Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«L’initiative sur les soins infirmiers pourrait être vidée de son contenu»

Manifestation à Neuchâtel lors de la Journée des soins 2021.
© Olivier Vogelsang

Il y a une année, Unia manifestait à Neuchâtel avec les autres syndicats pour exiger de bonnes conditions de travail pour les soignants. La mobilisation, un peu partout en Suisse, a payé. Six mois plus tard, l’initiative populaire fédérale sur les soins infirmiers remportait un franc succès. Elle doit aujourd’hui se traduire dans les faits.

La mise en œuvre du texte plébiscité par le peuple en novembre dernier sera au centre de la Journée internationale des soins infirmiers du 12 mai

Le 12 mai est la Journée internationale des soins infirmiers. Avec d’autres organisations, Unia mènera ce jour-là des actions dans différents cantons. Il est prévu des tractages devant les EMS, des défilés, des débats ou encore du théâtre de rue. «Cette année, la journée sera notamment consacrée à la concrétisation de l’initiative pour des soins infirmiers forts», explique Enrico Borelli, coresponsable de la branche soins d’Unia.

Pour mémoire, cette initiative lancée par l'Association suisse des infirmières et infirmiers, et soutenue par Unia, a été approuvée par 61% des voix en novembre 2021. On attend maintenant que les autorités fédérales mettent en œuvre le texte. «Il y a nécessité de faire vite et bien. Or, le Conseil fédéral a décidé en janvier dernier d’une mise en place en deux étapes. La première concerne l’offensive de formation et la facturation directe, déjà prévues dans le contre-projet indirect de 2021. Cela devrait être discuté rapidement par le Parlement. Par contre, il faudra encore attendre pour ce qui concerne l’amélioration des conditions de travail et le financement adéquat des soins. C’est inacceptable», s’indigne le responsable syndical, qui ne cache pas sa préoccupation: «Il y a un risque que l’attente se prolonge et que l’initiative soit vidée de son contenu. Nous pensons, au contraire, qu’il faut accélérer le processus, car les problématiques sont vraiment énormes, on le constate tous les jours dans notre travail syndical et dans les assemblées du personnel. Le taux d’abandon prématuré de la profession chez les soignants se monte à 40%, il y a aujourd’hui des milliers de postes à pourvoir, cela est évidemment lié à des conditions de travail pénibles, à la limite du supportable. Pour maintenir la qualité des soins, il y a donc urgence à discuter de la question du financement et de l’amélioration des conditions de travail et d’engagement. Cela dans l’intérêt de l’ensemble de la société, car tout le monde est concerné par la qualité des soins. Le score exceptionnel obtenu par l’initiative a d’ailleurs constitué un fort soutien pour les soignants.» Pour le syndicaliste, les actions menées le 12 mai permettront d’envoyer un «signal aux autorités politiques et à l’opinion publique, de montrer que la pression monte et qu’elle provient de l’ensemble de la branche».

Diverses actions sont prévues par Unia ce jeudi 12 mai dans les cantons, dont un débat à Delémont (voir ci-dessous) et une conférence à Neuchâtel. Plus d’infos sur: unia.ch

Grand débat dans le Jura ce soir

Un grand débat sur la mise en œuvre de l’initiative «pour des soins infirmiers forts» est prévu ce mercredi 11 mai, veille de la Journée des soins, à Delémont. Sont invités à intervenir le conseiller national Pierre-Alain Fridez, les sénateurs Elisabeth Baume-Schneider et Hans Stöckli, ainsi que plusieurs représentants de l'Association suisse des infirmières et infirmiers et de syndicats, dont Rebecca Lena, secrétaire régionale d’Unia Transjurane.

Mercredi 11 mai à 18h au Cinemont (salle 2) de Delémont (rue Emile-Boéchat 85).

Pour aller plus loin

«La Commission du Conseil national ferme les yeux»

La Commission du Conseil national traitant des questions de santé publique rejette une initiative en faveur d’une meilleure reconnaissance du stress comme maladie professionnelle. Unia demande à la Chambre du peuple de rectifier le tir

L’assistance au suicide menacée à Genève?

Les électeurs voteront le 9 juin sur la modification de la Loi sur la santé qui ne contraint plus les hôpitaux et les EMS à accepter le recours au suicide assisté en leur sein

«En vingt ans, les primes ont plus que doublé!»

Face à une assurance maladie qui coûte toujours plus chère, les syndicats soutiennent le remède de plafonnement des primes préconisé par le Parti socialiste.

L’initiative d’allègement des primes, soumise au peuple le 9 juin, demande que les assurés ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux primes. Entretien avec Vania Alleva

Le référendum contre EFAS est sous toit

Avec l’EFAS, les assurés ne risquent pas seulement de voir leurs primes augmenter, mais aussi leur participation aux coûts.

Le Syndicat des services publics (SSP) a déposé la semaine dernière 57000 signatures contre le Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). Adoptée...