Merci de pisser dans le nudge

Connaissez-vous le nudge? Ça vous dit vaguement quelque chose? Ah, non! c’est pas des beignets de viande de poulet! Ça, c’est des nuggets, dont Wikipédia nous dit aimablement qu’ils «contiennent en général une importante proportion de peau de poulet et de cartilages qui permettent une meilleure cohésion de la préparation et un coût inférieur». Bon appétit quand même!

Non, le nudge n’a rien à voir avec un nugget (bien que, par certains aspects…), c’est plutôt une incitation douce, un «coup de pouce» à la décision pour que celle-ci soit vertueuse. Vu comme ça, ça a l’air compliqué, surtout lorsque l’on ajoute qu’il a fallu au moins deux prix Nobel d’économie pour mettre au point le coup de pouce. Enfin… prix Nobel, faut pas pousser non plus. On ne le répétera jamais assez: il n’y a pas de prix Nobel d’économie. Juste un prix de la Banque de Suède, qui essaie de se faire passer pour un Nobel. Evidemment, dire que l’on est «prix de la Banque de Suède», ça fait plutôt prix d’encouragement pour un débutant dans le polar scandinave, alors que «prix Nobel», hein, ça vous pose son homme. Oui, son homme, parce que, pour les femmes, c’est un peu la portion congrue. Même à la Banque de Suède.

Redescendons des hauteurs himalayennes de la nobélisation et rentrons dans les W.-C. de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, pour observer plus spécifiquement leurs urinoirs, décorés tout près de l’écoulement d’une mouche. Messieurs les urineurs sont ainsi amenés, par jeu, à viser la mouche lors de la miction et donc, comme on dit chez les vulgaires, à pisser dans le trou. D’où une hygiène améliorée et un comportement vertueux. Sauf quand l’utilisateur tourne la tête pour vérifier que les autres font bien la même chose et qu’il n’est pas le seul idiot à chercher à noyer cette mouche agaçante. Des fois qu’il y aurait une caméra cachée…

Voilà donc exposé et arrosé le principe du nudge: on vous amène à faire quelque chose de bien sans que vous en ayez clairement conscience. Autre exemple: vous recevez votre facture d’électricité, qui comporte par défaut le choix d’un mélange écolo d’électricité, avec davantage de renouvelables. Plus cher évidemment. Mais pour revenir à un choix moins coûteux, vous devez modifier l’option proposée. On se rapproche dangereusement de la manipulation, non? Plus limite encore, si votre consommation est inférieure à celle de vos voisins, votre relevé le mentionne et vous décerne une émoticône, avec la mention «Bravo»!

Dans le même ordre d’idées, le Gouvernement britannique avait envoyé un avertissement à ceux qui traînaient pour régler leurs impôts en leur signalant que leurs voisins, eux, avaient payé à temps. Conformisme social? Certainement, mais puisque c’est pour la bonne cause… Deux pseudo-prix Nobel ne furent pas de trop pour amener l’Université de Rutgers (Etats-Unis) à penser mettre un nudge sur ses imprimantes, de telle manière qu’elles fonctionnent par défaut en recto verso, économisant ainsi du papier…

Le management s’était bien évidemment emparé du nudge. Ce qui intéressait particulièrement Carine Cordonnier-Cavin, dite Triple C, la responsable des ressources humaines de la Manip (Mission d’action novatrice de l’industrie privée). Le coup de la comparaison avec les voisins, par exemple. Instructif, non? Couplé avec un peu d’intelligence artificielle (très artificielle, l’intelligence en question, du reste), ça devrait le faire, non? Imaginons un système installé sur chaque poste de travail informatisé vérifiant le nombre de courriels reçus par chaque employé. Puis évaluant la difficulté de la réponse – il doit bien y avoir des algorithmes conçus pour – et la rapidité de réaction de l’employé. On fait ensuite une petite comparaison avec les autres collègues de travail et hop, si le candidat arrive en tête, le système envoie automatiquement un message de félicitations personnalisé du genre: «Bravo, Jean-Pierre, vous avez travaillé efficacement aujourd’hui, vos collègues n’ont pas fait mieux.» Accompagné d’une émoticône de félicitations. Et pour les autres: «Pas en forme? Un peu de fatigue? Votre efficacité est moindre que celle de vos collègues aujourd’hui. Vous vous rattraperez sûrement demain.» Accompagné d’une émoticône dubitative. Génial, non? Vous me direz qu’en principe, le nudge doit être subtil. Ben, ni Triple C ni la Manip ne l’étaient. Du coup, même à la Manip, l’astuce parut grossière. D’autant plus que l’algorithme y mit du sien, distribuant encouragements et reproches un peu à tort et à travers. De Triple C, Carine Cordonnier-Cavin passa à «Miss Urinoir», surnom nettement plus malodorant. Une pétition fut lancée, réclamant qu’en fin d’année, le nombre d’émoticônes félicitant les premiers de cordée soit transformé en kilos de Chupa Chups offerts à Triple C. Tant qu’à passer pour des mômes en mal de récompense, autant se marrer, non?