Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«Le futur du système de retraite se joue sur la 13ème rente»

Spécialiste des assurances sociales, Gabriela Medici a défendu avec conviction la 13e rente AVS.
© Olivier Vogelsang

Spécialiste des assurances sociales, Gabriela Medici a défendu avec conviction la 13e rente AVS.

Gabriela Medici, secrétaire centrale de l’USS, a présenté aux délégués de l’industrie de l’Arc lémanique les enjeux des votations de 2024 sur les retraites

«Après avoir travaillé pendant 45 ans avec un bas salaire, on mérite d’avoir une bonne retraite. On a fait tout juste. La seule erreur, c’est d’avoir eu un petit salaire...» Cette phrase lancée au début de la discussion sur les retraites tenue lors de l’assemblée générale de l’industrie de l’Arc lémanique résume à elle seule les enjeux de la votation du 3 mars prochain. Gabriela Medici, spécialiste des assurances sociales à l’Union syndicale suisse (USS), a rappelé que trois votations importantes sur les retraites auront lieu en 2024: l’initiative pour une 13e rente AVS, celle sur les rentes des jeunes libéraux-radicaux qui compte augmenter l’âge de la retraite, toutes deux mises au vote le 3 mars, et celle sur LPP 21, la réforme du 2e pilier, qui pourrait être programmée en juin, voire en septembre. «Notre initiative pour une 13e rente est, du point de vue du contenu, la plus urgente», a-t-elle expliqué, rappelant la baisse du pouvoir d’achat des retraitées et des retraités, équivalente à presqu’une rente mensuelle en raison de la hausse des prix et des primes maladie. «Juste pour combler ce trou, il faut une 13e rente», a-t-elle déclaré.

Rentes trop basses

«Le futur du système de retraite se joue sur ce vote-là», a-t-elle poursuivi. «Pourquoi? On attend que les rentes permettent de maintenir son niveau de vie antérieur. Or ce n’est pas le cas. Le système de prévoyance est sous pression depuis des années. Les rentes sont déjà très basses: 50% des gens touchent une retraite de moins de 3500 francs par mois, AVS et LPP comprises. Un nombre important de femmes n’a pas de 2e pilier, elles ne reçoivent qu’une rente AVS, dont la moyenne se situe à 1800 francs.» D’autres chiffres viennent appuyer les propos de la secrétaire centrale. Le 2e pilier par exemple a vu ses cotisations croître de 10% et les rentes ont chuté de 9,5% depuis une dizaine d’année, pendant que des milliards sont offerts aux assurances et aux courtiers. «Les assureurs ont le droit de faire des bénéfices, voilà ce qui ne va pas dans le 2e pilier, voilà pourquoi une 13e rente AVS est importante», a souligné Gabriela Medici, avertissant que la campagne sera très courte. «Un des arguments des opposants est qu’on ne peut pas se payer la 13e rente. Or celle-ci coûtera, en 2026, 4,1 milliards. Cette année-là, selon la Confédération, l’AVS fera un bénéfice de 3,5 milliards. A l’avenir, une contribution de 0,4% du salaire des travailleurs suffirait à la payer. Soit 80 centimes par jour.»  

Pour Gabriela Medici, il est central de mettre l’accent sur la 13e rente AVS, afin d’éviter que les médias se focalisent sur l’initiative des jeunes libéraux-radicaux qui veut lier l’âge à la retraite à l’espérance de vie et le porter à 66, 67 ou 68 ans. «A part le Parti libéral-radical, aucun parti ne soutient cette initiative», a-t-elle mentionné, avant d’informer que l’UBS est l’un des plus grands sponsors de l’initiative des jeunes PLR.

Après l’échec des 10%, comment être confiant?

A l’heure des débats, Mike Nista, métallo retraité et ancien président d’Unia Vaud, s’est souvenu de la votation perdue pour l’initiative visant à augmenter de 10% les rentes AVS: «Cet échec me marque encore maintenant. On croit ce que ces menteurs racontent, les assureurs, les banques. Jusqu’à quand les croira-t-on? Tu as bossé toute ta vie, payé des cotis, et quand tu es à la retraite tu dois encore aller à l’aide sociale! Si on ne gagne pas cette fois-ci, il faut changer de pays! Ou qu’on arrête de voter… Nous devons taper fort. Tous les indicateurs sont au rouge. Les caisses de pension, c’est encore pire. Elles ont un capital qui dépasse la fortune de la Banque nationale suisse et les prestations se sont cassé la figure! Vu l’échec des 10%, comment être confiant maintenant?» «Parce que le monde a un peu changé, il y a l’inflation, on va payer 0,4 point de TVA en plus», a répondu Gabriela Medici ajoutant: «Qui a fait faillite? Pas l’AVS, mais les banques. UBS et Crédit Suisse ont reçu bien plus que ce que coûterait la 13e rente!»

Inciter les gens à voter

«Beaucoup de jeunes travailleurs qui cotisent réalisent qu’ils n’auront, à terme, pas une grande LPP», a souligné Charlotte, assistante du secteur industrie. «Il y a aussi tous ceux qui ne peuvent pas voter. Comment peuvent-ils soutenir cette initiative?» «Les gens croient ce que disent les banques. Les médias ne sont pas avec nous. Il faut parler, sensibiliser. Les retraites concernent tout le monde», a proposé Gabriela Medici. «Ce qui va faire la différence, c’est la mobilisation», a-t-elle poursuivi, indiquant que des journées d’actions seront prévues, auxquelles les personnes sans droit de vote pourront participer. «Il faut non seulement en parler, il faut faire voter les gens, a conclu Mike Nista. Et les jeunes aussi, qui voient ce que vivent leurs parents et leurs grands-parents.»

Pour aller plus loin

L’USS salue la décision du Conseil fédéral sur la 13e rente

© Thierry Porchet

La semaine dernière, la ministre de l’Intérieur Elisabeth Baume-Schneider présentait le projet de mise en œuvre de l’initiative pour la 13 e rente AVS, acceptée en votation le 3...

Les syndicats genevois exigent de réelles mesures contre les patrons fraudeurs aux assurances sociales

Lors d’une conférence de presse donnée devant un chantier où des fraudes ont été constatées, à Châtelaine, les représentants des syndicats Unia, Syna et le Sit ont évoqué plusieurs cas emblématiques ayant fait l’objet de dénonciations pénales de leur part.

La «charte» de la conseillère d’Etat Delphine Bachmann n’est pas jugée crédible par Unia, Syna et le Sit, qui lui opposent l’élaboration d’un «pacte social»

«Seule la 13e rente est capable de résoudre le problème de l’AVS»

bulletin de vote

Alors que ses adversaires tentent de saper la 13e rente AVS et de démobiliser les électeurs, l’USS décortique leurs fausses affirmations et revient à l’essentiel

«Nous sommes à l’aube d’un tournant!»

pierre-yves maillard

La journée syndicale de formation et de réflexion sur les retraites, tenue au Locle le 10 février, a permis d’aguerrir la centaine de militantes et de militants présents