Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Eau: Nestlé n’offre pas un service public

Robinet limité pour Nestlé. Selon l’agence de presse internationale Pressenza, qui se réfère notamment à des articles du journal The Guardian, le Tribunal professionnel de l’Etat du Michigan s’est prononcé, fin décembre, contre une nouvelle privatisation de l’eau du géant agroalimentaire. Ce dernier souhaitait construire une nouvelle station de pompage dans la commune d’Osceola afin de pouvoir augmenter ses prélèvements pour passer de 950 à 1500 litres par minute. Face à l’opposition des habitants, dénonçant aussi des changements sur l’environnement, la multinationale avait attaqué la commune en 2017, arguant qu’il s’agissait d’un service public essentiel. Elle avait alors obtenu gain de cause. Le nouvel arrêté du tribunal nord-américain a annulé le jugement, mettant un frein aux velléités d’extension de Nestlé. Ce dernier se fonde sur le fait que la mise en bouteille commerciale d’eau n’est pas une prestation publique et n’appartient pas à la desserte en eau de la communauté. Ce verdict prend en compte la situation de la région où l’eau du robinet est potable, sa vente en bouteille ne se révélant dès lors en aucun cas indispensable. Pour les citoyens engagés dans la lutte et leurs défenseurs, cette issue constitue un pas important dans le combat contre la privatisation de l’eau et une victoire susceptible de créer un précédent. Jim Olson, un avocat qui avait déjà plaidé contre Nestlé par le passé sans toutefois être impliqué dans cette affaire a souligné, rapporte l’agence, que les sources sont la propriété de l’Etat et des collectivités alors que la vente d’eau est une activé privée poursuivant un objectif commercial. Dans ce contexte, affirmer qu’il s’agit d’une entreprise publique se révèle ridicule. Les médias régionaux ont annoncé que Nestlé envisageait de poursuivre le combat via de nouvelles procédures légales.

Pour aller plus loin

Le personnel de Vetropack a son plan social

Après sept journées d’arrêt de travail, les grévistes avaient obtenu le report d’un mois des premiers licenciements et l’ouverture de négociations.

Soutenus par les syndicats Unia et Syna, les travailleurs et travailleurs de Saint-Prex (VD) ont obtenu des indemnités très supérieures aux précédents plans sociaux du groupe

Le jour où le drapeau d’Unia a flotté sur la verrerie de Saint-Prex

Le drapeau d'Unia flotte au dessus du bâtiment Vetropack

Menacés d’être licenciés sans plan social, les travailleurs et les travailleuses de Vetropack ont pris le contrôle de leur usine et mis la main sur le stock de bouteilles. Après sept journées de grève et d’occupation, ils ont obtenu l’ouverture de négociations. Récit

La grève chez Vetropack est suspendue

Les salariés de l'ultime verrerie de Suisse exigent le gel des licenciements, la conclusion d’un plan social et le maintien d'emplois industriels sur le site.

Après sept journées de grève, un accord a pu être trouvé sur les modalités de négociations pour un plan social.

Les grévistes de Vetropack remportent une première victoire

Le personnel de la verrerie de Saint-Prex (VD) a cessé le travail ce vendredi 24 mai. Soutenu par Unia, il exige le gel des licenciements et l’ouverture de négociations pour un plan social digne de ce nom

Les licenciements sont suspendus jusqu’à fin juin et un plan social sera négocié