Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

«Les moyens sont là»

Unia et les commissions du personnel de la branche chimique et pharmaceutique réclament une augmentation générale de salaire de 5%

Lors de leur récente conférence de branche, Unia et les commissions du personnel de la chimie et de la pharmacie se sont prononcés en faveur d’une revalorisation salariale de 5% dont 3,5% pour couvrir la hausse du coût de la vie. L’augmentation revendiquée est jugée à portée des sociétés concernées et indispensable pour les salariés confrontés à des charges qui prennent l’ascenseur. «Les entreprises de l’industrie chimique et pharmaceutique s’en sont bien sorties pendant la période de Covid: durant les années de crise 2020 et 2021, des groupes comme Novartis, Roche et Lonza ont continué à engranger d’énormes bénéfices. Ils le doivent à l’engagement sans faille de leurs salariés», souligne le syndicat dans un communiqué, estimant dans ce contexte le temps venu de majorer les salaires en conséquence. «Les entreprises en ont les moyens. Il s’agit du respect du travail fourni et d’une juste redistribution», commente Yves Defferrard, responsable du secteur industrie à Unia et membre du comité directeur. Les 5% d’augmentation générale réclamés visent à compenser le coût du renchérissement et l’explosion des primes maladie ainsi qu’à faire progresser les salaires réels. «C’est la première fois que les commissions du personnel adoptent une même ligne, formulant une revendication minimale commune de 5% en vue des négociations salariales qui débutent ce mois dans les entreprises», ajoute le collaborateur d’Unia, précisant que, d’habitude, les hausses sont évaluées en fonction des fluctuations et des capacités des sociétés. Le syndicat insiste encore sur le fait que peu de branches peuvent se targuer d’une croissance de la productivité aussi importante et de telles marges bénéficiaires que celles que connaissent la chimie ou la pharma. Non sans déplorer que cette situation n’ait profité presque exclusivement qu’aux actionnaires. «Cela doit cesser. Tout comme doit cesser la pratique insensée d’accorder uniquement des augmentations individuelles, selon des critères arbitraires fixés par l’entreprise seule. La crise actuelle place tous les salariés face à de gros défis. Il est donc nécessaire d’accorder une augmentation générale qui profite à l’ensemble du personnel.»

Pour aller plus loin

Les travailleurs de Vetropack en grève

Suite à l'annonce de fermeture, les travailleurs-euses demandent un minimum de respect

Le personnel de la verrerie de Saint-Prex (VD) a cessé le travail ce vendredi 24 mai. Soutenu par Unia, il exige le gel des licenciements et l’ouverture de négociations pour un plan social digne de ce nom

A Saint-Prex, après le choc, la lutte continue

Le personnel a participé à une action syndicale le 17 mai, réclamant du respect.

La direction de Vetropack a confirmé son intention de fermer l’ultime verrerie de Suisse et de procéder à des licenciements dès à présent. Soutenu par les syndicats, le personnel se mobilise désormais pour l’ouverture de négociations en vue d’un plan social

« Pas de licenciements sans un plan social ! »

action syndicale chez Vetropack

Le personnel de Vetropack, soutenu par Unia, a participé à une action syndicale ce vendredi pour exiger la négociation d’un plan social et le maintien des emplois pendant le processus

Vetropack: verre de rage !

Les travailleurs et travailleuses de Vetropack ont manifesté en masse le 1er Mai à Lausanne, promenant une immense bouteille à l’effigie de leur verrerie. Pour eux, la fermeture du site de Saint-Prex serait injustifiée.

Le personnel a déposé fin avril un projet solide et durable visant à sauver le site et la filière, tout en conservant un maximum d’emplois