Aller au contenu principal
Menu

Thèmes

Rubriques

abonnement

Contre-pied au commerce en ligne

Depuis une année, la plateforme easy2go.ch permet aux commerçants jurassiens de présenter leurs offres en ligne. Un projet social qui encourage les circuits courts

Regrouper restaurateurs, commerçants et petits producteurs jurassiens: voilà le défi que se sont lancé Patrick Spozio et Franck Souomy responsables de la plateforme easy2go.ch («facile d’accès»). Le site, lancé en début d’année passée, recense, par zone, les adresses des restaurants et repas de midi à l’emporter – avec le détail des menus – ainsi que les promotions des magasins et les produits du terroir jurassien. Les usagers peuvent consulter gratuitement la page mais non passer commande. L’objectif? Encourager les circuits courts et les consommateurs à acheter local. «Nous avons créé easy2go afin de permettre aux commerçants de la région de présenter leurs offres. En se géolocalisant, les usagers sélectionnent le quartier qui les intéresse et accèdent à toutes les prestations du périmètre. Ils peuvent ensuite s’y rendre facilement. Et n’ont plus besoin de perdre du temps à chercher ces informations, souvent dispersées sur des pages web isolées ou sur les réseaux sociaux» explique Patrick Spozio. Et de déplorer: «Aujourd’hui on connaît bien mieux les promotions de Zalando que celles des commerces de notre entourage!»

Une plateforme dynamique

L’origine du projet? Patrick Spozio raconte que Franck Souomy – qui, autrefois, a été son apprenti – l’a recontacté il y a deux ans pour qu’ils réfléchissent ensemble à une idée de ce type. «J’étais à ce moment-là consultant dans le milieu de l’industrie. Lors du premier confinement j’ai perdu tous mes mandats. J’ai pris cet événement comme un signe pour me lancer dans le projet.» S’adressant à «tous ceux qui ont un peu d’argent à dépenser», easy2go n’est actuellement consultable que sur une page internet. Mais une application devrait prochainement voir le jour. S’il existe passablement d’autres plateformes proposant des achats ou des annuaires en ligne, l’entreprise se démarque sur plusieurs points. «On trouve peu d’initiatives qui encouragent le commerce local. De plus, les renseignements affichés sur ce genre de sites sont statiques, contrairement aux nôtres qui sont dynamiques. De nouveaux menus sont postés chaque jour et des promotions hebdomadaires régulièrement mises en ligne.»

Projets d’expansion

Easy2go réunit aujourd’hui plus de 140 producteurs du terroir, une septantaine de restaurateurs et une trentaine de commerces. Qui, pour paraître sur le site, doivent payer un abonnement à l’année. «Celui de base s’élève à 500 francs et permet d’informer la clientèle potentielle une semaine sur deux. En raison de la crise sanitaire, nous avons assoupli le règlement et n’exigeons, pour l’instant, pas de payement de ce service.» Cet arrangement, précise le co-fondateur, est rendu possible grâce à des soutiens du Canton, d’une institution bancaire et de l’association «Tous solidaires». «Nous aimerions encore, dans l’avenir, développer un système de bons numériques régionaux valables uniquement dans les commerces de la plateforme.» Et d’ajouter: «L’objectif premier est toutefois d’abord de consolider notre place dans le Jura. A moyen terme, nous souhaiterions étendre notre projet à d’autres cantons comme celui de Neuchâtel.»

Pour aller plus loin

Les armoires électriques sous les projecteurs

Coauteur d’«ElectriCity», Pascal Jaquet, qui signe ses propres graffitis d’un petit sapin, a été un adolescent rebelle. Le graffeur et illustrateur accompagne, depuis quinze ans, des jeunes dans ce projet artistique au cœur de la ville.

Depuis quinze ans, les préapprentis du Centre d’orientation de formation professionnelle colorent les armoires électriques de la Ville de Lausanne. Un livre met en lumière ce projet

Contrer la surconsommation du Black Friday

La semaine dernière, plusieurs actions ont été menées un peu partout en Suisse pour dénoncer le Black Friday. Parmi elles, notons qu’une pétition, toujours en cours de signature, a...

Personnel de maison: financièrement à l’aise, mais totalement soumis

Dans son ouvrage «Servir les riches», la sociologue Alizée Delpierre dresse un magnifique portrait du personnel de maison en France, généralement bien situé financièrement mais sous le joug de l'employeur

Le Tribunal fédéral donne raison aux activistes de «Block Friday»

© Neil Labrador

Quatre ans après l’action de désobéissance civile devant un centre commercial de Fribourg, sept activistes climatiques sont définitivement acquittés par le Tribunal fédéral (TF).