Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Pétition contre le tout-jetable

Des militantes de Greenpeace devant le palais fédéral avec une banderole "Pour un droit à la réparation".
© Flurin Bertschinger/Greenpeace

Barrage au tout-jetable: le 12 avril, Greenpeace a remis aux autorités fédérales une pétition munie de 17383 paraphes. Les signataires demandent au Parlement d’ancrer, dans la Loi sur la protection de l’environnement, le droit à la réparation. En d’autres termes, ils désirent que les élus rendent les réparations d’objets «accessibles, attrayantes et abordables pour la population suisse», précise l’organisation écologiste dans un communiqué. L’ONG rappelle que, si tous les pays consommaient autant que le nôtre, il faudrait trois planètes pour couvrir les besoins. «Il est temps de changer nos habitudes de consommation de manière à ne plus nuire à l’environnement et au climat. Pour cela, nous avons besoin de conditions-cadres politiques pour la mise en œuvre d’une véritable économie circulaire», souligne Barbara Wegmann, collaboratrice de Greenpeace et experte du domaine. Selon l’ONG, prolonger la durée de vie d’appareils et d’objets constitue un levier important, aussi dans la lutte contre la crise climatique. Une étude mandatée par l’organisation indique que, si tous les biens de consommation étaient utilisés entre une et trois années de plus, on pourrait réduire l’empreinte carbone, entre 1,8 et 4 millions de tonnes d’équivalent CO2. «A titre de comparaison, le recyclage du PET a permis d’économiser 137000 tonnes d’équivalent CO2.» Dans ce contexte, Greenpeace réclame, via sa pétition, la garantie de la mise sur le marché d’articles réparables, l’assurance de disposer de pièces de rechange et d’informations techniques et, enfin, un encouragement à une culture allant dans ce sens.

Pour aller plus loin

Les Aînées pour le climat ne baissent pas la garde

photo de groupe

Les Aînées pour le climat demandent au Parlement de respecter le verdict de la Cour européenne des droits de l’homme et préviennent qu’elles surveilleront sa mise en œuvre.

Retour à la tourbe

Photo du bâtiment ancien qui abrite la Maison de la Troubière

Récemment inaugurée, la Maison de la Tourbière aux Ponts-de-Martel (NE) raconte, via un espace muséal et un sentier didactique, la riche histoire à la fois humaine et naturelle de ces hauts-marais qui ont failli disparaître du paysage helvétique, à la suite d’une véritable ruée vers cet or noir. Reportage

Mourir de chaud ou quand le travail tue

Photo prétexte d'un ouvrier transpirant sur un chantier.

Les syndicats genevois ont organisé un séminaire sur le changement climatique et la protection de la santé au travail. Une journée qui se fait ainsi l’écho d’un rapport alarmant de l’OIT

La Suisse vit à crédit

Le «Jour du dépassement» intervient toujours plus tôt, et spécialement en Suisse. Début mai, le pays a déjà consommé toutes les ressources naturelles que son territoire peut...