Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Il y a urgence à revaloriser les métiers du second œuvre

Tournée des chantiers par un syndicaliste d'Unia.
© Olivier Vogelsang

Tournée des chantiers à Genève, en mars 2022. Les syndicalistes d’Unia recueillent les revendications principales des travailleurs du second œuvre dans un sondage réalisé en perspective des négociations pour le renouvellement de la Convention romande.

Les négociations pour le renouvellement de la CCT du second œuvre romand s’apprêtent à démarrer, les travailleurs ont choisi leurs revendications prioritaires

L’année 2023 est une année charnière pour le second œuvre. La Convention collective de travail (CCT) du second œuvre romand doit être renégociée. Elle règle les conditions de travail de 24000 salariés et salariées (lire également ici) et s’applique à de nombreux métiers de l’artisanat, du bois à la plâtrerie-peinture, en passant par la vitrerie, le carrelage ou la couverture des bâtiments. Des négociations avec les représentants patronaux doivent s’ouvrir dans les prochaines semaines. Unia vient de lancer une pétition qui circule sur les chantiers pour appuyer les cinq revendications principales du personnel que sont des augmentations salariales, une hausse des indemnités de repas, le paiement des pauses et des temps de trajet, ainsi qu’une meilleure organisation des chantiers.

Ces revendications ont été votées par les délégués du syndicat après avoir été plébiscitées sur les lieux de travail par plus de 2000 de leurs collègues au travers d’une enquête réalisée l’année dernière. Les salariés veulent obtenir une indemnité de repas de vingt francs, pour tous, tous les jours et sans conditions. Actuellement 18 francs sont dus si l’employeur exige qu’on reste sur le chantier, mais aucune indemnité n’est versée aux ouvriers occupés en atelier. Les travailleurs demandent aussi le plein paiement des trajets professionnels. Chaque jour, la première demi-heure de transport n’est, en effet, pas rétribuée, ce qui revient à 2h30 de travail gratuit chaque semaine. Les salariés souhaitent également bénéficier de pauses payées le matin et l’après-midi. Ils exigent que les chantiers soient bien organisés, disposent de moyens de levage et de portage, de vestiaires chauffés et de sanitaires propres, avec prise en compte des besoins spécifiques des femmes. Les travailleurs ont encore placé en tête de leurs revendications un supplément de 25% pour toutes les heures supplémentaires. Aujourd’hui, ce supplément n’est versé qu’à partir de 45 heures par semaine.

«La colère gronde»

Lors des négociations, la délégation d’Unia va tenter de décrocher une augmentation des salaires effectifs et minimums. «Il n’y a pas eu d’adaptation des salaires minimums depuis six ans et les salaires effectifs n’ont été indexés que de 1,5% cette année. Les associations patronales refusent d’ailleurs depuis dix ans toute véritable valorisation de ces derniers. Cette attitude alimente une spirale de sous-enchère qui ne profite pas aux entreprises et qui se règle surtout sur le dos des ouvriers dont la colère gronde. Les métiers du bois, de la plâtrerie-peinture ou du carrelage font face à une pénurie de main-d’œuvre, il y a urgence à les revaloriser, non seulement parce que le pouvoir d’achat des salariés s’est érodé, mais aussi pour garantir l’avenir de ces branches», explique Aldo Ferrari, responsable de la délégation syndicale aux négociations et coresponsable du secteur des arts et métiers d’Unia.

Le syndicaliste ne cache pas que les négociations à venir s’annoncent difficiles, mais elles devraient être accompagnées d’une mobilisation sur les chantiers et dans les entreprises. Le 1er mai, tous les travailleurs seront invités à converger vers Lausanne pour une grande démonstration du second œuvre romand.

La pétition peut être signée sur: unia.ch/sor (aucun nom ne sera communiqué aux associations patronales).

Libre-passage entre les trois systèmes de retraite anticipée

Bonne nouvelle pour les salariés du second œuvre romand, de l’enveloppe des édifices et de la plâtrerie-peinture alémanique: la fondation pour la retraite anticipée Resor a convenu avec les fondations MPR (Modèle de préretraite) Peinture-plâtrerie et MPR Enveloppe des édifices de prendre en compte, pour le calcul du droit aux prestations, les années de cotisation aux différentes caisses. Un peintre fribourgeois, par exemple, ne perdra plus son droit à la retraite anticipée en allant travailler dans le canton de Berne. Une telle convention unissait déjà les fondations MPR Peinture-plâtrerie et MPR Enveloppe des édifices.

Pour aller plus loin

Pour des mesures d’accompagnement renforcées

Une centaine de délégués actifs dans les professions de l’artisanat du bâtiment se sont réunis le 24 mai à Berne dans le cadre de l’assemblée de leur branche. Menuisiers...

Courant artistique

"Un tableau abstrait" d'après Miguel, électricien

Certains n’y verront que des fils électriques. D’autres, à l’image de Miguel, un tableau abstrait ou presque. Cet électricien rencontré sur un chantier de rénovation partagera son...

Genève: La métallurgie du bâtiment revalorisée

© Thierry Porchet

Le personnel bénéficie de meilleures indemnités de repas et de déplacement, d’augmentation des salaires minimums et d’une couverture complète en cas de maladie

«Les travailleurs sont toujours les dindons de la farce!»

«C’est un scandale!», dénonce, devant le siège de l’entreprise, le secrétaire syndical José Sebastiao en compagnie de Joao.

En arrêt maladie, Joao n’a perçu aucun revenu pendant cinq mois, car son employeur n’est pas à jour avec ses cotisations sociales. Unia dénonce un système qui profite seulement aux patrons