Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Les syndicats solidaires avec le collectif de la rue Royaume à Genève

Jeudi dernier, un collectif de militants occupait un immeuble vide de la rue Royaume à Genève. Ce bâtiment abandonné avait été la proie des flammes en janvier 2021. L’incendie avait provoqué la mise à la rue de dizaines de personnes, dont plusieurs travailleuses et travailleurs sans statut légal, victimes de marchands de sommeil, rappelle la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) dans un communiqué où elle exprime sa solidarité avec le collectif.

En début d’après-midi, la police, venue avec fourgons et troupes anti-émeutes, a dispersé violemment le rassemblement de sympathisants et de militants réunis devant l’immeuble, sous couvert d’absence d’autorisation de manifester. Un député, Jean Burgermeister, par ailleurs assistant de la direction régionale d’Unia Genève, a affirmé avoir été frappé par un agent, de même que le photographe de la Tribune de Genève. Les forces de l’ordre ont ensuite arrêté les 20 squatters présents dans l’immeuble. Ces personnes, retenues en garde à vue, ont été condamnées le lendemain, hormis un mineur qui attend la suite de la procédure à son encontre. Tous les militants ont été libérés depuis.  

La CGAS dénonce l’intervention brutale ordonnée par le Conseil d’Etat à la suite de la plainte du propriétaire et «s’associe aux revendications pour le droit au logement et contre la spéculation immobilière portées par le collectif». Elle rappelle que, comme d’autres organisations, elle s’attache «à démontrer que la condition de l’autorisation est une entrave illégitime au droit de manifester, en se basant sur le droit international». La faîtière syndicale genevoise exigeait aussi la libération des personnes arrêtée. Pour elle, «cet usage de la force est inopportun, disproportionné et par conséquent illégitime, scandaleux et inacceptable.»

La CGAS demande à ce que les revendications du collectif de la rue Royaume soient entendues, débattues et que des solutions durables soient trouvées. Avant de revendiquer le droit au logement, la régularisation des sans-papiers et le droit de manifester, elle précise: «Il est inacceptable que la spéculation immobilière, conjuguée à la double précarité économique et liée au statut de séjour, ait raison du droit au logement pour tous.»

Pour aller plus loin

Gaza occupe les unis

Etudiants propalestiniens occupant l'Université de Lausanne

Le mouvement d’occupation des universités par solidarité avec le peuple palestinien s’est invité début mai en terre romande. Eclairage

«Il faut arrêter le massacre»

L’USS s’est adressée au Conseil fédéral pour qu’il «joigne sa voix à toutes celles qui demandent un cessez-le-feu et qu’il l’exprime avec le plus de force possible», explique son président, Pierre-Yves Maillard. Photo: manifestation du 23 mars à Lausanne.

Dans un courrier, l’Union syndicale suisse interpelle Ignazio Cassis: le Conseil fédéral doit s’engager activement pour un cessez-le-feu durable à Gaza et le respect du droit humanitaire

Des milliers de personnes dans la rue à Lausanne pour le cessez-le-feu immédiat en Palestine

Des milliers de personnes dans la rue à Lausanne pour le cessez-le-feu immédiat en Palestine

Le 23 mars, des milliers de personnes se sont rassemblées lors d’une nouvelle manifestation nationale qui s’est déroulée à Lausanne, après celles de Berne en novembre et de Bâle en...

Résolution de l’Union syndicale cantonale neuchâteloise sur la Palestine à l’adresse de l’Union syndicale suisse

L’assemblée des déléguées et délégués de l’Union syndicale cantonale neuchâteloise (USCN) a adopté une résolution qui demande un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza et la...