Une mine d’or sur grand écran

Image tirée du film.

Le site d’orpaillage de Bantara dans le sud-ouest du Burkina Faso est composé de nombreux petits groupes de mineurs artisanaux.

Le documentaire Or de vie, du réalisateur Boubacar Sangaré, plonge dans le quotidien d’un adolescent orpailleur au Burkina Faso. Brillant

Aussi rare qu’un bon filon, le documentaire Or de vie de Boubacar Sangaré filme de l’intérieur un site d’orpaillage artisanal au Burkina Faso. Plus que l’histoire d’une exploitation, le cinéaste s’attache à conter le quotidien d’un adolescent. Rasmané, surnommé Bolo, grandit dans ce milieu hors du temps et de l’espace. Pendant trois ans, le réalisateur burkinabé le suit, entre haricots à cuisiner, cigarettes à fumer, descentes sous terre et étoiles plein les yeux à l’idée de trouver la veine. Après Berlin et Ouagadougou, Innsbruck, Tenerife, l’Irlande, le Kosovo, raflant plusieurs prix, le film a été montré lors du 17e Festival cinémas d’Afrique à Lausanne le week-end dernier. Il sera projeté cette semaine en Ardèche lors des Etats généraux du film documentaire. C’est en France aussi que Boubacar Sangaré vit depuis 2015. A Lyon, puis à Paris, où il termine un doctorat en droit sur la structuration juridique du marché audiovisuel en Afrique de l’Ouest. Entretien avec le jeune réalisateur, présent pour la première fois à Lausanne.


Portrait de Boubacar Sangaré.

Quelles sont les origines de ce documentaire?

J’étais en visite dans mon petit village du sud-ouest du Burkina, quand j’ai vu une femme sur un scooter, un bébé accroché dans le dos, se rendre dans la mine pas loin. Je me suis alors interrogé sur l’avenir de cet enfant. Et j’ai eu envie de parler de ces jeunes qui grandissent dans cet univers à part. En 2013, j’ai fait quelques repérages. Mon idée de suivre un adolescent dans son évolution physique et psychologique s’est développée. Avec l’équipe de tournage, c’est par hasard que nous avons rencontré Rasmané sur le site de Bantara au sud-ouest du pays. Nous l’avons remarqué au milieu d’un groupe, car il était différent des autres, bavard, brillant… Nous avons fait connaissance, et tout a commencé. Filmer sur le site n’a jamais été difficile.

La caméra est comme transparente. Comment avez-vous tourné?

Longuement et en retournant sur place de multiples fois durant trois ans. Au début, les mineurs nous taquinaient, puis ils nous oubliaient. Nous étions là et nous n’intervenions presque pas. Nous avons quelques fois posé des questions, comme celle sur l’origine de l’or. Je ne m’attendais pas du tout à ce dialogue aussi long. Pour eux, ce sont les génies qui choisissent à qui ils vont le donner. Dans l’orpaillage artisanal, la prospection n’existe pas. Ils creusent à l’aveuglette. Il suffit qu’une ou deux personnes en trouvent pour que tout le monde croie en sa chance.

Vous étiez là aussi lorsqu’un incendie s’est déclenché…

Les incendies sont fréquents dans les mines. Dans le cas précis, lors de cette scène, nous voulions parler de l’accident d’un homme tombé dans une galerie d’une hauteur de 160 mètres... Les policiers présents avaient un peu bu et n’étaient pas vraiment collaboratifs, donc on n’a pas pu filmer la remontée du corps. En nous retournant, nous avons vu le feu…

Vous-même avez travaillé sur un site d’orpaillage, adolescent…

Pendant les vacances, tous les enfants du village y allaient, car on nous disait qu’on pouvait se faire de l’argent facilement. En fait, ce n’était pas si facile. Pour ma part, je transportais de l’eau, je pilais des pierres, mais je ne suis jamais descendu dans les galeries, au contraire de mon frère. Pour le film, par contre, j’y suis allé, comme toute l’équipe de tournage. Heureusement, cette galerie était fortifiée par une structure en ciment et non en bois – ce qui est beaucoup plus dangereux. Je dois dire que j’ai eu davantage peur à l’idée de descendre que lorsque j’y étais.

