Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Halte à la prolifération des latrines chimiques

Latrine chimique sur un chantier.
© Unia

Cet été, le nombre de toilettes chimiques non réglementaires a proliféré sur les chantiers genevois, entraînant des conditions insalubres et à la limite du supportable pour les ouvriers.

A Genève, Unia est préoccupé par la santé des travailleurs sur les chantiers ne respectant pas la mise à disposition de toilettes raccordées. Le syndicat entre en campagne pour que le règlement soit respecté

Unia Genève a dénoncé la semaine dernière la prolifération des toilettes chimiques sur les chantiers du canton. Un phénomène inquiétant, et violant très souvent les dispositions légales obligeant d’installer des toilettes raccordées au réseau des eaux usées partout où c’est possible.

Ces toilettes chimiques mettent en danger la santé et l’intégrité des travailleurs, souligne le syndicat. Faute d’un vidage immédiat, de nombreux maçons se sont retrouvés dans des situations où les odeurs pestilentielles, accentuées par la chaleur intense de la période de canicule, ont transformé ces lieux «d’aisance» en véritables cabinets des horreurs, obligeant les utilisateurs à laisser la porte ouverte.

«Nous avons été interpellés par de nombreux travailleurs et avons été médusés par leurs témoignages, souligne José Sebastiao d’Unia Genève. Il y a eu une explosion de l’utilisation de toilettes chimiques cet été. Nous avons même découvert des sanitaires amovibles dans un immeuble où le raccordement au réseau était possible. Nous craignons que la pratique se généralise.» Le syndicaliste explique que sur un chantier situé dans la commune de Soral, la vigilance des travailleurs a été couronnée de succès. Des toilettes chimiques avaient été installées à côté d’un réseau de raccordement. L’intervention du syndicat a permis de les remplacer le jour même par une toilette standard.

Les entreprises cherchent à faire des petites économies avec ces toilettes chimiques, souvent installées par des sous-traitants, dénonce Unia. «Celles qui emploient ce genre d’installations violent de façon éhontée les droits des travailleurs, elles ne respectent pas leur devoir de veiller à leur santé sur le lieu de travail. Or il existe un règlement cantonal qui légifère sur la question, le Règlement sur les chantiers (RChant, voir ci-dessous). On ne peut pas continuer comme cela, la santé des travailleurs est en danger», se fâche José Sebastiao. Il annonce qu’Unia va écrire aux associations patronales pour qu’elles demandent à leurs membres de respecter le règlement. «Nous allons aussi démarrer une campagne pour mettre fin à ces pratiques. Chaque cas de latrines non raccordées à un réseau d’eau disponible sera systématiquement dénoncé aux services de l’Etat compétents. Les entreprises devront se mettre immédiatement en règle, faute de quoi elles pourraient écoper de sanctions.»

Extrait du Règlement sur les chantiers (RChant) du canton de Genève: 

Art. 21 - WC

1 Lors de la construction de bâtiments, de travaux de transformation ou de démolition, un WC de chantier à rinçage hydraulique et raccordé à l’égout doit être installé dès le début des travaux et conservé jusqu’à leur achèvement. Une unité supplémentaire doit être installée par groupe de 20 travailleurs en plus.

2 Lors de travaux routiers ou de bâtiment de moindre envergure, l’installation d’un WC chimique est acceptée. Une dispense peut être accordée par la direction de l’inspectorat de la construction lorsque le chantier est à proximité de WC publics.

3 Les WC doivent être éclairés, munis d’un plancher et leur accès protégé de la boue. En hiver, les WC doivent être chauffables.

Pour aller plus loin

Vers un vide conventionnel dans la construction fribourgeoise?

Un ouvrier boit de l'eau

Après le refus des patrons du secteur de signer un accord protégeant les travailleurs lors de canicules, les syndicats annoncent la fin du fonds paritaire

Comment éviter les effets néfastes de la canicule sur les chantiers

Un homme utilise une application sur son téléphone

La nouvelle application lancée à Genève pour protéger les travailleurs en cas de fortes chaleurs a été expliquée à des contremaîtres lors d’une formation riche en enseignements

Un outil numérique pour protéger les travailleurs en cas de canicule

canicule chantier

L’Etat de Genève, en collaboration avec les partenaires sociaux, lance une application pour smartphone qui évalue les contraintes thermiques et définit les mesures à prendre pour préserver la santé des employés.

L’été est déjà très chaud sur les chantiers fribourgeois

Les travailleurs de la construction et Unia Fribourg exigent des mesures de protection contre la canicule.

Unia a lancé un ultimatum à la Fédération fribourgeoise des entrepreneurs. Le syndicat exige un dispositif permettant l’arrêt des travaux durant les grosses chaleurs