Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Grève du travail «gratuit» contre AVS 21

Une femme sur un transat. A l'arrière une banderole violette: "Grève le dimanche, grève du travail gratuit".
© Olivier Vogelsang

Les mobilisations du 14 juin ont démarré le week-end passé en Valais avec un festival sur les Utopies féministes et à Genève avec une grève du travail non rémunéré

Hier, mardi 14 juin, des actions et manifestations décentralisées se sont déroulées partout en Suisse. Ce journal étant déjà sous presse, nous y reviendrons dans notre prochaine édition. Mais la mobilisation féministe, en lien avec cette date emblématique de la grève des femmes, avait débuté quelques jours auparavant dans certains lieux. A Sion par exemple où le Collectif femmes Valais avait organisé un grand festival «Utopies féministes». Ce dernier s’est déroulé le samedi 11 juin. Un village animé de divers ateliers créatifs avait été installé à la place du Scex à Sion. Un cortège a aussi ponctué cette journée familiale et inclusive.

Le lendemain, à Genève (photos), c’est avec une grève du travail «gratuit» que le Collectif genevois de la Grève féministe démarrait les festivités. En ligne de mire: la réforme AVS 21. Venues avec des transats et des serviettes de bain, les militantes ont occupé le gazon de la place Neuve, brandissant des pancartes thématisant le travail non rémunéré des femmes, qui représente quelque 5,6 milliards d’heures effectuées chaque année en Suisse. «Ce dimanche, je fais la grève… du rôti, des grillades et des pique-niques, de la garde de ma petite-fille, du nettoyage de la salle de bain, du repassage et du ménage, de la gestion du tournoi de foot» affichaient les panneaux. Des tâches non payées qui obligent souvent les femmes à occuper des emplois à temps partiel et, de ce fait, à cotiser très peu, voire pas du tout, au 2e pilier. Avec comme résultat des rentes empêchant de vivre à la retraite. «Pour ces raisons, les personnes présentes ont manifesté leur opposition à toute augmentation de l’âge de la retraite des femmes. Elles en font bien assez, il est temps de le reconnaître!», note le Collectif dans un communiqué où il rappelle la longue marche pour les droits des femmes, avec notamment le droit de vote acquis en 1971, l’inscription de l’égalité entre hommes et femmes dans la Constitution en 1981 ou encore l’assurance maternité obtenue en 1985. «Aujourd’hui, il s’agit de mobiliser contre AVS 21 pour faire barrage contre le démantèlement de nos droits. Si AVS 21 passe, c’est un recul pour l’égalité réelle entre femmes et hommes difficilement réversible. Le 25 septembre, il faudra voter deux fois Non à cette réforme». Une exigence qui devait être portée le 14 juin dans les autres manifestations tenues dans une trentaine de villes du pays.

Pour aller plus loin

14 juin: quand le foot devient féministe à Neuchâtel

Des militantes féministes miment un match de foot à Nauchâtel

Le 14 juin étant aussi le premier jour de l’Euro de foot, les féministes neuchâteloises ont saisi l’occasion pour donner un petit spectacle humoristique et revendicatif

14 juin: atelier pancartes et tractage matinal à Delémont

Une femme réalise une pancarte pour la grève féministe

Dans la capitale jurassienne, le Collectif féministe organisait un atelier pancartes avant son cortège du 14 juin, en fin de journée. Plus tôt, Unia a fait du tractage devant les usines horlogères de la région.

14 juin: «Les patrons ne veulent pas discuter avec nous, c’est scandaleux!»

Unia Vaud a mené une action en faveur des assistantes en pharmacie, une branche à 95% féminine, qui se mobilise pour obtenir une convention collective de travail

Unia Vaud a mené une action en faveur des assistantes en pharmacie, une branche à 95% féminine, qui se mobilise pour obtenir une convention collective de travail

14 juin: à Genève, les femmes s’essaient à la self-défense

Au bout du lac, cette journée de mobilisation du 14 juin a démarré sur une note originale, avec un atelier de self-défense, organisé au syndicat.

Unia Genève a ouvert ce 14 juin par un atelier d’initiation à l’autodéfense. Erin, la professeure, a prodigué conseils et techniques en cas d’agression. Reportage