Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

La santé est malade: les soignants d’Unia ont le bon médicament!

manif
© Olivier Vogelsang

Unia continue à se mobiliser pour améliorer la situation des soignants comme lors de cette manifestation en juin 2021 à Neuchâtel.

Face à la crise du système de santé qui met en péril la qualité des soins, des mesures urgentes doivent être prises. Soutenus par Unia, les soignants sont aujourd’hui dans les rues de plusieurs villes de Suisse pour sensibiliser la population

Opération sensibilisation! Le système de soins est au bord de l’effondrement en Suisse. Le personnel n’en peut plus. Entre 300 et 400 personnes quittent le domaine hospitalier et les établissements médicaux sociaux tous les mois. Deux ans après l’adoption de l’initiative pour les soins infirmiers, en novembre 2021, pratiquement rien n’a changé. Face à cette crise, des militantes et des militants d’Unia actifs dans la santé et les secrétaires syndicaux de la branche ont décidé d’interpeller la population. Aujourd’hui, mercredi 22 novembre, ils sont présents avec des stands et des actions symboliques comme des flashmob dans huit villes du pays, dont Neuchâtel et Delémont en Suisse romande. La devise: «Les soins sont en arrêt maladie: nous avons le remède!» Ce remède est contenu dans une petite boîte de médicaments, créée pour l’occasion et distribuée aux passants: l’IbuProSoins® Forte. Sa notice d’utilisation détaille la pathologie du système et les effets pour y remédier (voir encadré). La population est invitée à discuter avec les soignants et à prendre conscience de la situation qui, si rien n’est fait, va encore empirer. La pénurie de personnel va s’accroître ces prochaines années et aura pour conséquence une prise en charge encore plus insuffisante des patients, et notamment des personnes âgées.

Droit inaliénable

«Avoir de bons soins est un droit inaliénable pour chacun des citoyens, c’est pour cela que nous voulons maintenir la pression, deux ans après le vote de l’initiative sur les soins. Les conditions de travail du personnel de santé sont toujours catastrophiques: manque de soignants, turn-over, stress, pas le temps de discuter avec le patient ou tout simplement de le soigner, explique Enrico Borelli, coresponsable de la branche des soins à Unia. La situation est dramatique. Dans certains hôpitaux, des services sont fermés, les horaires des urgences réduits. Il y a un sous-financement du domaine hospitalier. Cela touche aussi les EMS où Unia est présent. Cette situation n’affecte pas que les soignants, mais également les patients et leurs familles qui ne bénéficient plus de soins de qualité. Les gens ont le droit de vivre leurs dernières années dans la dignité. Il faut prendre des mesures urgentes pour résoudre ce problème qui concerne tout le monde.»

Ces mesures ont été identifiées par les syndicats, les associations professionnelles et la Conférence des directeurs cantonaux de la santé dans une déclaration commune, publiée en juin, où ils appellent cantons, employeurs et Confédération à mettre en œuvre l’initiative et à améliorer le financement du système. «La santé est un élément essentiel de la société. L’Etat doit fournir les conditions-cadres. On nous dit qu’il n’y a pas d’argent mais des exemples, comme en Valais où des fonds ont été dégagés, prouvent le contraire», explique Enrico Borelli.

Alliance avec la société civile

«Il faut agir maintenant, car si on n’arrive pas à améliorer les conditions de travail, le personnel ne sera plus en mesure d’assurer la qualité des soins, ajoute le syndicaliste. Il faut une approche globale du problème. Nous voulons développer une stratégie d’alliance avec la société civile, les retraités, des scientifiques, entre autres. Les syndicats ont une grande responsabilité, mais il est essentiel que des représentants d’autres secteurs s’engagent avec nous. Dans ce sens, Unia va préparer une mobilisation unitaire pour 2024.»

Rendez-vous en Suisse romande:

Delémont, place de la gare: de 9h à 18h, jeu de Monopoly géant, stand d’informations, distribution d’«IbuProSoins».

Neuchâtel, Fontaine de la Justice: de 10h à 14h, point presse, stand d’informations et action avec distribution d’«IbuProSoins».

IbuProSoins

IbuProSoins® Forte: la solution

Avec 500 mg de mesures immédiates et 100 mg de financement juste des soins, Unia propose un traitement efficace «contre l’état d’urgence dans les soins et pour des soins de qualité». Aperçu de la notice d’utilisation:

  • Quand IbuProSoins® Forte est-il utilisé? «Il est utilisé pour le traitement aigu des cas suivants: stress et surmenage, temps de repos trop courts et semaines de travail trop longues, missions de dernière minute régulières et plans de service déséquilibrés, trop peu de temps à consacrer aux résidents et aux patients, soins à la chaîne, soins sans travail relationnel, salaire trop bas.»
  • Que contient IbuProSoins® Forte? «Il contient cinq composants ayant un effet immédiat.» Ces composants concernent les salaires, les allocations, les vacances, l’enregistrement du temps de travail et la garde d’enfants.

De quoi faut-il tenir compte avant son utilisation? «IbuProSoins® Forte entraîne un changement d’attitude durable chez les politiciens et chez les employeurs: au lieu de privilégier les mesures d’économies et la rentabilité, ils et elles s’engagent à investir dans de bonnes conditions de travail qui permettent des soins de qualité. Le principal composant à cet effet est un financement juste des soins.» Suit une liste de mesures nécessaires qui se conclut par «IbuProSoins® Forte agit donc durablement contre la pénurie de personnel, la situation d’urgence dans les soins et les soins dangereux en raison d’un personnel surmené».

 

Pour aller plus loin

«Les a priori sont susceptibles de générer des soins inadaptés»

«Face à une même douleur, à des symptômes égaux, les traitements prescrits à des patients blancs et à des patients noirs peuvent être différents», note le professeur et médecin Patrick Bodenmann.

Le domaine de la santé n’est pas exempt de dérives racistes, qu’elles concernent les patients ou le personnel soignant. Entretien avec le professeur Patrick Bodenmann, spécialiste de la question

Les frontaliers vont passer à la caisse... maladie

Le Parlement suisse pourrait voter en faveur d’une augmentation d’au moins 60% des primes d’assurance maladie pour les frontaliers. Une injustice pour le GTE

EMS en crise: «Il est crucial que la voix du personnel soit entendue»

L’entrée plus tardive des personnes âgées dans les EMS a pour conséquence des soins plus complexes. Le rationnement des soins, comme celui des coûts, implique pour le personnel des conditions de travail très difficiles et laisse peu de place au lien social, pourtant essentiel aux résidents.

Une étude, à laquelle Unia a participé, montre que la pénurie de main-d’œuvre dans les soins de longue durée prend racine dans la manière dont le travail y est organisé

Une CCT pour le personnel des EMS valaisans

C’est une belle victoire pour le personnel valaisan des soins de longue durée. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative populaire fédérale pour des soins infirmiers forts...