Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Oui à la Loi climat!

Banderole "Syndicats pour le climat" lors d'un défilé.
© Olivier Vogelsang/archives

Les syndicats s’engagent pour la protection du climat et participent au mouvement Grève pour l’avenir.

La hausse des températures frappe les salariés et les catégories de personnes les plus pauvres de la population. L’Union syndicale suisse défend une politique climatique efficace en tant que mission de service public, se positionnant en faveur de la Loi climat

Les syndicats soutiennent la Loi sur les objectifs en matière de protection du climat, sur l’innovation et sur le renforcement de la sécurité énergétique, c’est-à-dire la Loi climat (LCI) sur laquelle nous voterons le 18 juin prochain. Enfin, la Suisse se fixe des objectifs contraignants en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et dégage des fonds pour les atteindre. C’est une bonne chose pour les travailleurs et les travailleuses qui subissent déjà, et de plus en plus souvent, les effets délétères du réchauffement climatique.

La Suisse face à ses responsabilités

Le réchauffement climatique n’est pas un phénomène temporellement ou géographiquement éloigné de nous. Il a lieu ici et maintenant, il est un effet de l’action humaine et représente un danger existentiel pour toutes et tous. Pays parmi les plus riches de la planète ayant bâti son développement économique sur une consommation excessive des énergies fossiles, la Suisse est par conséquent tout particulièrement appelée à assumer ses responsabilités. Mais la crise climatique est avant tout aussi le résultat d’un ordre économique mondial des plus inéquitables. A l’heure actuelle, les 10% de la population les plus riches sont responsables de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre. Parallèlement, le réchauffement climatique frappe la partie la plus pauvre de la population, y compris en Suisse. Les secteurs les plus touchés sont la construction, l’agriculture, les transports, le tourisme et les soins. Et la plupart du temps, les salariés concernés font partie des classes laborieuses plutôt mal rémunérées, professionnellement exposées à des températures toujours plus élevées et à des dangers naturels croissants.

Dans ce contexte, la politique climatique doit une fois pour toutes être comprise pour ce qu’elle est réellement: une nécessité fondamentale et incontournable concernant tout un chacun. Le «changement climatique» relève précisément du service public, comme l’approvisionnement en énergie ou les transports publics. Il est le projet d’avenir collectif auquel nous aurions d’ailleurs dû nous attaquer ensemble il y a longtemps, au lieu de l’ignorer dans un premier temps pour l’abandonner ensuite au marché qui n’a fait qu’aggraver les problèmes en usant d’instruments inefficaces comme les programmes de compensation et les engagements volontaires. Ce dont nous avons par conséquent un urgent besoin, c’est d’un programme public d’amélioration de grande envergure et, à cet égard, la LCI représente la pierre angulaire.

Des objectifs clairs et des instruments efficaces

Le principal objectif de la LCI vise à la réduction rapide et, comme le dit explicitement la loi, socialement acceptable des émissions de gaz à effet de serre: moins 75% jusqu’en 2040, zéro émission net jusqu’en 2050. Les autres buts de la nouvelle loi sont: premièrement, l’adaptation aux effets négatifs depuis longtemps apparus du réchauffement climatique; ainsi que, deuxièmement, l’orientation des flux financiers de manière à les rendre respectueux du climat. Un domaine dans lequel la place financière suisse porte une responsabilité particulière.

La LCI prévoit des investissements publics d’au total 3,2 milliards de francs. Cela, d’une part, pour accélérer le remplacement des installations de chauffage au mazout, au gaz et électrique ainsi que pour des mesures dans le domaine de l’efficacité énergétique (2 milliards) et, d’autre part, pour encourager le recours à des «technologies et processus innovants» dans l’économie (1,2 milliard). Afin de pouvoir profiter d’un encouragement sur le plan technologique, les entreprises devront élaborer des «feuilles de route» ad hoc substantielles et également, de toute façon, ramener à zéro leurs émissions nettes jusqu’en 2050 au plus tard (objectif zéro net).

