Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Pleine compensation du renchérissement dans l'horlogerie

Une horlogère au travail.
© Thierry Porchet

La Convention patronale de l’industrie horlogère et Unia sont parvenus à un accord concernant l’allocation du renchérissement. Dès le 1er janvier 2023, les quelque 50000 salariés des entreprises conventionnées de l’horlogerie et de la microtechnique bénéficieront d’une pleine compensation du renchérissement, selon les deux modes d’augmentation pratiqués dans la branche: soit +191 francs par mois pour tous; soit +3,5% pour les salaires entre 4372 et 6558 francs, +153 francs pour les rémunérations inférieures à cette fourchette et +230 francs pour les traitements supérieurs. Les entreprises ont le choix d’appliquer l’un ou l’autre mode d’augmentation pour l’ensemble de leur personnel.

Lors des négociations, Unia a insisté pour que les associations patronales recommandent à leurs membres d’appliquer de préférence l’allocation forfaitaire. «Du point de vue syndical, nous préférons la méthode la plus simple où tout le monde touche la même chose, ce qui est plus favorable aux salaires modestes», explique Raphaël Thiémard, responsable de la branche horlogère d’Unia.

«Il s’agit d’un bon accord. Nous sommes satisfaits de cette augmentation, mais on ne peut pas cacher qu’il existe du mécontentement. Beaucoup de travailleurs ne voient jamais leur rémunération progresser, ce qui provoque une insatisfaction salariale. Les salaires sont trop bas comparés aux performances très élevées de l’horlogerie, qui atteint des records de chiffre d’affaires.»

Les exportations horlogères se sont montées à 2,2 milliards de francs en septembre, «une des plus hautes valeurs de leur histoire», a annoncé la semaine dernière la Fédération de l’industrie horlogère.

Maintenant que la question du renchérissement est réglée, ce sont les montants des salaires minimums qui doivent être discutés, cette fois dans les régions. «Nous voulons dépasser le renchérissement et les tirer le plus haut possible, car ils se situent à un niveau assez bas», souligne le syndicaliste.

Pour aller plus loin

«On ne veut pas de bonus, mais le maintien des emplois!»

Les travailleurs de Vetropack ont jeté à la poubelle la lettre de leur direction proposant un bonus, avant d’aller préparer un paquet pour le président du conseil d’administration.

Une centaine de travailleurs ont organisé une action symbolique chez Vetropack à Saint-Prex pour montrer leur détermination à sauver le site. Témoignages

L’industrie a besoin de mesures urgentes

Le fonds de soutien à l’industrie pourra par exemple servir lors de difficultés à l’export, une crise énergétique ou une pénurie de main-d’œuvre.

Des entreprises en difficulté remettent à l’ordre du jour l’exigence, portée par Unia, d’une politique industrielle pour la transformation écosociale en Suisse. Dans le canton de Vaud, le fonds de soutien à l'industrie est relancé

Vetropack, de l'orage dans l'air

Combatifs. Les membres de la commission du personnel, accompagnés de représentants d’Unia et de Syna, vont tout mettre en œuvre pour préserver les emplois et défendre les collègues.

Le groupe Vetropack a annoncé un projet de fermeture de son site de production basé à Saint-Prex, laissant 175 employés sur le carreau. Le personnel, soutenu par Unia et Syna, est déterminé à se battre

La mécatronique genevoise a une nouvelle CCT

Charles-Henri Martin, mécanicien de machines et président du comité des métaux et de la mécatronique d’Unia Genève, et Jean-Marc Boisson, technicien méthodes, commentent le résultat des négociations auxquelles ils ont pris une part active.

La convention collective de travail de la branche industrielle a été renouvelée, avec des améliorations à la clé, tandis que les salaires minimums sont augmentés de 4,5%