Pourquoi autant de jeunes travaillent dans l’orpaillage?

C’est une histoire de survie, mais aussi une forme de liberté qui s’ouvre à eux. Au Burkina Faso, l’éducation familiale est très stricte. Quand tu travailles dans une mine, tu peux fumer, boire, rêver à l’argent. Tu découvres la liberté, même si c’est dur, car l’attente est longue et le désespoir guette. Les parents de Rasmané, qui vivent tout au nord du Burkina Faso, voulaient que leur fils rentre, mais ils n’avaient pas les moyens de lui offrir une éducation.

La fraternité et le rire sont très présents dans le film... est-ce représentatif?

Ils vivent des moments de tension, mais la fraternité prédomine. Ils sont liés par le travail avant tout, mais vivent ensemble jour et nuit. Chacun est le miroir de l’autre, des modèles d’évolution pour Rasmané. Il y a Salam le sarcastique, Koro qui s’évade dans le mystère, les esprits, et Abdou le pragmatique. Ce petit groupe d’orpailleurs représente la nouvelle famille de l’adolescent.

Même si le documentaire montre aussi la dureté de la situation, Or de vie n’est pas du tout misérabiliste…

Je voulais surtout parler de l’évolution d’un adolescent courageux, dont le rêve se transforme en désespoir, en même temps qu’il passe de l’enfance à l’âge adulte, entre 16 et 19 ans. L’adolescence s’effrite, parallèlement à la pollution de l’environnement. Les si nombreuses cigarettes fumées font écho métaphoriquement à la fumée des moulins utilisés pour pomper l’eau, amener ou sortir l’air (un gaz s’échappe de la roche lorsqu’on la fait exploser). Le bruit de ce compresseur est ainsi omniprésent dans la bande-son du film. Si je montre les conséquences de l’orpaillage sur l’humain et sur l’environnement, je me positionne surtout du point de vue des travailleurs des mines. Dans la société burkinabée, ils sont très mal vus. Ce sont des marginaux, porteurs de tous les maux sociaux, même si une personne sur 18 dans le pays vit du travail de la mine, dont environ 300000 enfants.

Quelle est la situation des femmes, quasi absentes du documentaire?

Elles ne sont pas vers les galeries, où les hommes creusent. Elles vivent et travaillent dans le marché, le yaar, là où on écrase les pierres, où le processus de transformation se fait, où il y a aussi les cafés, les bars… Les femmes trient les résidus, achètent les minerais, cuisinent… La prostitution est présente bien sûr, et est racontée au travers des moqueries à l’encontre de Rasmané.

Quelle a été la réaction de Rasmané au moment de la Première à Ouagadougou?

Il a beaucoup ri. C’est à ce moment-là qu’il a véritablement compris ce qu’on avait fait pendant si longtemps. Il a maintenant 21 ans, vient d’avoir un enfant, s’est marié et poursuit une formation dans la conduite d’engins de chantier payée par la maison de production du film. Cela lui a pris un peu de temps avant d’accepter notre proposition. Il a travaillé encore un peu dans d’autres mines, en Côte d’Ivoire aussi, jusqu’à ce qu’il me dise: «Okay, je suis prêt.» Un autre enfant du film, Missa est à l’école. Et nous cherchons encore des financements pour la formation de deux autres enfants via le site de financement participatif share-doc*. Nous espérons pouvoir montrer le film sur le site d’orpaillage où l’on a tourné, et dans d’autres festivals bien sûr.

* Pour participer à la récolte de fonds, aller sur: share-doc.org

De Rambo à Rasmané

Boubacar Sangaré est parti de rien. Ou presque. «Je vivais dans un village, sans eau courante, ni électricité. Souvent, pendant les vacances, nous nous rendions dans la famille de mes parents au Mali. Avec des amis, on allait chez les voisins voir des films. Au Burkina, je partais vendre le poisson de ma mère dans un village voisin à 14 kilomètres. Je dormais sur place, et j’en profitais pour aller à la vidéothèque. Je voulais faire du cinéma, mais je n’avais comme référence que des films américains, d’action, les seuls à disposition.» Vers l’âge de 8 ans, il se souvient avoir menti à ses parents pour aller voir une projection organisée à trois kilomètres de chez lui, la nuit. «Avec mes camarades, nous sommes arrivés au milieu du film Rambo 2, quand il mange un ver de terre. Cette scène est restée gravée.»

