Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

La Suisse a dépassé ses limites

Bannière géante accrochée à une grue au-dessus du palais Fédéral.
© Greenpeace

Le 13 mai, des militants de Greenpeace ont déployé une bannière géante à Berne, sur une grue près du Palais fédéral et de la Banque nationale suisse. Dessus, on pouvait lire: «Notre planète a des limites. Ne les dépassons pas.» Il semblerait que c’est déjà trop tard, le 13 mai dernier étant la date à laquelle la Suisse a épuisé toutes les ressources auxquelles elle avait droit pour l’année 2023 en regard des objectifs climatiques. Des activistes ont distribué des flyers et ont discuté avec le public pour échanger sur ce «jour du dépassement».

«Dès aujourd'hui, nous vivons à crédit», interpelle Greenpeace dans son communiqué de presse, ajoutant que «si tous les êtres humains consommaient autant que les habitants, les entreprises et les administrations helvétiques, il faudrait presque trois planètes pour subvenir à leurs besoins».

La Suisse est loin de l’Accord de Paris, alarme l’ONG, qui prévoit un réchauffement de la planète de 1,5 degré maximum. La Suisse pollue 19 fois plus le climat (émissions de CO2) que ce qui est autorisé pour atteindre cet objectif. La perte de biodiversité est presque quatre fois supérieure au seuil qui garantit la survie de l’humanité. «Il est grand temps de rendre la planète viable à long terme. La transformation vers un monde durable et socialement équitable est un gigantesque projet. Nous avons tous un rôle à jouer pour transformer le système», commente Agnès Jezler, experte en transformation socioéconomique chez Greenpeace.

Depuis l'été dernier, la Confédération a émis des recommandations volontaires pour économiser de l'énergie. Insuffisant, selon Greenpeace. «La réduction de la consommation personnelle d'énergie ne résout pas la crise environnementale et climatique. Aborder les problèmes en premier lieu au niveau individuel, c'est ignorer la dimension systémique et planétaire de la crise.»

Le message en direction du Palais fédéral et de la Banque nationale est clair: se réorienter afin de revenir à temps dans les limites planétaires. «Nous avons besoin d'un système économique et financier qui nous aide à offrir à tous et à toutes un avenir sûr et équitable, conclut Agnès Jezler. Les solutions possibles vont de la sobriété à l'économie circulaire, en passant par les assemblées citoyennes. Nous avons besoin d'un système pour la planète et ses habitants.»

Pour aller plus loin, voir sur: stop-depassement.ch

Pour aller plus loin

Retour à la tourbe

Photo du bâtiment ancien qui abrite la Maison de la Troubière

Récemment inaugurée, la Maison de la Tourbière aux Ponts-de-Martel (NE) raconte, via un espace muséal et un sentier didactique, la riche histoire à la fois humaine et naturelle de ces hauts-marais qui ont failli disparaître du paysage helvétique, à la suite d’une véritable ruée vers cet or noir. Reportage

Mourir de chaud ou quand le travail tue

Photo prétexte d'un ouvrier transpirant sur un chantier.

Les syndicats genevois ont organisé un séminaire sur le changement climatique et la protection de la santé au travail. Une journée qui se fait ainsi l’écho d’un rapport alarmant de l’OIT

La Suisse vit à crédit

Le «Jour du dépassement» intervient toujours plus tôt, et spécialement en Suisse. Début mai, le pays a déjà consommé toutes les ressources naturelles que son territoire peut...

Le lourd bilan climatique de la place financière

L’Alliance climatique suisse, dont est membre l’USS, s’est invitée aux récentes assemblées générales d’UBS et de la Banque nationale suisse (BNS). Son but était de dénoncer le...