Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Vaud: un meilleur salaire pour les stagiaires des crèches

Ambiance de crèche.
© Olivier Vogelsang/photo d'illustration

Le canton de Vaud ne veut plus de stages qui s’éternisent et à moindre coût dans les garderies et crèches.

L’Etat de Vaud a décidé de mieux protéger les stagiaires des garderies et d’autres institutions parascolaires. Et a édicté un contrat-type de travail visant à mettre un terme à la sous-enchère salariale dont nombre d’entre eux sont victimes

Protéger les jeunes contre des rémunérations trop basses, des durées de stage excessives et favoriser la création de réelles places d’apprentissage: voilà les buts poursuivis par l’édiction d’un Contrat-type de travail (CTT) réglementant les conditions d’emploi des stagiaires dans le secteur vaudois de la petite enfance. Le Conseil d’Etat vient en effet d’adopter formellement ce nouvel outil de force obligatoire qui sera introduit le 1er août prochain pour une période de trois ans. Il a agi sur proposition de la Commission tripartite cantonale pour l’exécution des mesures d’accompagnement à la libre circulation. Qui l’a rendu attentif au fait que les stagiaires – étant exclus de la Convention collective de travail cantonale (CCT) – sont souvent employés dans des stages peu formateurs et payés à moindre coût. «Le CTT est une réelle nécessité et doit mettre un terme aux pratiques abusives constatées dans le domaine des institutions d’accueil de jour des enfants, commente Noé Pelet, président de la commission en question et secrétaire syndical d’Unia. Ce dispositif fixe un salaire minimum de 600 francs par mois. Les stages ne doivent pas excéder un semestre, mais peuvent néanmoins être renouvelés d’au maximum six mois supplémentaires si un contrat d’apprentissage a été signé.» Dans tous les autres cas de figure, l’employé devra être rémunéré selon le salaire minimum prévu dans la CCT, soit 4370 francs par mois fois 13. «Ce qui représente un tarif horaire de 27,30 francs», souligne le syndicaliste, notant encore que, lors d’infractions, les entreprises devront procéder à un rattrapage des salaires et risquent des sanctions.

Un stage de trois ans...

La situation des stagiaires des garderies et des crèches n’est pas nouvelle. La Commission tripartite se préoccupe depuis plus de dix ans de leur traitement. Cette instance, rappelons-le, a pour mission d’observer le marché du travail. Elle doit déterminer les salaires usuels dans les différentes branches d’activité sans CCT étendue, comme dans ce cas, et prévenir le dumping social et salarial. Elle avait déjà effectué des contrôles en 2013 et 2014 et formulé des recommandations en matière de politique salariale qui n’ont pas ou que très peu été suivies. «En 2019 et 2020, nous avons effectué de nouvelles inspections dans 33 institutions publiques et privées sur les 826 que compte le domaine. Rien que dans les garderies contrôlées 273 stagiaires travaillaient! Leur profil type? Une majorité de femmes d’une vingtaine d’années, payées en moyenne 480 francs par mois pour un travail à plein temps», précise Noé Pelet, avant d’ajouter: «Mais c’est surtout la durée des stages qui pose souvent problème, dépassant fréquemment six mois. Nous avons même eu connaissance d’un de trois ans! On profite de l’intérêt suscité par l’activité auprès des jeunes. Les 80% d’entre eux sont majeurs au moment de démarrer un CFC.» Le CTT doit désormais mettre fin à ces pratiques et inciter les employeurs à former un plus grand nombre d’apprentis. En cas de non-respect, ils s’exposent à des pénalités.

Sensibilisation dans un premier temps

«Dans un premier temps, d’ici à la fin de l’année, nous allons surtout faire de la prévention et sensibiliser les institutions à l’entrée en vigueur du CTT, afin qu’elles puissent se mettre en conformité. Dès l’an prochain, nous effectuerons des contrôles formels. Les amendes peuvent s’élever jusqu’à 30000 francs.»

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord sur les mesures d’accompagnement, c’est la première fois que le Canton de Vaud édicte un CTT. Noé Pelet estime que d’autres secteurs devraient en bénéficier, à défaut de disposer d’une convention collective de travail de branche étendue toutefois nettement préférable.

TÉMOIGNAGE

Deux mains de plus deux ans durant

«Les stages durent trop longtemps et devraient être mieux rémunérés.» Clara (prénom d’emprunt) a entamé, à l’âge de 16 ans, un stage dans une crèche vaudoise accueillant une quarantaine d’enfants. Et l’a terminé... deux ans plus tard. «Il a été prolongé parce que je ne maîtrisais pas bien le français. Ce que je peux admettre. En revanche, il fallait effectuer trop d’heures, 8 par jour, pour un salaire, la première année, de 350 francs par mois, et la seconde de 500 francs.» La nature des tâches demandées se révélait, quant à elle, semblable à celles réalisées par les employés, une quinzaine au total y compris des apprentis. Connaissance des enfants, nourriture des bébés, activités avec les petits, nettoyage des espaces... «Je représentais deux mains en plus à moindre coût, sans toutefois les responsabilités du reste du personnel, même si de facto nous en avions. Mais je n’étais jamais laissée seule.» Si Clara estime qu’elle a bénéficié d’une bonne formation, elle souligne encore que les stages ne devraient pas se prolonger au-delà de six mois. «Une période suffisamment longue pour savoir si ce métier nous convient, si on arrive à gérer les cris et les pleurs, d’autant plus que l’apprentissage dure ensuite trois ans. Quant à la rémunération, un montant de 800 francs par mois me semblerait juste, de même que des journées de travail plus courtes.» Aujourd’hui, la jeune femme de 26 ans a obtenu son CFC et est employée par une garderie. Elle gagne 5000 francs mensuellement. «C’est correct. Et puis, j’aime ce travail. Je suis faite pour ça», note-t-elle encore.

Pour aller plus loin

Unia veut épauler les jeunes en cours d’apprentissage

Des conditions de travail difficiles lors de l’apprentissage? Souvent isolés et précarisés, les jeunes ont tendance à serrer les dents. Unia lance un appel aux apprentis pour qu’ils expriment leurs préoccupations à travers un nouveau sondage.

Unia organise un vaste sondage auprès des apprenties et des apprentis en vue du lancement d’une campagne de sensibilisation aux problèmes qu’ils rencontrent. Entretien avec Félicia Fasel, secrétaire nationale à la jeunesse

Journée d'étude après 30 ans de Loi sur la participation

L’institut de formation Movendo organise une journée d’étude sur la Loi sur la participation, entrée en vigueur en 1993. Depuis, cette dernière n'a pas évolué et est restée...

Comment remplir sa déclaration d’impôts?

Unia Vaud innove! Le syndicat a mis sur pied, en collaboration avec l’Université populaire de Lausanne, un cours gratuit pour apprendre à remplir sa déclaration d’impôts. Ce cours...

Hôtellerie-restauration: l’offre de formation s’étoffe

Dans tous les domaines de l’hôtellerie-restauration, les partenaires sociaux offrent des cours accessibles à tous qui permettent de valoriser son savoir-faire et son salaire.

La formation de base Progresso propose pour l’an prochain une centaine de cours. Des nouveautés à la clé