Le jeune Boubacar, bon élève, rêve d’entrer à l’école de cinéma, mais les études sont trop chères. Il choisira donc la Faculté de droit à l’Université de Ouagadougou, la capitale, avant que ses parents ne réussissent à trouver les fonds pour lui permettre de mener les deux formations de front. Arrivé à Lyon en 2015, pour un master en droit du cinéma, il écrit aujourd’hui sa thèse de doctorat à Paris, tout en faisant de nombreux voyages au pays, pour filmer surtout.

Paradoxalement, son cinéma est à l’opposé d’un blockbuster américain. Boubacar Sangaré développe un point de vue porté par une esthétique forte. Dans Or de vie, la forme rejoint le fond au travers d’une lenteur bienvenue, relatant l’attente et la patience, qualité inhérente à l’orpailleur comme au caméraman. Le quotidien est raconté sans fard, sans misérabilisme ni recherche de spectaculaire.

«Techniquement, faire du cinéma en Afrique est certainement plus facile qu’il y a vingt ans, mais c’est relatif», souligne Boubacar Sangaré. Beaucoup de gens sans formation filment avec un appareil photo ou un téléphone et sont projetés deux semaines dans une salle à Ouaga. Quand on a des ambitions internationales, c’est autre chose. Il n’y a quasi pas de financement.» En septembre, il retournera au pays pour continuer le tournage de son prochain documentaire dont il a déjà le titre: Djéliya, mémoire du mandingue. Au cœur de son projet, deux griots – à la fois porteurs de la mémoire orale, musiciens, historiens, généalogistes, médiateurs –, un jeune et un vieux. Au travers de leur histoire, Boubacar Sangaré parcourt l’ancien empire mandingue comptant sept pays en Afrique de l’Ouest. «Une manière pour moi de parler de l’Afrique entre tradition et modernité.»


La révolution burkinabè

Dans un documentaire sorti en 2015, coréalisé avec Gidéon Vink, Une révolution africaine, Boubacar Sangaré retrace les dix jours qui ont précédé la chute de Blaise Compaoré, après 27 ans de règne. En octobre 2014, la volonté du président – arrivé au pouvoir après l’assassinat de feu Thomas Sankara – de se maintenir à la tête du pays en modifiant la Constitution met le feu aux poudres. Le peuple se soulève. Les mobilisations seront inédites au Pays des hommes intègres. «C’était un espoir absolu, un pur bonheur, suivi d’une grande déception… se remémore Boubacar Sangaré. La situation n’est allée qu’en empirant entre 2015 et 2020 avec un président élu démocratiquement. C’est pour cette raison qu’au moment du coup d’Etat (suivi d’autres), il n’y a pas eu de réaction du peuple…»

Sur le putsch récent au Niger, voisin de son pays, le Burkinabè souligne: «Nous ne sommes pas dépendants de ce pays, car il est aussi enclavé que nous. Mais la lutte contre le terrorisme, circulaire dans le Sahel, est impactée.» Le réalisateur souligne que le sentiment domine dans la population qu’un gouvernement avec une légitimité démocratique a tendance à faire ce qu’il veut. «Parfois les régimes d’exception, n’étant pas légitimes, font davantage pour le peuple. Au Burkina, depuis presque dix ans, nous avons reculé sur beaucoup de plans, celui de la démocratie, du social, de la sécurité avec les premières attaques djihadistes dès 2015. Mais nous avons aussi gagné, car la jeunesse est davantage concernée par la politique et est prête à s’exprimer, ce qui n’était pas le cas sous le régime Compaoré.» Et de conclure, sans jamais perdre espoir: «Je pense que l’évolution se fait en dents de scie.»