Un mieux pour les locataires

Environ 60% des chauffages fonctionnent toujours au mazout ou au gaz et environ 10% sont électriques. Et presque un chauffage fossile sur deux continue à être remplacé par un autre du même type. Concernant les bâtiments, le potentiel de réduction des émissions se révèle de ce fait énorme, seules les transformations nécessaires progressent bien trop lentement. Les fonds destinés à encourager les changements à travers le programme d’impulsion prévu par la LCI représentent donc de l’argent investi de manière extrêmement efficace, surtout pour les locataires aussi. En effet, même si, par exemple, les pompes à chaleur sont plus avantageuses à l’usage que les chauffages fossiles, leur installation s’avère plus onéreuse, ce qui se traduit souvent par une hausse des loyers, ou en sert de prétexte. Si la Confédération prend à sa charge une partie des frais d’assainissement, la marge de manœuvre pour d’éventuelles hausses des loyers s’en trouve substantiellement réduite. En plus d’une baisse des charges résultant de chauffages moins chers à l’usage, les locataires seront en fin de compte financièrement avantagés. Dans tous les cas, il est clair que, si les propriétaires, les bailleurs, reçoivent de l’argent de la Confédération pour remplacer un chauffage, les locataires doivent absolument en profiter!

Un mieux pour les salariés

Pour les syndicats et leurs membres, soit des salariés à bas ou moyen revenu, avec un coût de la vie toujours plus élevé, il est absolument déterminant que la LCI soit mise en œuvre, comme prévu, de manière totalement acceptable du point de vue social: si des employeurs reçoivent de l’argent pour des technologies nouvelles, ces dernières doivent être développées avec les travailleurs et non pas introduites contre eux. Les syndicats s’engageront pour qu’il en soit ainsi, tant au niveau de la Confédération que dans les entreprises. Notre but supérieur est ici la création d’emplois durables, sains et bien rémunérés. Les «emplois verts» doivent obligatoirement être aussi des «emplois de qualité». Et de tels postes, il y en aura car, comme l’estime une étude de la ZHAW, le développement modéré des énergies renouvelables, à lui seul, créera 50000 emplois supplémentaires déjà jusqu’en 2035.

Il faut plus encore: un fonds climat!

Les investissements déclenchés par la LCI sont très importants. Mais ils ne suffisent malheureusement de loin pas pour ramener à zéro jusqu’en 2050 – voire plus tôt comme ce serait en réalité nécessaire – le niveau des émissions de gaz à effet de serre en Suisse. C’est précisément pour cette raison que les syndicats soutiennent en plus l’initiative pour un fonds climat qui demande qu’une offensive de financement à long terme et socialement équitable soit lancée en vue de la mise en œuvre de la transition écologique. Ce fonds climat encore à créer devra permettre des investissements publics non seulement en faveur de nouvelles infrastructures et technologies, mais aussi de la formation ainsi que de la reconversion des salariés et des aides à apporter à ces derniers dans les branches concernées. C’est pourquoi, qui dit A et soutient la loi climat doit nécessairement aussi dire B et signer l’initiative pour un fonds climat.

Pour aller plus loin

Les Aînées pour le climat ne baissent pas la garde

photo de groupe

Les Aînées pour le climat demandent au Parlement de respecter le verdict de la Cour européenne des droits de l’homme et préviennent qu’elles surveilleront sa mise en œuvre.

Retour à la tourbe

Photo du bâtiment ancien qui abrite la Maison de la Troubière

Récemment inaugurée, la Maison de la Tourbière aux Ponts-de-Martel (NE) raconte, via un espace muséal et un sentier didactique, la riche histoire à la fois humaine et naturelle de ces hauts-marais qui ont failli disparaître du paysage helvétique, à la suite d’une véritable ruée vers cet or noir. Reportage

Mourir de chaud ou quand le travail tue

Photo prétexte d'un ouvrier transpirant sur un chantier.

Les syndicats genevois ont organisé un séminaire sur le changement climatique et la protection de la santé au travail. Une journée qui se fait ainsi l’écho d’un rapport alarmant de l’OIT

La Suisse vit à crédit

Le «Jour du dépassement» intervient toujours plus tôt, et spécialement en Suisse. Début mai, le pays a déjà consommé toutes les ressources naturelles que son territoire peut...