Cet automne, fêtons la Commune!

Commémorée ce printemps pour ses 150 ans, la Commune de Paris sera célébrée du 24 au 26 septembre à Lausanne. Rencontres, cinéma et balade sont au programme

Ce printemps, malgré le confinement, nous avons célébré les 150 ans de la Commune de Paris. De nombreuses nouvelles publications en ont témoigné depuis le début de l’année, et L’Evénement syndical en avait également rendu compte dans son édition du 17 mars. Les circonstances sanitaires ont en revanche rendu impossible toute commémoration, immense déception pour toutes les personnes qui s’y préparaient depuis des années. La lecture ou les conférences virtuelles ne peuvent en effet remplacer de vraies rencontres et de vraies discussions, et il a donc fallu, comme nous en avons désormais l’habitude, prendre notre mal en patience.

Avec quelques personnes passionnées par l’histoire de la Commune, à l’Université de Lausanne, au CIRA (Centre international de recherche sur l’anarchisme), à l’AEHMO (Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier), à la libraire Basta! et en quelques autres lieux, nous avons décidé d’attendre l’automne pour organiser un événement à Lausanne, qui permette de célébrer cet anniversaire. Durant trois jours, du 24 au 26 septembre, spécialistes et militants échangeront sur la Commune, alors que des animations culturelles seront proposées pour (presque) tous les publics.

L’idée est de réfléchir à l’expérience de la Commune, sans rien céder à la rigueur des analyses, mais en reconnaissant son actualité dans les luttes politiques d’aujourd’hui. Une conférence de Laure Godineau marquera l’ouverture de ce week-end communeux le vendredi 24 septembre à 15h, sur le campus de l’Université de Lausanne, à Dorigny. Suivront, le vendredi et le samedi, cinq dialogues successifs sur quelques grands thèmes qui ont animé les acteurs et les actrices de la Commune et qui restent toujours vivants. Quentin Deluermoz parlera de l’internationalisme, Pierre Sauvêtre de communalisme, Maria Pedrosa de féminisme, Michel Cordillot d’exil et Michèle Audin de mémoire, entre autres. A chaque fois, une personne, militante ou historienne, dialoguera avec eux en tentant de tracer des fils entre le passé, le présent et, espérons-le, le futur.

La Commune et la culture

Parce que la Commune de Paris a aussi été le lieu d’intenses réflexions sur la culture et sa diffusion, nous avons tenu à accompagner ces discussions de moments qui s’éloignent du traditionnel colloque universitaire. Le 24 septembre, une lecture-spectacle d’un texte d’André Léo, La guerre sociale (un discours prononcé au Congrès de la paix à Lausanne en 1871) se déroulera à La Grange de Dorigny, provisoirement déplacée dans le bâtiment rond du Vortex. Figure importante de la Commune, écrivaine, féministe avant l’heure et militante infatigable, André Léo parvient à se réfugier en Suisse après la Semaine sanglante et y demeurera jusqu’à l’amnistie.

Le samedi soir, le cinéma CityClub de Pully projettera une version raccourcie du film fleuve de Peter Watkins, La Commune (Paris, 1871), projection précédée par une présentation et suivie par une discussion, pour les plus endurants. Objet filmique unique en son genre, le long métrage de Watkins, initialement sorti en 2000, cherche à recréer l’atmosphère de la Commune à l’aide d’acteurs et d’actrices non professionnels, en mélangeant en permanence les événements du passé et les luttes du présent. On y suit deux reporters de la télévision de la Commune, qui tentent de répondre à la propagande de la télévision versaillaise.

Enfin, le dimanche 26 septembre, une promenade communarde entre Clarens, La Tour-de-Peilz et Vevey sur les traces d’Elisée Reclus et de Gustave Courbet, clora ce week-end qui s’annonce riche, instructif et engagé.

Pour plus d’informations, aller sur:

wp.unil.ch/cwp-blog et parlons.commune [at] gmail.com