Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Des millions pour «corrompre» un conseiller fédéral

Image bucolique de Genève.
Herr Fuchs/Public Eye

L’immobilier, un secteur florissant pour blanchir son argent. En Suisse, ce secteur n’est toujours pas soumis à la Loi sur le blanchiment. Facile pour n’importe quel magnat de le faire, en s’appuyant de préférence sur des hommes et des femmes de paille ou des sociétés offshore. Image issue du «Petit manuel de la corruption» de Public Eye.

Dans une pétition munie de 24000 signatures, l’ONG Public Eye demande au Conseil fédéral des mesures concrètes contre la corruption

«Monsieur le Conseiller fédéral, c’est à vous de jouer! Il faut en finir avec les sociétés-écrans anonymes, la corruption et le blanchiment d’argent. 24000 personnes soutiennent les revendications de Public Eye.» La pétition remise par l’ONG à Berne mercredi 19 janvier était accompagnée d’une action virtuelle: une pluie de 24 millions tombant sur le Palais fédéral pour «corrompre» le ministre des finances Ueli Maurer. Un juteux «pot-de-vin» constitué de 24000 faux billets, soit autant que les signatures de la pétition, valant chacune 1000 francs, à l’effigie du ministre pour qu’il agisse contre la corruption «made in Switzerland».

Pour Public Eye «la Suisse et sa place financière jouent un rôle central dans la quasi-totalité des scandales de corruption internationaux. Les populations et les pays du Sud en sont les grands perdants.» Au niveau mondial, la perte estimée est de 3600 milliards de dollars chaque année. Une image: rien qu’un milliard, en billets de mille empilés, atteint 130 mètres de hauteur, soit celle du jet d’eau de Genève…

La pétition demande que la Suisse établisse un registre public des bénéficiaires économiques des entreprises. «Cela permettrait d’identifier les personnes qui se cachent derrière des sociétés-écrans et autres constructions juridiques. La publication de ces noms est l’une des mesures les plus efficaces pour lutter contre la criminalité économique. Plus de cent pays se sont déjà engagés à mettre ces informations à disposition du public. Mais la Suisse est toujours à la traîne», dénonce Public Eye.

Etendre la loi sur le blanchiment

Des obligations de diligence raisonnable doivent également être imposées aux conseillers et conseillères de sociétés-écrans. Déjà en 2016, rappelle l’ONG, les révélations des «Panama Papers» avaient mis en lumière le rôle d’avocats et de fiduciaires suisses dans la création et l’administration de ces constructions juridiques qui «servent souvent à dissimuler des activités illégales ou illégitimes». «Pour y mettre un terme, la Suisse doit étendre la portée de sa loi sur le blanchiment d’argent», explique Public Eye. Or au printemps dernier, la majorité bourgeoise du Parlement a refusé d’étendre cette législation.

Après les révélations des «Pandora Papers», plusieurs interventions de parlementaires ont été déposées pour demander que les lacunes du dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et la corruption soient enfin comblées. La motion du socialiste neuchâtelois Baptiste Hurni demande par exemple l’introduction d’un registre public des ayants droit économiques des sociétés (offshore) et de trusts. «Les organes législatifs se voient ainsi proposer divers instruments efficaces pour rendre la Suisse moins attrayante pour le blanchiment d’argent et autres actes criminels», écrit Public Eye. Au niveau international également, une révision pour renforcer la transparence est en cours. Elle est dirigée par le Groupe d’action financière (GAFI), organe qui définit les normes minimales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et contrôle leur application dans ses 37 Etats membres, dont la Suisse qui en fait partie.

Plus d’informations sur: publiceye.ch

Le blanchiment d’argent pour les nuls

«Que vous soyez fille de potentat, financier véreux ou négociant en pétrole peu regardant, la Suisse vous ouvre les bras avec ses indéniables atouts. Il n’est pas dans nos coutumes de poser trop de questions ou de condamner trop sévèrement celles et ceux qui détournent ou blanchissent des millions… Et puisque l’argent n’a pas d’odeur, la bucolique Helvétie et ses banques ont pu se muer en toute quiétude en principal receleur de l’argent de l’évasion fiscale et du crime.» Voici l’introduction au «Petit manuel suisse à usage des criminels en col blanc» mis en ligne par Public Eye en septembre, parallèlement au lancement de sa pétition. Une boîte à outils pour mieux comprendre les failles du système et les astuces pour se faufiler entre les mailles de la justice. «Bien sûr, le pays a dû se plier à quelques changements sous la pression internationale. Mais rassurez-vous, tout n’est pas perdu!», écrit l’ONG dans son mode d’emploi satirique à l’intention des criminels en col blanc. Son guide interactif, disponible aussi sous forme de brochure, permet ainsi de se mettre dans la peau d’un négociant aux dents longues, d’une richissime fille de potentat ou d’un avocat aux multiples casquettes. Ou quand la réalité surpasse la fiction.

Plus d’informations sur: swisscorruption.ch ou sur publiceye.ch

Pour aller plus loin

Les armoires électriques sous les projecteurs

Coauteur d’«ElectriCity», Pascal Jaquet, qui signe ses propres graffitis d’un petit sapin, a été un adolescent rebelle. Le graffeur et illustrateur accompagne, depuis quinze ans, des jeunes dans ce projet artistique au cœur de la ville.

Depuis quinze ans, les préapprentis du Centre d’orientation de formation professionnelle colorent les armoires électriques de la Ville de Lausanne. Un livre met en lumière ce projet

Contrer la surconsommation du Black Friday

La semaine dernière, plusieurs actions ont été menées un peu partout en Suisse pour dénoncer le Black Friday. Parmi elles, notons qu’une pétition, toujours en cours de signature, a...

Personnel de maison: financièrement à l’aise, mais totalement soumis

Dans son ouvrage «Servir les riches», la sociologue Alizée Delpierre dresse un magnifique portrait du personnel de maison en France, généralement bien situé financièrement mais sous le joug de l'employeur

Le Tribunal fédéral donne raison aux activistes de «Block Friday»

© Neil Labrador

Quatre ans après l’action de désobéissance civile devant un centre commercial de Fribourg, sept activistes climatiques sont définitivement acquittés par le Tribunal fédéral (TF).