez pour ne pas se retrouver coincés aujourd’hui par des délais. Quant à la diminution des déchets, cela est cocasse pour un chantier qui se veut écologique. Depuis des années, les techniques ont changé et, en Suisse, l’obligation de recycler les déchets est obligatoire. Qu’en est-il en Espagne ou en Italie?»

Les associations patronales, elles, dénoncent dans les colonnes de la Tribune de Genève une concurrence déloyale et regrettent que les maîtres d’ouvrage n’aient pas recouru à des entreprises locales.

Mieux contrôler

Pour Unia, le seul objectif de cette manœuvre est la réduction des coûts de la main-d’œuvre pour maximiser les profits. «Les autorités vont-elles continuer à soutenir cette absurdité qui va à l’encontre de notre économie, de l’emploi et de l’environnement à l’heure de l’urgence climatique?» questionne Unia. Le syndicat a adressé des courriers au Département du territoire ainsi qu’aux maîtres d’ouvrage en vue d’obtenir des explications quant à ces choix. Ces courriers sont restés, pour l’heure, sans réponse.

«Pour Unia, il est nécessaire et urgent de créer une commission tripartite pour le suivi de l’intégralité du chantier du PAV, lit-on dans le communiqué de presse. Car aujourd’hui, ce sont des toilettes d’Espagne et d’Italie qui seront installées, et demain, aurons-nous des cuisines venant de Chine?»

Pour aller plus loin

Unia en campagne sur les chantiers

Un syndicaliste parle aux ouvriers

En vue du renouvellement de la Convention nationale du gros œuvre, le syndicat sonde les travailleurs pour définir son cahier de revendications. Il en profite pour leur parler des enjeux du 9 juin dans les urnes

Stop au harcèlement sexuel sur les chantiers!

Une femme tient un outil

L’assemblée des femmes de la construction exige que des règles contraignantes soient mises en place contre le harcèlement au travail, dont la prévention et les sanctions

Des chercheurs planchent sur du béton sans ciment

Pour faire face au bouleversement climatique, la start-up zurichoise Oxara développe des matériaux de construction durables. Entretien avec l’un de ses cofondateurs, Thibault Demoulin

Un maçon sur deux n’a reçu aucune augmentation en 2024

La vaste enquête menée par Unia et Syna englobant 34000 travailleurs de 700 entreprises dans toute la Suisse a révélé que 48% d’entre eux n’ont pas eu droit à une hausse des salaires.

Unia et Syna ont mené une vaste enquête sur les chantiers, qui révèle que les employeurs se sont montrés bien pingres alors que le secteur bénéficie d’une bonne conjoncture