Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

L’indexation automatique plébiscitée dans la branche MEM

Opération de soudure.
© Pierre Noverraz/archives

La Convention collective de travail de l’industrie MEM bénéficie à près de 100000 salariés de plus de 500 entreprises.

Les questions salariales arrivent en tête des revendications pour le renouvellement de la CCT de l’industrie des machines

Les partenaires sociaux de la branche MEM (pour industrie des machines, des équipements électriques et des métaux) fourbissent leurs armes. La Convention collective de travail (CCT) de l’industrie MEM, qui bénéficie à près de 100000 salariés de plus de 500 entreprises, expire en effet le 30 juin 2023. En vue de son renouvellement, des rondes de négociations sont prévues entre février et mai entre la faîtière patronale, Swissmem, d’un côté, et, de l’autre, syndicats et associations professionnelles. Vendredi, la conférence de branche d’Unia a adopté ses revendications. Elles s’appuient sur une enquête menée à l’automne par Unia et Syna. Les deux syndicats ont interrogé 1200 salariés de l’industrie des machines pour définir les mesures à mettre en avant afin d’améliorer les conditions de travail et d’engagement.

Ce sont les questions salariales qui arrivent en tête. Les 91% des personnes interrogées jugent «importante» une adaptation automatique des salaires réels au renchérissement. La CCT garantit, par contre, une indexation pour les salaires minimums (voir ci-dessous). Il est essentiel toutefois d’augmenter ces derniers pour 87% des sondés. Une majorité se prononce aussi en faveur d’une consolidation des droits du personnel: 84% estiment primordial d’obtenir des critères plus stricts en cas de licenciements collectifs et individuels, tandis que 78% demandent davantage de droits pour les commissions du personnel. Les salariés sont aussi sensibles au sort des travailleurs âgés: la protection renforcée contre le licenciement à partir de 55 ans et l’introduction de la retraite anticipée à partir de 62 ans sont des revendications majeures pour, respectivement, 90% et 76% des personnes. Pour ce qui est du temps de travail, se détache la délimitation plus nette entre travail et temps libre (69%); une indemnité plus élevée (en congé ou en salaire) pour le travail en équipe (65%); une réduction du temps de travail hebdomadaire (62%); une prolongation des congés maternité et paternité (58%); et une réglementation plus stricte du temps de travail (55%). Les 76% pensent encore qu’il est fondamental d’inscrire un droit au salaire durant les périodes de formation et 68% souhaitent une amélioration des conditions de formation et des contrats d’apprentissage.

Contre la discrimination de genre

Le sondage montre encore que la rémunération de trois quarts des femmes interrogées est inférieure à 6000 francs, alors que moins de la moitié des hommes se situent dans cette fourchette. Elles sont 20% à gagner moins de 4000 francs, 7% pour les hommes. Les 87% des personnes sondées se prononcent en faveur de mesures efficaces contre la discrimination fondée sur le genre et 71% pour des dispositions positives pour les femmes dans le domaine de l'apprentissage et de la réinsertion professionnelle après un arrêt de travail. Un quota féminin dans les commissions du personnel n’est, par contre, jugé «important» que pour 38% des personnes, 21% pensent même qu’il n’est «pas important». Les 85,5% des sondés sont des hommes, ce qui explique peut-être cela.

Les revendications d’Unia recoupent donc les résultats de cette enquête. Parmi les demandes phares, on retrouve l’augmentation des salaires minimums, la compensation automatique du renchérissement des salaires effectifs, l’introduction de mesures contre la discrimination des femmes, le renforcement de la protection contre le licenciement, notamment pour les travailleurs âgés et les femmes en cas de maternité, la consolidation des droits des salariés lors des licenciements collectifs, la prolongation des congés maternité et paternité, le paiement du salaire durant les formations ou encore le droit à la déconnexion. Unia doit encore s’entendre avec Syna. Les deux syndicats présenteront un cahier de revendications commun ces prochains jours. Nous y reviendrons.

Salaires minimums augmentés de 3%

Les salaires minimums dans l’industrie des machines seront adaptés au renchérissement à compter du 1er janvier 2023. Ils augmenteront de 3% suivant l’indice national des prix à la consommation au 31 octobre. «Il n’y a pas beaucoup de CCT qui prévoient une indexation automatique, la disposition avait été introduite il y a cinq ans», explique Matteo Pronzini. Le responsable de la branche MEM d’Unia ajoute: «C’est une bonne base pour les pourparlers dans les entreprises entre les commissions d’entreprise et les directions, c’est un signal à augmenter les salaires effectifs.» A la différence des salaires minimums, les salaires effectifs sont négociés dans les différentes entreprises. Unia demande une compensation du renchérissement et des augmentations salariales.

Dès 2023, les salaires minimums suivants seront valables dans l’industrie MEM:


 

Personnel qualifié

 

Personnel non qualifié

 

Région

Salaire minimum 2023 (x 13)

Salaire minimum 2022 (x 13)

Salaire minimum 2023 (x 13)

Salaire minimum 2022 (x 13)

A

CHF 4363.–

CHF 4244.–

CHF 4063.–

CHF 3944.–

B

CHF 4099.–

CHF 3988.–

CHF 3799.–

CHF 3688.–

C

CHF 3939.–

CHF 3803.–

CHF 3639.–

CHF 3503.–


Les régions salariales sont réparties comme suit en Suisse romande:

  • Région A: GE, VD (districts du Gros-de-Vaud, Lausanne, Lavaux-Oron, Morges, Nyon, Ouest lausannois, ancien district de la Riviera).
  • Région B: FR, VD (districts d’Aigle, Broye-Vully, ancien district du Pays-d’Enhaut), VS.
  • Région C: BE (arrondissement du Jura bernois), JU, NE, VD (district du Jura-Nord vaudois).
Pour aller plus loin

Les travailleurs de Vetropack en grève

Suite à l'annonce de fermeture, les travailleurs-euses demandent un minimum de respect

Le personnel de la verrerie de Saint-Prex (VD) a cessé le travail ce vendredi 24 mai. Soutenu par Unia, il exige le gel des licenciements et l’ouverture de négociations pour un plan social digne de ce nom

A Saint-Prex, après le choc, la lutte continue

Le personnel a participé à une action syndicale le 17 mai, réclamant du respect.

La direction de Vetropack a confirmé son intention de fermer l’ultime verrerie de Suisse et de procéder à des licenciements dès à présent. Soutenu par les syndicats, le personnel se mobilise désormais pour l’ouverture de négociations en vue d’un plan social

« Pas de licenciements sans un plan social ! »

action syndicale chez Vetropack

Le personnel de Vetropack, soutenu par Unia, a participé à une action syndicale ce vendredi pour exiger la négociation d’un plan social et le maintien des emplois pendant le processus

Vetropack: verre de rage !

Les travailleurs et travailleuses de Vetropack ont manifesté en masse le 1er Mai à Lausanne, promenant une immense bouteille à l’effigie de leur verrerie. Pour eux, la fermeture du site de Saint-Prex serait injustifiée.

Le personnel a déposé fin avril un projet solide et durable visant à sauver le site et la filière, tout en conservant un maximum d’emplois