Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Que faire en cas de hausse de loyer?

Toutes les augmentations de loyers ne sont pas justifiées et il est possible de s’y opposer.
© Photo d’illustration / Thierry Porchet

Toutes les augmentations de loyers ne sont pas justifiées et il est possible de s’y opposer.

Comment savoir si une augmentation de loyer est légale et, le cas échéant, comment réagir? Quelques réponses

En juin dernier, l’Office fédéral du logement a augmenté le taux hypothécaire de référence. La moitié des locataires pourraient dès lors se voir signifier une hausse de loyer dans les mois qui viennent. Mais attention, toutes les augmentations ne sont pas justifiées et il est possible de s’y opposer.

Le taux hypothécaire de référence, quésaco?
C’est le taux moyen que les banques appliquent aux prêts immobiliers et qui sert de base pour adapter les loyers. L’Office fédéral du logement, qui publie ce taux tous les trois mois, l’a augmenté en juin pour la première fois depuis 2009, le faisant passer de 1,25% à 1,5%, ce qui peut correspondre à une hausse de loyer de 3% pour autant que le rendement maximal fixé légalement ne soit pas déjà atteint et dépassé. Depuis 2009, le taux de référence a baissé à neuf reprises, ce qui devait être répercuté sur les loyers… Une évaluation de l'Office fédéral de la statistique montre qu'après la dernière baisse du taux de référence en 2020, moins de 30% des loyers ont été réduits. D’autres révisions à la hausse du taux hypothécaire sont prévisibles dans les mois et les années à venir. Cela ne concerne toutefois pas les logements subventionnés et les coopératives.

Peut-on faire valoir rétroactivement les baisses passées du taux?
En principe oui.

Comment vérifier si une hausse de loyer est justifiée?
Des calculateurs de loyer sont disponibles sur le site de l’Association suisse des locataires (asloca.ch) et sur le site bail.ch de l’Université de Neuchâtel. Mais un bailleur peut invoquer d’autres motifs que le taux hypothécaire pour augmenter un loyer, tels qu’une clause d’indexation, un rendement insuffisant, des travaux ou les loyers usuels du quartier. Le mieux est de s’adresser à des personnes compétentes.

Comment se faire aider?
Il faut s’adresser à son assurance juridique. Pour seulement 10 francs par mois, les membres d’Unia et leurs proches sont couverts par la protection juridique de Coop (renseignements et inscription auprès des secrétariats et sur unia.ch). Mais attention, seuls les litiges ayant lieu après l’inscription sont pris en charge. Faute d’assurance juridique, on peut se tourner vers l’Asloca. Il est en effet possible d’y adhérer en tout temps et d’être renseigné immédiatement. «En cas de procédure, l’accompagnement peut être différent, mais les conseils pour contester le loyer sont couverts par la cotisation qu’on règle sur le moment», explique Carlo Sommaruga, secrétaire général de l’Asloca romande. «Il faut se présenter à la permanence de son lieu de logement.» Les adresses et les horaires sont consultables sur asloca.ch. La cotisation varie de 50 à 100 francs par an suivant les cantons, auxquels il faut ajouter des frais d’inscription dans la plupart d’entre eux.

Combien de temps dispose-t-on pour contester?
La contestation auprès de l’autorité compétente doit être déposée dans un délai de trente jours à compter de la réception de la notification. Même le dernier jour, il est encore temps d’agir. Mais il ne sert à rien de s’adresser directement à son bailleur ou à la régie.

Quelle est la durée de la procédure?
De quelques semaines à plusieurs mois suivant les dossiers et les spécificités cantonales.

La procédure est-elle gratuite?
Oui. Des honoraires sont à payer à l’Asloca, mais ils sont moindres que les tarifs des avocats et ne doivent pas être supérieurs à la réduction de loyer demandée sur une année.

Qu’est-ce que je risque?
Une «liste noire» de locataires récalcitrants circulant entre les régies est qualifiée de «légende urbaine» sur le site de l’Asloca. Et les congés de représailles sont rares. Les locataires qui ouvrent une procédure sont protégés contre les résiliations pour une durée de trois ans.


Sources et informations supplémentaires: ofl.admin.chbail.chasloca.ch

Deux référendums contre les attaques sur les locataires

Soutenue par l’Union syndicale suisse, l’Association suisse des locataires (Asloca) lance cette semaine un double référendum contre la facilitation des résiliations et le durcissement des conditions de la sous-location. Voulues par le lobby immobilier et imposées par la majorité de droite du Parlement, ces deux révisions vont affaiblir la protection des locataires. Grâce à la modification facilitant la résiliation d’un bail en cas de besoin propre, les propriétaires pourront résilier plus facilement et rapidement le bail d’un logement. En cas de litige, la situation de vie des locataires ne sera plus prise en compte, même si elle est précaire, ce qui menace les ménages au revenu modeste et les personnes âgées. La seconde modification du droit du bail durcit les règles applicables à la sous-location et introduit une série de motifs de refus. Le bailleur disposera, en outre, d’un droit de résiliation extraordinaire. D’autres révisions détériorant les droits des locataires sont déjà sur les rails du Parlement, prévient l’Asloca, il est dès lors primordial d’y mettre le holà dès maintenant.

Infos sur attaque-locataires-non.ch

Pour aller plus loin

Une nouvelle Constitution pour le Valais?

Les électeurs devront se prononcer le 3 mars sur le nouveau texte constitutionnel. L’extension des droits politiques sur le plan communal pour les étrangers est aussi au menu

Victimes de l'amiante, la Suisse viole le droit international

femme devant pancartes

Nouvelle condamnation de la Cour européenne des droits de l'homme pour la jurisprudence sur la prescription. L'Etat doit compenser

Protection contre le licenciement: vers une initiative populaire

La Suisse avait été placée sur liste noire de l’Organisation internationale du travail (OIT) à cause de violations des conventions.

La suspension, ce lundi, de la médiation relative au licenciement abusif de syndicalistes a suscité la colère d’Unia. Le conseiller fédéral Guy Parmelin a en effet interrompu le...

Face aux algorithmes, il faut renforcer la participation du personnel

Les algorithmes peuvent assigner des tâches de travail ou planifier des itinéraires sans pouvoir prendre en compte les conditions réelles. Mal notés par ces derniers, des employés de plateformes telles qu’Uber peuvent être exclus des applications.

S’appuyant sur un avis de droit de l’Université de Saint-Gall, Syndicom et l’ONG AlgorithmWatch/CH plaident pour encadrer les nouveaux outils de management