Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Fribourg veut aussi un salaire minimum

Un billet de 100 francs passé à la loupe.
© Thierry Porchet

L’introduction d’un salaire minimum à Fribourg profiterait à des milliers de personnes.

L’Assemblée des délégués d’Unia Fribourg demande le lancement d’un salaire minimum cantonal

Fort des exemples de Neuchâtel, du Jura, de Genève, du Tessin et de Bâle-Ville dans l’introduction d’un salaire minimum cantonal, et tandis que le Valais vient de lancer une initiative dans ce sens, Fribourg pourrait leur emboîter le pas. C’est du moins ce que demande l’Assemblée des délégués d’Unia dans une résolution adoptée le 22 avril dernier. Le texte souligne que «toutes et tous doivent pouvoir vivre dignement de leur travail», que «maintenir dans l’indigence ses employés par des salaires miséreux doit être une faute aux yeux de la morale et de la loi», et que «si les politiques actuellement en place sont incapables de faire appliquer ces principes simples, il appartient alors à la société civile de changer les lois». Précisions, en marge de l’Assemblée, avec François Clément, cosecrétaire régional.


Pourquoi lancer une initiative pour un salaire minimum maintenant?

Avec l’inflation galopante actuelle, la situation des travailleuses et des travailleurs s’est encore détériorée, alors qu’ils étaient déjà plus de 150000 working-poor en Suisse avant la crise. Dans le canton de Fribourg, nous n’avons pas encore de chiffres, mais notre initiative touchera des milliers de personnes. C’est deux fois inadmissible: des patrons s’enrichissent sur le dos de gens qui travaillent dur et sont si mal payés qu’ils doivent recourir à l’aide sociale pour boucler les fins de mois. Et cette aide est payée par nos impôts. Des employeurs volent donc leurs employés et la société. C’est ce scandale qui motive les délégués d’Unia à demander un salaire minimum. Nous allons ainsi prendre contact avec nos différents alliés, des différents syndicats et des partis politiques, pour construire une coalition et lancer une initiative cantonale.

Quel serait le montant du salaire minimum à Fribourg?

Nous devrons le discuter au sein de la coalition. A titre d’exemple, la grève féministe préconise 25 francs l’heure, l’USS 4500 francs par mois… D’autres cantons ont introduit un salaire minimum sans que ce soit la fin du monde annoncée par la droite. Notons que la motion Ettlin, qui veut que le salaire des CCT de force obligatoire prime, outrepasse les pouvoirs cantonaux, et représente par conséquent une remise en question du fédéralisme suisse. Mais nous allons nous assurer de la primauté de la loi cantonale. K

Changement à la tête d’Unia Fribourg

L’Assemblée des délégués d’Unia Fribourg, le 22 avril dernier, a été aussi l’occasion pour la cinquantaine de représentants de travailleurs et de travailleuses réunis à Porsel d’adopter deux autres résolutions, en plus de celle sur un salaire minimum. L’une appelle à une forte mobilisation le 14 juin prochain lors de la grève féministe. Elle revendique des mesures concrètes pour une véritable égalité et une amélioration de la situation professionnelle des femmes. Une seconde résolution demande la revalorisation des métiers de l’artisanat et du second œuvre dans le cadre du renouvellement de la CCT.

Durant l’Assemblée, la cosecrétaire régionale, Yolande Peisl, a confirmé son départ de la direction d’Unia Fribourg pour la fin de juin. Yannick Ferrari rejoint, comme responsable du mouvement syndical, la direction d’Unia Fribourg, aux côtés de François Clément, secrétaire régional, et de Sandra Liberati, responsable RH.

Pour aller plus loin

Remise de la «Râpe d’or» valaisanne à Sion

patrons et syndicats

La «Râpe d’or» 2024 a été décernée mercredi 21 février par Unia Valais à l’Association valaisanne des entrepreneurs (AVE) et à l’Association valaisanne des entreprises du carrelage...

«Emanciper le travail de la tutelle patronale»

manif

Depuis dix ans, le Groupe postcapitalisme romand planche sur des alternatives au système dominant. Le monde du travail est au coeur de ses réflexions

«Nous avons réalisé un très gros travail ces quatre dernières années»

prix

Fort de sa mobilisation et du succès remporté lors des négociations salariales, le groupe professionnel Coop est distingué par le «Prix engagement» d’Unia

Les retraités romands d’Unia: des militants actifs qui souhaitent être reconnus

Denis Berger et John Amos regrettent que leur syndicat soit devenu un «mastodonte», ils plaident pour plus de créativité et une participation accrue des militants.

Président et vice-président du comité romand des retraités du syndicat, John Amos et Denis Berger prennent la parole pour faire connaître leur instance et demander qu’elle ait une existence statutaire