Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Un mandat de négociation avec l’UE inadmissible

Les syndicats ne lâchent rien sur la protection des salaires. Réagissant à l’approbation par le Conseil fédéral le 8 mars du mandat de négociation avec la Commission européenne, l’Union syndicale suisse (USS) a réitéré son opposition catégorique à l’affaiblissement des mécanismes antidumping. Pour obtenir un accord avec l’UE, le gouvernement suisse «donne à ses négociateurs la compétence d'abandonner des parties des mesures d'accompagnement dans les négociations, sans qu'il y ait d'assurances contraignantes sur la manière de combler les lacunes qui en résulteraient en matière de protection salariale ni sur celle de résoudre les problèmes existants», dénonce la faîtière syndicale dans un communiqué. Le système des cautions et le dispositif interdisant d’offrir ses services en Suisse en cas de dumping constaté sont ainsi menacés, tandis que le délai d'annonce est raccourci, rendant ainsi plus difficile le contrôle des entreprises susceptibles de ne pas respecter les règles. En outre, le Conseil fédéral ouvre la possibilité pour les employeurs de ne plus devoir payer les nuitées et les repas en cas de travail à l'extérieur. «La voie choisie par le Conseil fédéral n’est pas admissible», il «admet et prépare une grave détérioration de la protection des salaires». L’USS s’oppose, par ailleurs, à l’ouverture du marché de l’électricité et des transports ferroviaires.

Les syndicats avaient soutenu les accords bilatéraux et la libre circulation des personnes avec l’UE sous réserve que les salaires, les conditions de travail et les services publics soient protégés. En 2000, lors de la votation populaire sur les Bilatérales I et la libre circulation, le Conseil fédéral s’était engagé en ce sens. Aux yeux de l’USS, le mandat de négociation constitue «une rupture avec cet engagement».

Pour aller plus loin

Une initiative pour des logements abordables lancée à Morges

Le PS, les Verts et le POP ont annoncé le 6 mars le lancement d’une initiative pour des logements abordables à Morges, soutenue par Unia Vaud et l’AVIVO, l’association de défense...

«On nous a baladés. Ce qu’on nous a promis, on veut le démanteler»

Une centaine de participants ont assisté au débat et pris connaissance des arguments syndicaux, patronaux et de l’UE.

Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse, a croisé le fer avec Petros Mavromichalis, ambassadeur de l’Union européenne en Suisse, il y a dix jours à Lausanne

«Il s’agira avant tout de lutter contre les attaques sur les acquis sociaux»

Responsable du département politique d’Unia à l’échelle nationale, la socialiste neuchâteloise Martine Docourt a été élue au Conseil national le 22 octobre dernier. Elle y défendra le pouvoir d’achat, l’égalité, la transition écosociale, et luttera contre la remise en cause des acquis sociaux.

Responsable du département politique d’Unia, la Neuchâteloise Martine Docourt a été élue au Conseil national, où elle pourra s’appuyer sur son expérience professionnelle

Protection des salaires et du service public exigée

Après l’abandon de l’accord-cadre institutionnel qui devait régler les futures relations de la Suisse avec le voisin européen, un nouveau mandat de négociation sera élaboré d’ici à la fin de l’année. Face à la pression sur les salaires, les syndicats demandent au Conseil fédéral d’agir pour améliorer les mesures de protection plutôt que de les dégrader.

L’Union syndicale suisse et Travail.Suisse ont alerté la semaine dernière sur les enjeux des futures discussions entre la Suisse et l’Union européenne alors que le Conseil fédéral s’apprête à définir son mandat de négociation