Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Smood: la conciliation a débuté

Livreur Smood à vélo.
© Olivier Vogelsang

Hier, les représentants d’Unia et de Smood étaient convoqués à Genève pour une première séance de conciliation devant la Chambre des relations collectives de travail (CRCT). Le 6 décembre, le département genevois de l'économie et de l'emploi avait annoncé saisir l’organe de médiation faute d’issue au conflit social. Démarré le 2 novembre à Yverdon, le mouvement soutenu par Unia avait fait boule de neige dans dix autres villes de Suisse romande où une centaine de livreurs et de livreuses ont formé des comités de lutte pour obtenir le paiement de toutes les heures de travail effectuées et des améliorations des conditions de travail et d’engagement. La direction de l’entreprise de livraison, dont le siège se situe dans le canton du bout du lac, comme sa société sous-traitante Simple Pay, avait toutefois refusé d’ouvrir des négociations avec les grévistes. La procédure de consultation engagée pourrait durer jusqu’au mois de janvier, elle sera dirigée par le président de la CRCT, l’ancien conseiller d’Etat socialiste Laurent Moutinot. Durant cette phase, les parties doivent s’abstenir de communiquer et les mesures de lutte doivent être suspendues. Les piquets de grève ont été levés le 7 décembre au soir. Responsable de la logistique pour Unia, Roman Künzler nous indiquait la semaine dernière saluer cette démarche du Canton de Genève: «Nous espérons trouver par ce biais une solution pour les travailleurs de Smood et Simple Pay.»

Pour aller plus loin

Une convention comme remède

Rassemblement d'assistantes en pharmacie à Ouchy

Les assistantes en pharmacie du canton de Vaud ont lancé une pétition en faveur d’une convention collective de travail

Pour un nouveau contrat-type de la vente en Valais

Unia demande au Canton d'améliorer les conditions de travail dans le commerce de détail et de revaloriser les salaires

Les vendeuses très remontées

Une vendeuse brandit une pancarte demandant des salaires décents

Lors de leur conférence de branche, les employés du commerce de détail ont exigé d’être partie prenante de la numérisation de leur métier. Ils continuent à demander de meilleures conditions de travail, notamment salariales

Les magasins Esprit laissent une centaine d’employés sur le carreau

Des employées et des employés des boutiques Esprit se sont retrouvés devant des portes closes le 26 mars dernier. A Lausanne, sur la devanture de la boutique de la rue de Bourg, des affichettes annoncent une fermeture temporaire…

Une vingtaine de boutiques ont été fermées du jour au lendemain, sans information préalable. Unia, sous le choc de cette faillite soudaine et violente, dénonce la manière de faire