Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Améliorer les conditions de travail des femmes sur les chantiers

Unia lance un grand sondage dans l’artisanat pour connaître les conditions et les revendications des femmes du secteur en vue de la Grève du 14 juin, mais aussi au-delà

Le syndicat Unia a récemment lancé un large sondage à l’intention des femmes œuvrant dans le secteur des arts et métiers, à savoir les branches de la peinture-plâtrerie, les techniques du bâtiment (entre autres, installations sanitaires, ferblanterie, chauffage et climatisation), l’installation électrique, l’enveloppe des édifices (couvreuses et façadières), la menuiserie ou encore la charpenterie. Elles sont encore peu représentées dans ces métiers, mais la donne pourrait changer. Difficile de donner des chiffres très précis. On sait par exemple que, dans l’industrie de la plâtrerie-peinture en Suisse alémanique, au Tessin et dans le Jura, près de 15% des employés sont des femmes, y compris les apprentis.

«L’objectif de cette enquête est de connaître les conditions de travail des femmes dans les métiers du second œuvre et d'obtenir des améliorations de ces conditions à long terme, au-delà de la Grève des femmes du 14 juin 2023», informe Daniela Karst, membre du secteur de l’Artisanat à Unia et responsable de la campagne «Vous, les femmes sur les chantiers».

Femmes découragées

Les femmes pourraient bien jouer un rôle clé dans ces professions: «Les employeurs du second œuvre tentent actuellement de recruter fortement des femmes pour compenser leur manque de main-d'œuvre qualifiée, par exemple dans l’industrie de la peinture et de la plâtrerie ou dans les branches de l'électricité et des techniques du bâtiment», explique la syndicaliste.

Le problème, c’est que, sur les chantiers notamment, les conditions sont souvent précaires, ce qui peut expliquer que nombreuses sont celles qui quittent leur branche après peu de temps. «Il manque de toilettes propres ou de moyens auxiliaires pour lever des charges lourdes, pointe Daniela Karst. De plus, à l'exception du secteur de la peinture et de la plâtrerie, le travail à temps partiel n'est pas réglementé, ce qui décourage notamment les jeunes travailleuses. Nous voulons également savoir quelle est l'ampleur réelle du problème du harcèlement sexuel dans les métiers de l’artisanat et de la construction.»

Grande assemblée

Syndicalement, il s’agira aussi d’augmenter la représentation des femmes dans les organes du secteur de l'artisanat d’Unia.

Une fois les résultats de l’enquête décortiqués, une assemblée nationale des femmes travaillant dans les métiers de l'artisanat et de la construction aura lieu le 22 avril prochain à Berne. «Les femmes y décideront de leurs revendications, précise la responsable syndicale. Elles discuteront aussi des actions possibles à mener lors de la Grève féministe du 14 juin dans leurs entreprises et sur leurs chantiers. Enfin, leurs revendications seront également reprises dans les négociations conventionnelles dans les différentes branches du second œuvre.»

Le sondage est disponible jusqu'à fin mars 2023 sur: unia.ch

Pour aller plus loin

Pour des mesures d’accompagnement renforcées

Une centaine de délégués actifs dans les professions de l’artisanat du bâtiment se sont réunis le 24 mai à Berne dans le cadre de l’assemblée de leur branche. Menuisiers...

Courant artistique

"Un tableau abstrait" d'après Miguel, électricien

Certains n’y verront que des fils électriques. D’autres, à l’image de Miguel, un tableau abstrait ou presque. Cet électricien rencontré sur un chantier de rénovation partagera son...

Genève: La métallurgie du bâtiment revalorisée

© Thierry Porchet

Le personnel bénéficie de meilleures indemnités de repas et de déplacement, d’augmentation des salaires minimums et d’une couverture complète en cas de maladie

«Les travailleurs sont toujours les dindons de la farce!»

«C’est un scandale!», dénonce, devant le siège de l’entreprise, le secrétaire syndical José Sebastiao en compagnie de Joao.

En arrêt maladie, Joao n’a perçu aucun revenu pendant cinq mois, car son employeur n’est pas à jour avec ses cotisations sociales. Unia dénonce un système qui profite seulement aux patrons