Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Plus de deux milliards de plus pour les réductions de primes

Le contre-projet de la Commission du Conseil national à l’initiative d’allègement des primes ravit les syndicats et les socialistes, qui appellent le Parlement à l’adopter sans tarder

Le message est passé! A la suite d’un contre-projet du Conseil fédéral à leur initiative d’allègement des primes jugé clairement insuffisant, le Parti socialiste et l’Union syndicale suisse (USS) avaient demandé à la Commission compétente du Conseil national d’apporter des améliorations substantielles au projet afin de soulager tous les ménages dans tous les cantons. Voilà chose faite!

«Après une première tentative, la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) a enfin pris ses responsabilités et adopté à une large majorité un contre-projet efficace», se réjouit l’USS dans un communiqué de presse, qui appelle maintenant le Parlement à adopter «sans tarder» ce compromis «consistant».

Soulagement concret du budget des ménages

Dans les détails, la proposition prévoit 2,2 milliards de francs supplémentaires de réductions de primes pour les ménages aux revenus bas et moyens. Et désormais, les baisses individuelles de primes destinées aux personnes ayant recours aux prestations complémentaires seront financées séparément. «Il s’agit là d’un montant conséquent qui donnera enfin une forme plus sociale au financement de l’assurance de base, salue la faîtière syndicale. C’est absolument nécessaire, non seulement en raison des problèmes actuels de pouvoir d’achat, mais aussi parce qu’il s’agit depuis des années d’une des préoccupations les plus urgentes pour les gens qui gagnent normalement leur vie, comme le montrent régulièrement tous les baromètres des préoccupations.»

Mattea Meyer, coprésidente du PS suisse, se félicite: «La problématique de l’augmentation des primes est enfin prise au sérieux par la majorité de la Commission grâce à notre initiative.» Et son camarade Pierre-Yves Maillard, conseiller national mais aussi président de l’USS, de rajouter: «Les solutions présentées allègent de manière concrète la charge pesant sur la population.»

Urgence d’agir

L’initiative d’allègement des primes et le contre-projet seront discutés en plénière du Conseil national les 15 et 16 juin prochains. Le chemin est encore long jusqu’à son adoption définitive. Le choc des primes, par contre, sera là dans quelques mois déjà, alerte l’USS. «Il faudra aussi, en plus, des mesures immédiates et ciblées pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages à bas revenus.»

De leur côté, les socialistes préviennent: «Si un contre-projet efficace n'est pas adopté, le PS continuera de se battre pour son initiative. Celle-ci apporte des réponses concrètes aux besoins de la population et a donc de bonnes chances devant le peuple.» Affaire à suivre...

Pour aller plus loin

Un mandat de négociation avec l’UE inadmissible

Les syndicats ne lâchent rien sur la protection des salaires. Réagissant à l’approbation par le Conseil fédéral le 8 mars du mandat de négociation avec la Commission européenne, l...

Une initiative pour des logements abordables lancée à Morges

Le PS, les Verts et le POP ont annoncé le 6 mars le lancement d’une initiative pour des logements abordables à Morges, soutenue par Unia Vaud et l’AVIVO, l’association de défense...

«On nous a baladés. Ce qu’on nous a promis, on veut le démanteler»

Une centaine de participants ont assisté au débat et pris connaissance des arguments syndicaux, patronaux et de l’UE.

Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse, a croisé le fer avec Petros Mavromichalis, ambassadeur de l’Union européenne en Suisse, il y a dix jours à Lausanne

«Il s’agira avant tout de lutter contre les attaques sur les acquis sociaux»

Responsable du département politique d’Unia à l’échelle nationale, la socialiste neuchâteloise Martine Docourt a été élue au Conseil national le 22 octobre dernier. Elle y défendra le pouvoir d’achat, l’égalité, la transition écosociale, et luttera contre la remise en cause des acquis sociaux.

Responsable du département politique d’Unia, la Neuchâteloise Martine Docourt a été élue au Conseil national, où elle pourra s’appuyer sur son expérience professionnelle