Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Métallurgie du bâtiment: les patrons suspendent les négociations

A Genève, les négociations pour le renouvellement de la Convention collective de la métallurgie du bâtiment sont suspendues. Les partenaires sociaux avaient rendez-vous mardi dernier, mais la partie patronale a averti Unia par courriel qu’elle reportait la prochaine rencontre «au minimum d’un mois». Dans un communiqué, le syndicat dénonce une «stratégie obstructionniste». Les négociations pour le renouvellement de cette convention, qui échoit en avril prochain, ont en effet commencé au début de cette année, mais il a fallu attendre dix mois avant que les employeurs présentent leurs revendications, notamment une extension des horaires normaux de travail et une adaptation des salaires au coût de la vie laissée à la discrétion des entreprises. Une assemblée générale, qui a réuni une centaine d’ouvriers le 28 novembre, a jugé ces desiderata inacceptables. Les travailleurs veulent obtenir une revalorisation des classes salariales et des indemnités de repas, un droit aux vacances qui tienne compte de la pénibilité du travail et un frein au travail temporaire. Regrettant la rupture du dialogue, Unia appelle la partie patronale à «enfin ouvrir des discussions sérieuses».

Pour aller plus loin

Courant artistique

"Un tableau abstrait" d'après Miguel, électricien

Certains n’y verront que des fils électriques. D’autres, à l’image de Miguel, un tableau abstrait ou presque. Cet électricien rencontré sur un chantier de rénovation partagera son...

Genève: La métallurgie du bâtiment revalorisée

© Thierry Porchet

Le personnel bénéficie de meilleures indemnités de repas et de déplacement, d’augmentation des salaires minimums et d’une couverture complète en cas de maladie

«Les travailleurs sont toujours les dindons de la farce!»

«C’est un scandale!», dénonce, devant le siège de l’entreprise, le secrétaire syndical José Sebastiao en compagnie de Joao.

En arrêt maladie, Joao n’a perçu aucun revenu pendant cinq mois, car son employeur n’est pas à jour avec ses cotisations sociales. Unia dénonce un système qui profite seulement aux patrons

La lutte paie pour trois grévistes

Les trois ouvriers non payés ont décidé de cesser le travail. Après trois jours et demi de grève, ils ont obtenu gain de cause sur ce chantier d’une fondation de Lancy et de caisses de pension.

A Genève, trois poseurs de fenêtres ont croisé les bras pour réclamer des salaires et des vacances impayés. Déterminés, ils ont obtenu du maître d’ouvrage le paiement de leur dû