Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Manque de main-d’œuvre, salaires en hausse

La situation sur le marché du travail est à l’embauche. Le nombre de postes vacants est élevé, notamment dans l’hôtellerie-restauration, l’industrie et certains domaines du bâtiment

Le marché du travail continue d’évoluer de manière satisfaisante. Le chômage diminue et le nombre de postes vacants reste élevé. Malgré le renchérissement, le revirement des taux d’intérêt et la guerre en Ukraine, les employeurs cherchent à recruter du personnel dans la plupart des secteurs. Mais pas partout avec la même intensité.

C’est dans l’hôtellerie-restauration que l’on trouve actuellement le plus grand nombre de postes vacants par rapport à l’ensemble des emplois occupés, branche suivie de près par l’informatique et la communication. L’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) a depuis peu rejoint ce peloton de tête, avec environ 3% de postes vacants à la mi-février.

Manque de personnel

Les entreprises des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, de la santé, du social et de la construction recherchent de plus en plus souvent aussi des employées et des employés sans apprentissage. Mais les personnes formées restent les plus demandées. Près d’un restaurant et d’un hôtel sur deux a d’ailleurs du mal à trouver une personne qualifiée, bénéficiant d’un apprentissage. C’est chez les électriciens et les autres installateurs du bâtiment que la situation est actuellement la plus difficile pour les patrons. Quatre entreprises sur cinq indiquent qu’elles sont contraintes d’effectuer moins de mandats parce qu’elles ne trouvent pas les bonnes personnes.

Pression à la hausse sur les salaires

Sans une conjoncture solide, il n’y aurait pas autant de postes à pourvoir. Mais la conjoncture n’explique pas, à elle seule, pourquoi certaines branches ont tant de difficulté à embaucher. La situation des crèches est emblématique: la demande de places en crèche n’a pas fait de bond en avant spectaculaire. Pourtant, environ 1000 postes d’éducatrices et d’éducateurs de la petite enfance sont actuellement mis au concours, soit plus de trois fois le nombre d’avant la pandémie.

Avec autant de postes vacants, il est tout simplement encore moins attractif de travailler dans une branche où les employées et les employés avec apprentissage gagnent souvent moins de 4500 francs par mois. Au moins, ces nombreuses places vacantes incitent les employeurs à améliorer les conditions de travail. Ainsi, les entreprises de l’hôtellerie-restauration – un autre domaine avec beaucoup de postes à repourvoir et des salaires trop bas – devraient connaître la plus forte augmentation des rémunérations par rapport aux autres branches. Pour une fois, la pression sur le marché du travail devrait donc profiter aux travailleuses et aux travailleurs.

David Gallusser / USS

Pour aller plus loin

Reconnaissance d’un travail méconnu

brevet secrétaires syndicaux

Deux employées romandes d’Unia ont obtenu leur brevet fédéral de secrétaire syndicale. Retour sur leur démarche

La jeunesse d’Unia monte au créneau

Des jeunes militants Unia tiennent un drapeau

Non à la haine et à la violence! Des jeunes syndicalistes d’Unia sont montés au créneau, en l’occurrence sur les remparts du château de Bellinzone, pour défendre symboliquement les...

Les multiples facettes de la liberté syndicale

Action sur les chantiers d'Unia Genève avec une banderole

La reconnaissance du droit d’accès des syndicats aux lieux de travail marque une victoire d’étape dans le combat pour la réalisation effective de la liberté syndicale en Suisse. Ce n’est toutefois pas suffisant pour protéger le personnel contre les licenciements antisyndicaux et le harcèlement au travail

«Apprendre l’histoire pour mieux se projeter dans l’avenir»

Unia Fribourg lance un appel à toutes les personnes disposant de banderoles, drapeaux, documents syndicaux, etc., dans le but de préserver et de valoriser ces objets