Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Le pillage des rentes peut se poursuivre…

Une motion visant à diminuer les recettes prélevées par les assureurs-vie a été refusée par le Parlement

Les assureurs-vie ont encore de beaux jours devant eux et pourront continuer à se servir dans les recettes du 2e pilier. Le 2 mai dernier, lors de la session spéciale du Conseil national, la majorité bourgeoise a rejeté une motion de Christian Dandrès, socialiste genevois, visant à mieux protéger les intérêts des assurés. Son texte demandait de revoir le calcul de la «quote-part minimale», soit la part des produits générés dans la LPP que peuvent s’octroyer les assureurs. Lors de la mise en place de cette quote-part, un calcul a été biaisé. Il prévoit que les assureurs-vie peuvent prélever une quote-part de 10% sur les recettes brutes générées par les avoirs des assurés, et non sur les recettes nettes. Conséquence: les assurés, au lieu de toucher les 90% de ces produits, n’en bénéficient qu’à hauteur de 70% environ.

«C’est une vraie arnaque qui profite aux compagnies privées d’assurance vie, auprès desquelles plus de la moitié des salariés sont assurés directement ou indirectement», a souligné Christian Dandrès, dénonçant les profits immenses faits par une poignée de ces assureurs privés «au détriment des personnes qui cotisent pour des retraites souvent insuffisantes pour vivre dignement».

Grâce à cette méthode de calcul, les assureurs-vie actifs dans la prévoyance professionnelle auraient gagné entre 2005 et 2021, 9,51 milliards de francs, cela sans compter les frais administratifs et de gestion. Des frais qui s’élèvent à 6,8 milliards de francs par année, soit 1500 francs par assuré, a expliqué le conseiller national devant le Parlement le 2 mai. Christian Dandrès y a dénoncé ce scandale et ce pillage des rentes permettant à des assurances, gestionnaires de fortunes et intermédiaires financiers de tirer des «profits phénoménaux» alors que les assurés, et les assurées, doivent passer à la caisse avec AVS 21 et LPP 21. Il a rappelé qu’en vingt ans, les rentes du 2e pilier ont baissé de 20%, alors que durant la même période, la fortune des caisses de prévoyance est passée de 500 milliards à plus de 1100 milliards.

Pour aller plus loin

L’USS salue la décision du Conseil fédéral sur la 13e rente

© Thierry Porchet

La semaine dernière, la ministre de l’Intérieur Elisabeth Baume-Schneider présentait le projet de mise en œuvre de l’initiative pour la 13 e rente AVS, acceptée en votation le 3...

Les syndicats genevois exigent de réelles mesures contre les patrons fraudeurs aux assurances sociales

Lors d’une conférence de presse donnée devant un chantier où des fraudes ont été constatées, à Châtelaine, les représentants des syndicats Unia, Syna et le Sit ont évoqué plusieurs cas emblématiques ayant fait l’objet de dénonciations pénales de leur part.

La «charte» de la conseillère d’Etat Delphine Bachmann n’est pas jugée crédible par Unia, Syna et le Sit, qui lui opposent l’élaboration d’un «pacte social»

«Seule la 13e rente est capable de résoudre le problème de l’AVS»

bulletin de vote

Alors que ses adversaires tentent de saper la 13e rente AVS et de démobiliser les électeurs, l’USS décortique leurs fausses affirmations et revient à l’essentiel

«Nous sommes à l’aube d’un tournant!»

pierre-yves maillard

La journée syndicale de formation et de réflexion sur les retraites, tenue au Locle le 10 février, a permis d’aguerrir la centaine de militantes et de militants présents